Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un médecin arrêté pour fraude à la Sécurité sociale
Un médecin arrêté pour fraude à la Sécurité sociale
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 décembre 2010
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un médecin arrêté pour fraude à la Sécurité sociale

Un médecin arrêté pour fraude à la Sécurité sociale

Il y a du rififi à la clinique mutualiste d’Ambérieu-en-Bugey, dans l’Ain. Entre les murs de ce bâtiment blanc circulaire, cerné par une herbe verte et surplombé de grandes lettres bleues, des choses curieuses ont eu lieu au service des urgences.

Selon le Progrès et le Journal Du Dimanche plusieurs médecins de la clinique ont en effet été placés en garde à vue alors que le responsable des urgences, le Docteur Franck Raimondo, a été mis en examen pour de présumées fausses prestations payées par la Sécurité sociale. Ce n’est pas la première fois que ce médecin de 49 ans roulant en Porsche croise le fer avec la justice. En 2007, déjà, le Docteur Raimondo avait été renvoyé devant le conseil régional de l’ordre des médecins pour avoir laissé exercer un étranger, le Docteur Ateba, qui n’était pas autorisé à travailler en France, ce qui lui a valu un avertissement de la chambre disciplinaire le 15 mai 2009.

En 2008, trois anciens salariés du Docteur Raimondo ont porté plainte contre lui pour fausses déclarations de revenus. La même année, ce sont les caisses primaires d’assurance-maladie (CPAM) qui ont porté plainte a son encontre pour fraudes diverses. Verdict : Une condamnation à « trois mois d’interdiction de donner des soins aux assurés sociaux », prononcée le 19 juillet 2009. Aujourd’hui, l’urgentiste-homme d’affaire -gérant des deux sociétés Avenir développement & Organisation santé et ADO, spécialisées dans l’hospitalisation à domicile- est questionné par la justice pour des anomalies de cotisations, et des facturations d’actes non effectués dans les dossiers d’une cinquantaine de patients.
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté