Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Thé vert anticancer : le mythe s’effondre
Thé vert anticancer : le mythe s'effondre
note des lecteurs
date et réactions
10 janvier 2011 | 34 commentaires
Auteur de l'article
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Catherine Cerisey

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
45
nombre de commentaires
6
nombre de votes
2

Thé vert anticancer : le mythe s’effondre

Thé vert anticancer : le mythe s'effondre

Des dizaines de scientifiques dans le monde cherchent désespérement à prouver les vertus de certains aliments ou boissons dans la lutte contre le cancer. Dans la multitude d’hypothèses avancées, le thé vert détient probablement la palme. Sensé prémunir ses adeptes contre la maladie, il est de loin, le produit anti-cancer le plus plébiscité et le plus facilement consommable. Certains médecins avançaient jusqu’à aujourd’hui qu’il faisait partie des produits naturels susceptibles non seulement déviter de tomber malade mais si malheureusement c’était déjà fait, d’éviter une rechute ! Trois à cinq tasses par jour de cette boisson miracle et nous voilà assurés d’un risque de récidive bien moins important que les buveurs de café ou même de thé noir.

 

Il est vrai que l’incidence du cancer du sein dans les pays asiatiques dans lesquels le thé vert est une institution, est bien moins importante que dans nos pays occidentaux. Et il est légitime de chercher l’explication dans les importantes différences entre l’alimentation occidentale versus l’alimentation orientale… Alors pourquoi ne pas chercher du côté du thé ? A la décharge de ces fervents partisans, les Docteurs David Servan-Schreiber et Béliveau en tête, des recherches ont été menées in vitro et sur les souris qui semblaient vérifier ces suppositions. Restait à l’infirmer ou le confirmer sur l’homme.

Malheureusement une importante étude japonaise orchestrée par le Professeur Motoki Iwasaki, du Centre national du cancer de Tokyo, secondé par ses collègues du département de nutrition et d’épidémiologie de Harvard School of Public Health dont les résultats sont parus en novembre dernier, fait s’écrouler ce mythe qui a la dent dure. La cohorte comprenait 54 000 femmes japonaises consommatrices ou pas de différents thé vert et a duré sur une période de 5 ans. 12% d’entre elles buvaient moins d’une tasse par jour et 27%, 5 tasses ou plus. Malheureusement au terme de l’étude, aucune corrélation n’a été observée entre consommation de thé vert et incidence de cancer du sein. La base de l’étude portant sur un nombre extrêmement important de femmes, ces résultats sont scientifiquement significatifs….

Bref, encore une fois, loin de moi l’idée de jeter la pierre à celles qui tentent désespérement de s’assurer une bonne santé grâce à une alimentation saine. Je suis intimement persuadée que nous devons tous l’adopter afin de se préserver d’une multitude de problèmes. Comme vous, je serai ravie de connaitre la meilleure façon de ne pas rechuter. Comme vous j’adorerais, que l’on trouve des vertus anti-cancer à un aliment ou à tout autre produit naturel. Malheureusement nous en sommes loin…. Je suis contre tous les excès dans un sens ou dans l’autre, et les dires de certains me paraissent même à la limite du dangereux. Faire croire que consommer tel ou tel aliment ou boisson prémunira d’un cancer, voire ce qui me semble pire, vous en guérira est une démarche intellectuelle que je redoute. Libre à vous de changer votre façon de boire et de manger mais attendons les études scientifiques fiables et avérées avant de crier victoire. Alors oui, consommez du thé vert qui, s’il n’est pas la boisson miracle tant attendue, ne vous fera aucun mal, hormis vous envoyer au toilettes plus souvent que de raison !

A lire aussi : manger sein !



Catherine Cerisey

POST-SCRIPTUM

  • Pour en savoir plus sur le cancer du sein : mon blog

SOURCES

  • Sources : technosciences.net / carevox.fr/ futurasciences.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cancer Thé
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx2.161.6) le 11 janvier 2011 a 11H38
 (Visiteur)

tout, n’importe quoi et son contraire…

« Regularly drinking green tea could protect the brain against forms of dementia including Alzheimer’s, a study published today shows ».

Source : http://www.guardian.co.uk/society/2...

5 votes
par Mendosa (IP:xxx.xx1.184.204) le 11 janvier 2011 a 12H34
Mendosa (Visiteur)

N’est-ce pas plutôt une plus faible consommation de produits laitiers et de viandes qui "expliquerait" les différences observées de prévalence pour les cancers ?

7 votes
par parkway (IP:xxx.xx8.112.169) le 11 janvier 2011 a 12H45
parkway (Visiteur)

seule solution possible : réglementer strictement l’agriculture sur les engrais pesticides et les industries alimentaires qui utilisent des produits cancérigènes.

mais c’est un problème politique : les putes sont payées par les industriels...

9 votes
par ariane walter (IP:xxx.xx1.123.44) le 11 janvier 2011 a 14H33
ariane walter (Visiteur)

Article sans intérêt. la logique y répond. le thé vert protège du cancer en tant qu’aliment sain comme tous les autres aliments sains. Boire du thé vert régulièrement est meilleur que boire du vin rouge . (On peut en boire plus. On sait qu’un verre de vin rouge par jour est bon, mais en ce qui me concerne, quand je bois du vin, que j’adore, je ressens immédiatement son effet dans mon sang comme si on me shootait. le vin m’endort dans les 3mn qui suivent...))

Par ailleurs tts les remqrques au-dessus sont justes. Produits bio. Eviter lactose et gluten. Surtout : manger modérément et surtout, ma dernière découverte : boire des litres de légumes lacto-fermentés. Tout l’appareil digestif et les petits intestins sont régénérés et la peau est florissante...

pas la peine de faire des expériences sur 50 000 personnes pour l’apprendre. Le seul bon cobaye a bien nourrir, c’est vous. Faites vos tests sur vous-même !

3 votes
par Autodéfense_Intellectuelle (IP:xxx.xx6.43.147) le 11 janvier 2011 a 21H41
Autodéfense_Intellectuelle (Visiteur)

Mettre sur le même plan une expérience personnelle (avec tous les biais cognitifs possibles) et une expérience scientifique, vous n’avez pas froid aux yeux. Il y a des bases théoriques pour expliquer que le thé vert soit anti-cancéreux (présence d’antioxydants, ...) qui je pense sont exactes. Mais ce que l’étude prouve, c’est que cet effet n’existe pas de manière importante.

Après, on peut se poser la question de la précision de cette étude. En effet, ce n’est pas tellement le nombre de femmes de l’étude qui est important, mais le nombre de femmes ayant développé un cancer. Si on admet une prévalence du cancer du sein de 1/9 (1 femme sur 9 développe ce cancer dans sa vie) et que ce cancer a une chance sur 6 de ce développer lors des 5 ans de l’étude, on trouve un ordre de grandeur de 1000 femmes. Statistiquement, c’est significatif. On peut affirmer à partir de cela que le thé vert ne joue pas un rôle significatif contre le cancer. Bien sûr, il faudrait analyser l’entièreté de l’étude pour être sûr qu’il n’y a pas de biais qui pourraient remettre en cause la validité de cette étude.

Cela dit, si vous croyez à l’effet du thé vert comme anti-cancer, il pourrait se révéler efficace contre cette maladie, par l’effet placebo, depuis longtemps démontré par les scientifiques. Mais le rôle de cet effet reste limité, surtout sur des pathologies lourdes, hélas.

4 votes
par Catherine Cerisey (IP:xxx.xx9.78.109) le 11 janvier 2011 a 15H03
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

@Ariane : merci de l’intérêt que vous portez à cet article ;-). Il est évident en effet, qu’en tant qu’aliment sain, boire du thé vert n’a aucune incidence néfaste sur votre organisme ! Le propos de cette étude n’est pas celui là, mais la prévention des cancers et notamment du cancer du sein. Est-ce que boire du thé vert peut protéger et empêcher la survenue d’un cancer et si oui, à quelle dose. Le sujet est d’importance compte tenu de l’incidence galopante de la maladie. Et pour l’instant, nous n’en avons aucune preuve scientifique... Bien manger et bien boire, à savoir de tout et sans excès, en évitant les produits industriels est une évidence pour tous y compris pour ces médecins japonais... Mais manger bio n’est pas gage d’une vie sans cancer ! Celui-ci est bien plus compliqué et plus sournois que ça. Touchée par un cancer du sein, il y a 10 ans, je m’intéresse, contrairement à vous, à ces études faites à grande échelle, qui pourront peut être un jour démontrer l’intérêt d’un aliment plus qu’un autre dans la prévention des cancers et de leurs rechutes.

2 votes
par ariane walter (IP:xxx.xx1.100.41) le 11 janvier 2011 a 17H18
ariane walter (Visiteur)

je comprends mieux votre démarche, Catherine. mais pensez-vous, logiquement, que quoi que ce soit puisse être anti-cancéreux ? N’est-ce pas plutôt un ensemble qui donne des garanties ? Et puis, quand on connaît la variété de la nature humaine... je suis moi aussi très sensible à ces problèmes. je vous redonne ma dernière découverte : des jus de légums lacto-fermentés, qui nettoient les intestins et ont un effet super. Or, nettoyer le corps est la base de tout. ce que je prends aussi régulièrement, de l’argile et du charbon. Tout cela pour nettoyer. Bien à vous !

1 vote
par John (IP:xxx.xx9.148.38) le 11 janvier 2011 a 18H19
John (Visiteur)

En tout cas le thé vert reste un très bon anti-oxydant et par voie de conséquence il est à recommander pour la prévention des cancers.

Mais de là à dire qu’il empêchera ou atténuera un cancer c’est en effet exagéré.

Beaucoup de facteurs sont à prendre en compte : consommation de lactose, viande rouge, sel, sucre... sans oublier les métaux lourds ( en particulier le mercure) de plus en plus présents dans nos organismes, additionnés à la pollution et à l’hygiène de vie, bref beaucoup de facteurs qui contribuent à une immunité plus faible et donc à plus de cancer.

1 vote
par Ea (IP:xxx.xx7.211.61) le 11 janvier 2011 a 20H07
Ea (Visiteur)

pas grave le citron et l’huile d’olive, à cause d leur haix taux ionique en font les meilleurs anti-cancérigènes qui soient

et puis de toute façon on peut inverser aujourd’hui TOUTES oles nouvelles officielles distillées par les rothschilds de Lisbonne à Moscou en passant par Tokyo et new yorks

alors l’avis des marchands d’armes sionistes et des assassins de masse de wall street et de Londres, ces saletés de tories, vous savez ce qu’on en fait ?

0 vote
par Ea (IP:xxx.xx7.211.61) le 11 janvier 2011 a 20H09
Ea (Visiteur)

il faut lire haut taux ionique bien sûr

0 vote
par Catherine Cerisey (IP:xxx.xx9.78.109) le 11 janvier 2011 a 20H14
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Non malheureusement, Ariane, vous avez raison tout comme John, aucun aliment ne peut être qualifié d’anti-cancéreux dans le sens ou il n’empêchera pas à lui seul la survenue ou la guérison d’un cancer. Cette maladie est multi-factorielle et c’est un faisceau de facteurs divers qui fera que vous déclencherez la maladie ou pas : nutrition et par voie de conséquence le poids, hérédité, aspects psychologiques , environnement, hygiène de vie avec entre autre la pratique régulière de sport etc... Malheureusement, certaines personnes sont encore persuadés que tel ou tel aliment consommé en grande quantité leur évitera la maladie ou la rechute et cette étude va à l’encontre de ces croyances.... en tout cas en ce qui concerne le thé vert ! Merci à vous et très bonne soirée Catherine

1 vote
par Riorim (IP:xxx.xx3.22.58) le 11 janvier 2011 a 21H39
Riorim (Visiteur)

Bonjour Catherine ! Et merci pour votre témoignage qui entraine de bonnes réactions dans son sillage. Je trouve excellente l’attitude d’Ariane et très lucide celle de Parkway (les pesticides !!!). Je ne vous connais pas, mais, en vous lisant, j’ai relevé quatre fois le mot ’malheureusement’. Connaissez-vous l’impact des mots ? Sur votre santé, bien sûr !

Même nos pensées agissent. Au delà de toute nourriture, saine ou non, nous pouvons agir en choisissant le meilleur, en manifestant notre reconnaissance à notre corps, cet édifice qui nous permet d’exister et d’évoluer. Voilà ma contribution. Et bonne route à tous.

0 vote
par Catherine Cerisey (IP:xxx.xx9.78.109) le 11 janvier 2011 a 21H49
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Bonjour Riorim,

Les mots et les pensées ont leur importance vous avez raison.... Je ne sais pas s’ils ont un impact sur ma santé mais ils l’ont sur mon moral, c’est certain ! Je ferais attention de ne pas employer de mots "malheureux" à l’avenir :-)... sans pour autant être persuadée que cela aura une incidence sur une éventuelle récidive ! Très bonne soirée

2 votes
(IP:xxx.xx3.141.65) le 12 janvier 2011 a 10H50
 (Visiteur)

Catherine,

Si vous n’avez pas encore compris que votre état d’esprit influence fortement la maladie, vous avez tout à apprendre. Renseignez-vous sur l’effet nocebo/placebo. De nombreuses études ont prouvé depuis longtemps l’impact du moral des patients sur les maladies et notamment les cancers... Cela a été validé sur des rats de labo comme sur les hommes. Il est surprenant que vous ne soyez pas au courant. Je suis désolé pour vous que vous passiez à côté de cette voie pour votre santé. Si votre médecin ne vous a pas informé sur ce sujet, je vous invite à en changer dès que possible. http://www.em-consulte.com/article/... http://cellequirecycle.hautetfort.c...

Il y a, en outre, beaucoup de fausses idées sur cette maladie. Ainsi, certains nous disent que le principal facteur est le patrimoine génétique du patient. C’est faux. Le cancer est une réaction du métabolisme à un (des) produit(s) toxique(s) ou un élément qui détériore les cellules. Le cancer survient lorsque cette agression est répétée sur une longue période. il est préférable d’être exposé à un facteur cancérigène ponctuellement que de manière récurrente même si la dose est plus faible. Les cancer viennent absolument de notre environnement moderne. L’alimentation, la pollution dans nos habitations et certains vaccins/médicaments agressent notre métabolisme tout au long de notre vie de citoyen de pays "développé". Ainsi, une étude a démontré que les momies n’avaient pas de cancer. Leurs cellules n’étant pas agressée en permanence par des produits chimiques. http://www.maxisciences.com/cancer/... Il est probable que nos organismes tiennent plus ou moins longtemps avant de dégénérer face à ces agressions et c’est là le seul impact de notre patrimoine génétique. Nous résistons plus ou moins. Mais en aucun cas nos gènes sont la cause des cancers.

Assurément, la diminution du risque passe par une alimentation biologique, riche en fibre et en vitamines C et en évitant le contact répété avec les produits cosmétiques et médicaments. http://cancertemoignage.free.fr/can... http://kystes.blog.lemonde.fr/2009/... http://www.informationhospitaliere....

Je suis assez étonné de voir beaucoup de monde acheter ces nouveaux désinfectants "anti-grippe" pour les mains et se mettre ces saloperies sur les mains régulièrement. Lisez l’étiquette, la liste des composants est intéressante pour tout passionné de chimie... Plus de 20 composants chimiques différents quand on sait qu’en plus ces désinfectants tuent aussi les défenses de l’épiderme et donc pénètrent dans le sang avec plus de facilité...

Il faudrait que les gens se réveillent, on nous tue à petit feu, ce n’est pas la faute de nos patrimoines génétiques.

0 vote
par Catherine Cerisey (IP:xxx.xx9.78.109) le 12 janvier 2011 a 13H57
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

au visiteur anonyme ci-dessus, je ne peux malheureusement pas répondre directement sous votre message (je pense qu’il se reconnaitra)

je crois que vous m’avez mal compris ou mal lu... Lorsque je parle de risque environnementaux ou liés à l’alimentation, je pense vous rejoindre. Mais ce ne sont pas les seuls facteurs... D’autre part il est avéré que 5% à 10% des cancers du sein sont héréditaires. Quant au moral dont vous parlez, il ne m’est pas été donné de voir des personnes atteintes d’un cancer arborant un moral d’acier... croire et leur dire que gardez le moral fait partie de la guérison (50% si on en croit certain) est un diktat de bien-portants culpabilisant et en aucun cas vérifié par de quelconques études si ce n’est celles faites sur des rats de laboratoire. J’aimerais bien que l’on m’explique comment on quantifie le moral d’une souris ;-). j’ai écrit à ce propos un billet sur mon blog qui vous interessera sans doute grandement : http://catherinecerisey.wordpress.c...

Je reste persuadée que le cancer est multi-factoriel, je ne pense pas vous convaincre du contraire... restons donc chacun avec nos convictions :-) Catherine

1 vote
(IP:xxx.xx5.109.227) le 12 janvier 2011 a 18H51
 (Visiteur)

Catherine, Tout d’abord merci de m’avoir répondu. Votre message est assez amusant et je vous confirme que vous avez plein de merveilleuses choses à découvrir.

"il est avéré que 5% à 10% des cancers du sein sont héréditaires"

D’où tenez-vous cette information ? Sur quel panel cette étude statistique a-t-elle été réalisée ? Depuis quand ? Il est avéré que les momies n’avaient pas de cancer, ni du sein ni d’ailleurs... Alors ces poucentages ne sont plus valide à cette époque. Sans facteur environemental, comme à l’époque des momies, plus de cancer de sein, individus résistants ou non. CQFD. Il est préférable de se baser sur des faits plutôt que des statistiques dont les critères d’enquête peuvent fausser les résultats.

Concernant les souris. Il est tout à fait possible de jouer sur le morale des animaux. Cela se traduit par des jeux liés à la nourriture ou des stimulations diverses (visuels, auditives, etc). Dans une étude par exemple, on greffe une tumeur aux cobayes. On les sépare en groupes. Puis on étudie l’évolution de la tumeur dans chaque groupe. Il a été ainsi prouvé qu’un groupe "heureux" guérissait mieux qu’un groupe souffrant et désespéré. On a aussi prouvé qu’un état de stress maitrisé (on soumettait ces petites bêtes à des stimulations désagréables mais elles avaient appris à stopper la stimulation), était encore meilleur qu’une "tranquillité totale". Évidemment, les plus malades sont celles qui ne font que subir et à qui on n’a pas donné de possibilité de contrôler leur situation. Celles qui à terme perdent toute volonté et ne font que subir leur triste sort ont donc les moins bons résultats.

