Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une épidémie de rouille touche les caféiers d’Amérique centrale
Une épidémie de rouille touche les caféiers d'Amérique centrale
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 mars 2013
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une épidémie de rouille touche les caféiers d’Amérique centrale

Une épidémie de rouille touche les caféiers d'Amérique centrale

Selon le Centre international en recherche agronomique pour le développement (Cirad), une importante épidémie de rouille sévit depuis l’an dernier en Amérique centrale. Cette dernière, causée par un champignon du nom de Hemileia vastatrix, provoque de sérieux dommages sur près de 20% des caféiers. Alors que les pertes économiques se chiffreraient à plusieurs centaines de millions de dollars, l’épidémie pourrait affecter les récoltes jusqu’en 2016.

Les experts du Cirad indiquent que l’ensemble des plantations de caféiers de la région de l’Amérique centrale fait face à la rouille orangée, qui est causée par un champignon, Hemileia vastatrix. Ce dernier attaque les feuilles du caféier et peut être à l’origine de fortes défoliations. Les chercheurs précisent que le développement de la maladie aurait plusieurs causes. Seraient responsables, notamment, le réchauffement climatique, une baisse de la pluviométrie, une mauvaise gestion écologique, préventive et curative, des parcelles, une trop forte charge fruitière qui accroit une sensibilité des feuilles des caféiers à la rouille, et l’évolution du champignon qui se serait adapté aux aléas du climat. L’épidémie, qui pourrait se prolonger jusqu’en 2016, semble même en passe de gagner l’Amérique du Sud par le Pérou.
 
Selon le Cirad, les pertes économiques liées à cette épidémie vont s’évaluer au bas mot à plusieurs centaines de millions de dollars, avec des implications sociales importantes pour l’ensemble du secteur agricole de la région. On se souvient que le champignon, depuis son introduction en Amérique centrale en 1976, a été à l’origine d’épidémies sévères. Ce fut le cas au Costa Rica en 1989, au Nicaragua en 1995 et plus récemment en Colombie, de 2008 à 2011. Le Cirad ne se montre pas fataliste pour autant. Par la voix de Jacques Avelino, le centre précise qu’«  il est encore possible d’améliorer la résistance des matériaux cultivés, bien que les ressources employées dans l’amélioration végétale ne sont pas inépuisables. Par ailleurs, les pathogènes font preuve bien souvent d’une grande capacité d’évolution ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté