Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une molécule responsable de l’asthme a été identifiée
Une molécule responsable de l'asthme a été identifiée
note des lecteurs
date et réactions
2 novembre 2010
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 598 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
598
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Une molécule responsable de l’asthme a été identifiée

Une molécule responsable de l'asthme a été identifiée

Des travaux de chercheurs français de l’Inserm pourraient permettre de développer de nouveaux traitements contre l’asthme. Une molécule déterminante dans le développement de l’asthme a en effet été découverte par l’antenne de l’institut à l’Université de Nice.

Une molécule, la « CX3CR1 », pourrait jouer un rôle crucial dans le développement de l’asthme allergique. Nouvelle cible thérapeutique, la molécule vient d’être mise en évidence par les chercheurs de l’Inserm de l’Université de Nice. Les travaux des scientifiques de l’institut, publiés dans la revue Nature Medecine le 1er novembre dernier, pourraient déboucher sur la conception de nouveaux médicaments susceptibles de bloquer cette molécule, qui maintient en activité des cellules responsables de la maladie. Ce sont des recherches menées sur les poumons de souris asthmatiques qui sont à l’origine de la découverte.

Les scientifiques de l’Inserm sont ainsi arrivés à la conclusion que la protéine « CX3CR1 » contribue de manière importante au déclenchement de l’asthme. La molécule, en effet, prolonge la survie des cellules fautives (des cellules immunitaires -les lymphocytes T- qui assurent normalement la défense de l’organisme) et qui, de fait, se regroupent dans les tissus pulmonaires et produisent des substances qui déclenchent l’asthme allergique. Les symptômes sont connus : toux, sifflements dans la poitrine, gêne respiratoire ou oppression thoracique. Les chercheurs sont désormais convaincus que des nouveaux médicaments destinés à empêcher la molécule « CX3CR1 » de fonctionner pourraient contribuer à éviter le développement de l’asthme.

Plus précisément, et comme le déclarent les auteurs de l’étude, « ces médicament pourraient être administrés localement sous forme d’aérosols aux patients allergiques ». Rappelons que l’asthme allergique est une maladie chronique dont souffrent environ 300 millions de personnes dans le monde, dont 1 million de personnes dans l’hexagone. Sur le continent européen, 90 millions de personnes souffrent de rhinites allergiques, et 50 millions d’asthme allergique (voir ici). Il existe des astuces simples pour combattre les allergies automnales(voir ici), mais les allergies alimentaires, qui peuvent déclencher de fortes réactions immunitaires, sont parfois difficiles à déceler (voir ici).
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Etudes Scientifiques