Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Un cousin du SRAS sévirait en Arabie saoudite
Un cousin du SRAS sévirait en Arabie saoudite
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
26 septembre 2012
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Un cousin du SRAS sévirait en Arabie saoudite

Un cousin du SRAS sévirait en Arabie saoudite

Un nouveau virus de la famille des coronavirus, semblable au SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère, responsable d’une épidémie mortelle en 2003), a fait son apparition en Arabie saoudite. Deux Saoudiens en sont décédés. Un Qatari ayant voyagé en Arabie saoudite, et atteint par le virus, a été hospitalisé à Londres dans un état critique. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) surveille ainsi de près l’éclosion du virus en Arabie saoudite, et plus généralement au Moyen-Orient. Si des mesures sanitaires sont envisagées dans le cadre du pèlerinage à La Mecque, les autorités saoudiennes se veulent rassurantes.

L’OMS a fait part de son inquiétude suite à la découverte d’un nouveau coronavirus semblable au SRAS en Arabie saoudite. Trois cas ont été déclarés à ce jour. La maladie a fait un mort en début d’année, un Saoudien âgé de 60 ans. Un autre, dont l’identité est moins connue, a également succombé face à ce mal redouté. Et un patient est actuellement dans un état critique sur un lit d’hôpital. Ce dernier, un Quatari de 49 ans, souffrait des « symptômes d’une grave infection respiratoire » après avoir séjourné en Arabie Saoudite. Transféré d’urgence à l’hôpital de Doha, il est pris en charge depuis le 11 septembre au Royaume-Uni. Selon l’OMS, qui a effectué des prélèvements sanguins tout en continuant ses recherches, ces trois cas « présentent des similitudes », notant que « le virus provoque de graves lésions rénales ».

Prenant la mesure du risque, l’organisme santé des Nations Unies a d’ores et déjà fait savoir qu’elle collaborerait avec les autorités sanitaires saoudiennes pour déclencher des mesures éventuelles dans le cadre du pèlerinage de La Mecque, qui aura lieu fin octobre et qui devrait réunir environ trois millions de fidèles. La même prudence est observée chez le professeur Peter Openshaw, directeur du Centre des maladies respiratoires infectieuses à l’Imperial College de Londres. Celui-ci a en effet déclaré que « toute preuve de la transmission entre êtres humains serait très inquiétante et ferait surgir le spectre d’une nouvelle épidémie comme celle du SRAS ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté