Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une nouvelle étude montre que le tabac tue les bonnes bactéries de la bouche
Une nouvelle étude montre que le tabac tue les bonnes bactéries de la bouche
note des lecteurs
date et réactions
5 mars 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
blanchimentdents, 10 articles (Rédacteur)

blanchimentdents

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
10
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une nouvelle étude montre que le tabac tue les bonnes bactéries de la bouche

Une nouvelle étude montre que le tabac tue les bonnes bactéries de la bouche

Une étude récente a démontré que le tabac avait tendance à tuer les bonnes bactéries de la bouche, la rendant vulnérable à l’invasion des bactéries nuisibles.

Les bactéries commencent à apparaître dans les quelques heures qui suivent la naissance et les bonnes bactéries aident à maintenir les mauvaises bactéries à l’écart.
La bouche d’une personne en bonne santé contient un grand nombre de bactéries, une majorité d’entre elles étant bénéfique et leur nombre est limité par un brossage régulier des dents et du fil dentaire.
Cependant, la bouche d’un fumeur a un écosystème différent et a plus de chances d’être envahi par des bactéries nuisibles. Il est de notoriété publique que les fumeurs ont un taux plus élevé de pathologies bucco-dentaires que les non- fumeurs et qu’une enquête à divers stades est en cours à ‘L’Ohio State University’ et qui concerne le rôle joué par les communautés microbiennes du corps dans la prévention des pathologies bucco-dentaires.

Selon Purmina Kumor, professeur-assistant pour l’énergie péridontale à la ‘Ohio State University’, il est probable que la bouche d’un fumeur élimine les bonnes bactéries pour permettre aux mauvaises bactéries de proliférer bien plus vite que pour les non-fumeurs.
L’équipe de recherche a étudié la manière dont les bactéries re-commençaient à proliférer, après avoir été éliminées en faisant une comparaison entre 15 fumeurs et 15 non-fumeurs.
Chaque sujet s’est fait nettoyer la bouche par un professionnel puis, les chercheurs ont prélevé des échantillons de biofilm le jour suivant le nettoyage, puis 2, 4 et 7 jours après.
Les biofilms sont des communautés de bactéries qui peuvent être nuisibles ou non.

Les chercheurs voulaient voir les bactéries présentes et aussi étudier la réaction des corps des sujets observés.
Si le corps considérait que les bactéries étaient nuisibles, l’échantillon avait alors un taux plus élevé en cytokines, qui sont produits par le corps pour aider à lutter contre l’infection.
Les recherches ont mis l’accent sur une différence intéressante portant sur le fait que les communautés de bactéries des non-fumeurs étaient identiques à celles qui sont présentes avant le nettoyage du professionnel.
Les bactéries nuisibles étaient peu nombreuses avec un taux peu élevé en cytokines, car le corps n’avait pas besoin de lutter contre une infection.
Les échantillons des fumeurs indiquaient que leur bouche était colonisée par le même niveau de bactéries nuisible le premier jour suivant le nettoyage par un professionnel et ils avaient des taux plus élevés de cytokine. Cela montrait que le corps tentait de lutter contre l’infection.

L’étude a révélé une chose bien plus intéressante : les corps des fumeurs tentaient aussi de combattre les bonnes bactéries car, pour certaines raisons, les bonnes bactéries étaient considérées comme des menaces.
L’étude en conclut qu’il est probable que le tabac brouille la communication entre les bonnes bactéries et la bouche, ce qui ne facilite pas le maintien d’une bouche saine pour les fumeurs.
Quelle qu’en soit la raison, l’étude met en évidence les risques réels présentés par le tabac.

C’est pourquoi toute pathologie bucco-dentaire doit être traitée plus aggressivement à cause du danger élevé des bactéries nuisibles qui reviennent plus vite.
Le problème est que peu de dentistes parlent à leurs patients de la nécessité d’arrêter le tabac, et cela dépend de l’individu s’il veut se débarrasser de cette habitude, en dépit du fait que le ‘NHS’ donne beaucoup de conseils, et cela vaut la peine d’y jeter un oeil.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Etudes Scientifiques
Mots-clés :
Tabac Bactérie Bouche
Commentaires
2 votes
(IP:xxx.xx5.209.105) le 5 mars 2012 a 19H27
 (Visiteur)

Le problème avec toutes ses études c’est qu’on ne sait pas si elles sont vraies puisqu’on ne sait rien de toutes les synergies et des protocoles utilisés, de plus on ne connaît pas les études qui ne sont pas publiées car elles contredisent les études officiellement publiés ou celles qui seraient néfaste à l’économie et aux intérêts financiers. On sait par contre que plus une étude est cité et plus elle à pour but la propagande.

0 vote
(IP:xxx.xx1.86.197) le 6 mars 2012 a 11H31
 (Visiteur)

Bonjour, Personnellement, je préconise de faire comme Ma Dalton : laver la bouche au savon chaque fois que quelqu’un ment (aurait-on assez de savon disponible en France, en ce moment ?) Quant à la bouche des fumeurs, elle ne peut pas être plus sale que celle des buveurs de Coca ou d’alcools forts...

0 vote
par Estelle Vereeck (IP:xxx.xx8.150.199) le 9 mars 2012 a 07H33
Estelle Vereeck, 26 articles (Dentiste)

La nocivité du tabac sur le système bucco-dentaire n’est plus à démontrer. On sait aujourd’hui que le tabac est à l’origine de nombreux problèmes dentaires : http://www.holodent.fr/index.php/hy...

Ce qu’on sait moins en revanche, c’est que les fumeurs passifs sont également exposés, en particulier les enfants de fumeurs qui développent davantage de caries : http://www.holodent.fr/index.php/ca...