Accueil du site
> Santé & Maladies
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une autre pièce du puzzle pour comprendre l’attaque du VIH
Une autre pièce du puzzle pour comprendre l'attaque du VIH
note des lecteurs
date et réactions
18 mai 2015
Auteur de l'article
Université de Montréal, 110 articles (Pôle de recherche)

Université de Montréal

Pôle de recherche
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
110
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une autre pièce du puzzle pour comprendre l’attaque du VIH

Une autre pièce du puzzle pour comprendre l'attaque du VIH

Une équipe dirigée par Petronela Ancuta, professeure au Département de microbiologie, infectiologie et immunologie de l'UdeM et chercheuse au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM), apporte une partie de la réponse dans une étude publiée le 30 avril dernier dans RetrovirologyLe virus de l'immunodéficience humaine (VIH-1) a plus d'un tour dans son sac. Découvert il y a maintenant 32 ans, personne n'a encore réussi à mettre au point un vaccin pour guérir les 35 millions de personnes infectées dans le monde. Pour percer son mystère, il faut comprendre comment le VIH s'y prend pour déjouer les cellules immunitaires, la ligne de défense de l'organisme.

« Nous avons identifié un nouveau mécanisme de déficit en cellules Th17 chez les personnes infectées par le VIH. Ces cellules immunitaires sont la cible privilégiée du VIH-1. Lorsqu'elles diminuent dans la muqueuse intestinale, la maladie progresse », résume Petronela Ancuta, également professeure au Département de microbiologie, infectiologie et immunité de l'Université de Montréal.

Le VIH-1 ne s'attaque pas à toutes les cellules immunitaires. Il a une préférence pour certaines, les lymphocytes T qui portent à leur surface un récepteur particulier, appelé CD4+. Dès le début de l'infection, le virus détruit ces cellules, notamment dans le tube digestif, un site important de réplication virale. Une fois que le virus a tué suffisamment de lymphocytes T CD4+, les sujets infectés par le VIH développent le syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) en absence du traitement antirétroviral.

Le VIH-1 n'a besoin d'infecter qu'une fraction mineure de cellules T CD4+ pour se propager et persister dans l'organisme hôte. Les médicaments antirétroviraux réussissent à empêcher le VIH de se multiplier dans l'organisme. Pourtant, le VIH-1 n'est pas éradiqué avec les thérapies antirétrovirales actuelles, sans compter que les personnes infectées doivent recevoir à vie des traitements coûteux qui ne manquent pas d'effets indésirables.

Il faut donc mieux comprendre les bases moléculaires de la vulnérabilité des cellules T CD4+ au VIH pour arriver à éradiquer le virus. Une fraction des cellules T CD4+ sont notamment impliquées dans la défense contre les pathogènes au niveau intestinal. Ces cellules sont nommées Th17 car elles produisent un facteur soluble, l'interleukine-17 (IL-17), qui est essentiel pour leurs fonctions. « Nous avons trouvé que les cellules Th17 des sujets sains se différencient à partir de deux types de précurseurs qu'on dit naïfs, c'est-à-dire des cellules souches de cellules Th17, explique Petronela Ancuta. Chez les sujets infectés par le VIH, il y a un déficit majeur en précurseurs Th17 naïfs. Cette déplétion s'explique au moins en partie par l'infection préférentielle de ces cellules par le VIH », résume Petronela Ancuta.

La pénurie en précurseurs Th17 naïfs représente un nouveau mécanisme qui contribue à la perte de cellules Th17 et à la progression de la maladie. L'équipe de Petronela Ancuta continue à travailler sur l'identification des nouvelles stratégies pour préserver ces précurseurs Th17 naïfs chez les sujets infectés par le VIH, incluant les thérapies antirétrovirales administrées lors des phases précoces de l'infection. Pour cela, le diagnostic précoce de l'infection à VIH reste un but clinique majeur pour les sujets atteints de ce virus.

L'identification des précurseurs Th17 naïfs contribue à la compréhension du fonctionnement d'autres maladies qui sont associées, contrairement au VIH, à une exacerbation des fonctions Th17 telles que l'infection à virus de l'hépatite C, les maladies inflammatoires auto-immunes et le rejet des greffes.

Cette étude a été financée par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et la Fondation canadienne de recherche sur le sida (CANFAR). Les autres auteurs comprennent Sandrina DaFonseca, Julia Niessl, Sylvia Pouvreau ainsi que des chercheurs cliniciens au CRCHUM et à l'Université McGill. Les auteurs remercient le Réseau SIDA et Maladies Infectieuses du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS) ainsi que les plateformes scientifiques du CRCHUM.

 

Source : Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM).

SOURCES

  • http://www.nouvelles.umontreal.ca/recherche/sciences-de-la-sante/20150512-une-autre-piece-du-puzzle-pour-comprendre-lattaque-du-vih.html


Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sida