Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une jeune bretonne meurt d’une méningite foudroyante
Une jeune bretonne meurt d'une méningite foudroyante
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 février 2012 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une jeune bretonne meurt d’une méningite foudroyante

Une jeune bretonne meurt d'une méningite foudroyante

Une jeune femme de 19 ans est décédée, le 19 février dernier, moins de 48 heures après avoir été hospitalisée à Dinan, dans les Côtes-d’Armor. Comme le confirme l’autopsie réalisée le jour suivant, elle a succombé suite à une infection invasive à méningocoque C.

Une jeune femme de 19 ans a été victime d’une mort aussi brutale que foudroyante, ce week-end, à l’hôpital de Dinan. Tout s’est passé en moins de 48 heures. Se plaignant de maux de tête particulièrement forts, la jeune femme, qui était originaire de Saint-Maden (Côtes-d’Armor) avait été admise aux urgences de l’hôpital de Dinan dans l’après midi du 18 février. Elle est décédée la nuit suivante. Le personnel du centre hospitalier est encore sous le choc. Le directeur, Marc Taillandier, concède que « les médecins ont fait tout ce qui était en leur pouvoir. Rien ne laissait présager cette évolution si rapide et dramatique ».

Le Docteur Walid Daoud, médecin inspecteur à l’agence régionale de santé (ARS) de Bretagne, a indiqué au journal Ouest France que la jeune femme a été victime d’une infection invasive à méningocoque C. Le médecin a précisé qu’il s’agit dans le cas présent d’« un germe présent dans le nez et dans le fond de la gorge qui infecte les méninges » et que « la victime n’est pas un cas isolé, puisque deux autres décès de cette nature ont été observés en Bretagne en l’espace d’un mois ». A des fins de prévention, la préfecture des Côtes-d’Armor a de son côté émis un communiqué informant que « les personnes ayant eu un contact prolongé de plus d'une heure et à moins d'un mètre dans les 10 jours précédant l'hospitalisation de cette jeune fille ont toutes été orientées vers leur médecin traitant pour la mise en place d'une prophylaxie médicamenteuse ».

France Soir, particulièrement piqué au vif par ce développement survenu à Dinan, rappelle enfin que « les méninges sont les membranes qui enveloppent le système nerveux central. Et dans les méninges, on trouve le liquide cérébral qui amortit les chocs. Le méningocoque est un des agents bactériens qui attaque les méninges, provoquant une inflammation appelée méningite. Il est très contagieux et se transmet par contacts directs, répétés, rapprochés ou prolongés ».

De manière générale, en cas de contact avec une infection méningococcique A ou C, il est recommandé de vacciner, une fois le sérogroupe connu, les sujets contacts appartenant à l’entourage proche du malade et les sujets contacts qui se retrouvent régulièrement et de façon répétée dans la collectivité fréquentée par le malade, pendant les semaines qui suivent le dernier contact. Le vaccin ne peut être administré qu'aux sujets âgés de 6 mois ou plus pour le méningocoque A et âgés de 18 mois ou plus pour le méningocoque C.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Infections Méningite
Commentaires
1 vote
par YVON (IP:xxx.xx4.205.179) le 21 février 2012 a 22H24
YVON (Visiteur)

Soutien aux parents et proches de la victime. Et pourtant un vaccin efficace, remboursable, intégré dans le calendrier vaccinal existe. Mais aucune campagne d’information ni du ministère de la santé, ni des ARS, où des fonctionnaires sont grassement payés à faire des réunions stériles et à prendre des décisions sans aucun sens voire dangereuses. Virons tous ces incapables, au moins en mémoire de cette nième victime de l’incompétence ;

0 vote
par LeTof67 (IP:xxx.xx0.99.101) le 21 février 2012 a 23H25
LeTof67 (Visiteur)

@Yvon L’immunologie n’est pas une technologie ! C’est de la médecine : si on fait usage à tord de vaccins (comme les antibiotiques) on permet à des souches résistantes de se développer, face auxquelles on aura pas de moyens de défense. De plus, les vaccins comportent eux-même le risque d’infecter des personnes saines. Donc il est tout à fait préférable de ne vacciner/traiter qu’en cas de risques connus.

Il est vrai que c’est dramatique qu’une victime si jeune succombe. Mais si on fait n’importe quoi, il pourrait y avoir à l’avenir plus de cas. La santé publique doit faire ce choix.

Toute mes sincères condoléances à la famille.

0 vote
(IP:xxx.xx0.208.244) le 22 février 2012 a 00H04
 (Visiteur)

Nan mais qu’est ce qu’il faut pas lire......franchement quand on ne sait pas on ne dit rien, au lieu de risquer de répandre les fausses idées qu’on a surtout quand elles risquent d’être responsables de décès comme celui-ci.

Non, les vaccins n’engendrent pas de résistance des micro-organismes (virus comme bactéries), à la différence des antibiotiques. Les vaccins permettent même d’éradiquer des maladies (comme la polio, par exemple, qui était un véritable problème de santé publique il y a plusieurs dizaines d’années, ou encore la méningite à Haemophilus Influenzae qui tuait des enfants tous les mois encore au début des années 2000).

C’est dramatique que des gens puissent affirmer des choses pareilles et que les lecteurs non informés puissent être induit en erreur vis à vis de problèmes si graves.

Faites-vous vacciner ! Ne pas se faire vacciner contre la rougeole, c’est risquer peu de choses pour soi-même (la probabilité étant forte, en cas de contamination, d’être victime d’une forme béningne). Mais une personne malade de la rougeole contamine en moyenne 8 personnes. Et chacune a une probabilité, très faible certe mais bien présente, de développer une atteinte grave (encéphalite rougeoleuse, pneumopathie varicelleuse) et d’avoir de graves séquelles neurologiques voir de décéder. Donc moins il y a de personne à se faire vacciner contre la rougeole, plus il y a de décès (comme le démontre le début d’épidémie de rougeole de la fin 2011). Et ce n’est qu’un exemple de vaccination.

Quelqu’un qui sait de quoi il parle.

0 vote
par Un médecin (IP:xxx.xx4.205.179) le 22 février 2012 a 10H34
Un médecin (Visiteur)

Avec de pareils raisonnements,la polio,la variole,la diphtérie,le tétanos,la coqueluche ,l la rougeole..... feraient des ravages chez nous (comme elles en font encore dans les pays où les enfants ne sont pas vaccinés. Les vaccinations représentent un véritable progrès,et n’entrainent aucune résistance vis à vis des virus ou des bactéries comme il l’a été très bien écrit dans un autre commentaire,et comme le montre la pratique.

Vaccinez-vous vite !