Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un virus mortel a pu frapper 10 000 touristes aux USA
Un virus mortel a pu frapper 10 000 touristes aux USA
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 septembre 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un virus mortel a pu frapper 10 000 touristes aux USA

Un virus mortel a pu frapper 10 000 touristes aux USA

Six personnes ont contracté une maladie potentiellement mortelle au village Curry, situé au cœur du parc naturel californien du Yosemite, et deux d’entre elles sont décédées. Il n’en a pas fallu moins pour que le Centre fédéral américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) donne l’alerte au niveau mondial. 10 000 vacanciers pourraient potentiellement déclarer la maladie, dont 53 familles françaises. Un numéro vert est mis à disposition.

La situation est inédite. Certes, on sait depuis deux décennies que l’hantavirus peut se transmettre de la souris à l’homme et engendrer des troubles pulmonaires mortels. Des cas d’infections isolées, au nombre de 580, ont ainsi été observés depuis 1993 sur le sol américain. Et un tiers des personnes contaminées ont trouvé la mort. Mais cette fois c’est une contamination en nombre qui se serait produite. Depuis le 10 juin, six touristes américains ont été contaminés dans le parc naturel de Yosemite, en Californie, et deux des personnes infectées sont mortes. Serait-ce le sommet d’un iceberg ? La donne qui fait frémir le Centre fédéral américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) est la suivante : 10 000 personnes ont fréquenté depuis la mi-juin ce haut lieu touristique du Curry village, à 1 000 mètres d’altitude dans la Sierra Nevada, et sont ainsi susceptible d’avoir contracté le virus.
 
Et l’inquiétude pointe aussi dans l’hexagone, puisque 53 familles françaises ont passé leurs vacances d’été aux Etats-Unis, précisément dans les hauteurs du Yosemite. Le ministère de la Santé, qui fait état de deux cas suspects parmi ces Français, y va ainsi de sa communication : « Le hantavirus n’est pas transmissible par l’homme. La contamination se fait en respirant le virus présent dans la poussière de bois ou la terre infectées par des déjections de rongeurs contaminés ». Les rongeurs ? C’est là que les autorités tiennent une piste pour trouver l’explication de cette soudaine envolée du virus. Les spécialistes suggèrent en effet que les populations de rongeurs seraient anormalement élevées dans le Yosemite : L’hiver dernier la neige y fut particulièrement tenace, ce qui s’est soldé par de grandes quantités d’eau au printemps, occasionnant une végétation dense… et une prolifération de souris.
 
Le virus est malheureusement peu reconnaissable dans les premiers temps de l’infection. Comme le rappellent les experts, les symptômes ne sont pas spectaculaires : bénins au début, l’infection se manifeste par une fièvre, des maux de tête et d’intestin, voire de toux. Là où les choses se corsent, c’est lorsque la maladie s’attaque aux poumons en entraînant une pneumonie se soldant, dans un tiers des cas, par la mort. En cas de doute, il est très important de faire preuve de réactivité auprès d’un professionnel de santé, car il n’existe aucun traitement. En France un numéro vert est d’ailleurs mis à la disposition du public à des fins d’informations, le 08 00 63 66 36.
 
Interrogé par 20minutes.fr, Jean-Marc Reynes, responsable du Centre national de référence (CNR) des hantavirus à l’Institut Pasteur, indique que la France est tout autant exposé au virus que le reste du monde : « Dans l’hexagone, la contamination classique concerne les gens qui rentrent dans une cabane ou une grange inhabitée et qui la nettoient : en balayant, on soulève les poussières contaminées ». Mais comme l’indique ce spécialiste, pas de panique : « La variante française du virus est beaucoup moins dangereuse que celle qui circule en Californie : On compte seulement 1% de mortalité pour les cas hospitalisés dans l’hexagone ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
par luka (IP:xxx.xx9.232.68) le 4 septembre 2012 a 10H29
luka (Visiteur)

"Six personnes ont contracté une maladie potentiellement mortelle " et "Un virus mortel a pu frapper 10 000 touristes aux USA". ces deux phrases démontrent que c’est un pure fait divers manipulé histoire de faire du buzz. Les médias préfèrent fabriquer des angoisses de toute pièce que de parler de la réalité, c’est plus vendeur... La moindre grippe est potentiellement mortelle...et on pourrait aussi s’amuser autant qu’on veut avec des "a pu"... D’ailleurs on va le faire avec la grippe saisonnière juste pour démontrer que ça marche. Cette année une grippe potentiellement mortel a pu frapper 20.000.000 de personnes dans le monde !

0 vote
par LS. (IP:xxx.xx6.140.167) le 4 septembre 2012 a 15H06
LS. (Visiteur)

Ta ta fait !

6000 morts de plus cet hiver que le précédent, fruit de la vague précédente anti vaccin H1N1. Il y a casting auprès des labos pour un vaccin dont le financement de 1 milliard est déjà prévu. " 10 000 touristes aux USA " ont peut être déjà serré la main d’un million de gens qui ont eux toussé dans dix lieux publics différents et donc la semaine suivante, c’est la pandémie... Mais pour une bonne pandémie, il faut démarrer dès la rentrée et jusqu’à son apogée, en février prochain : H4 N7...portilleur couché !

0 vote
(IP:xxx.xx8.196.161) le 4 septembre 2012 a 15H59
 (Visiteur)

C’est pire que les histoires de maisons hantées !!