Concernant les hommes, certains médecins ont regroupé des cas de rémission exceptionnels. Le constat est que ces heureux miraculés jouissaient d’un moral d’acier. Je vous invite à lire les travaux du Dr Jean Jacques Charbonnier, Anesthésiste Réanimateur qui témoigne de cela. Il n’est pas question ici de magie mais de science. L’effet nocebo et placebo a été testé et validé. Qu’est-ce que le nocebo si ce n’est l’influence du morale sur la maladie ? A moins que vous niez la véracité des études sur les placebo/nocebo et dans ce cas, vous entrez dans le domaine de la croyance et non de la science qui a prouvé cela depuis longtemps.

Quant à votre allusion de "diktat de bien-portant", j’attire votre attention sur le fait que ce dont je vous parle vient directement d’experts dans le domaine : médecins anésthésistes-réanimateurs, généralistes, oncologues et neurologues. Ces "bien-portants" sont donc confrontés à la mort bien trop souvent. En outre, dans une société ou près d’un quart de la population déclenchera un cancer, je ne pense pas que beaucoup de monde se sente à l’abri de cette maladie. Évidemment, vous trouverez toujours des médecins qui resteront sur des préjugés ou des rapports aux vertus marketing provenant de certains labos. Il faut comprendre que les médecins français ont appris à réagir à un diagnostic en terme de traitements médicamenteux et ont souvent tendance à sous-estimer l’étude des causes du mal... Beaucoup sont victimes de dissociation cognitive. http://fr.wikipedia.org/wiki/Disson...

On a tendance à nous bourrer de médicaments point barre. Savez-vous qu’au Brésil près de 200 cliniques pratiquent des soins à l’aide de "spirites". Ces cliniques ont les meilleures résultats du pays. Savez-vous que l’hôpital d’Annemasse en Haute-Savoie possède une liste de "barreurs de feu, chamans d’Amérique du Sud qui suscitent l’intérêt de l’industrie pharmaceutique ? Je ne suis pas croyant et pourtant, si ces "intervenants" sont invités depuis plus de 10 ans maintenant à soulager les douleurs des patients, c’est bien que des résultats ont été constaté, ou alors le chef de service a envie de passer pour un charlatan... comme les 200 cliniques Brésiliennes. Nous sommes en France l’un des pays les moins évolué en terme de spiritualité, les français ont donc un plus grand effort à faire pour sortir de leur matérialisme limité.

Si, un jour, vous souhaitez explorer ces nouvelles découvertes je vous recommande le documentaire "faux Départ" sur les récentes découvertes au sujet de notre conscience. Je regrette que vous ne fassiez peut-être jamais cet effort intellectuel, voulant rester avec vos convictions. Voici le lien tout de même : http://www.s17production.com/fr/Fau...

Pour ceux qui, curieux de nature, chercheront à savoir où en est la science par rapport à la conscience, vous constaterez que dans la liste des intervenants dans ce documentaire se trouvent : Dr JP Postel (anesthésiste-réanimateur) Dr Eric Dudoit (Psychologue au CHU de la Timone à Marseille) Pr Olaf Blanke (Neurologue) Dr Pim van Lommel (cardiologue) et d’autres à découvrir dans des conférences comme à Martigues en 2006.

Enfin, en tant que scientifique rationnel, je suis persuadé qu’un jour la mécanique quantique permettra d’expliquer les tenants et aboutissants de ce pouvoir de l’esprit sur notre cerveau : http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/... Aujourd’hui, nous constatons des résultats sans comprendre les mécanismes, cela n’enlève rien à la rigueur scientifique des premières conclusions. Les faits sont là.

Catherine, je vous souhaite de retrouver une parfaite santé et ... beaucoup de bonheur pour la conserver ! :-)

0 vote
par Catherine Cerisey (IP:xxx.xx9.78.109) le 12 janvier 2011 a 19H55
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Encore une réponse à mon commentateur anonyme ;-)

Dans un premier temps, je vous répondrais sur la génétique : le fait que 5 à 10% des cancers du sein soient d’origine héréditaire est communément admis par tous les oncologues, oncogénéticiens et chercheurs de tout bord. Je suis étonnée que vous n’en ayez pas eu connaissance vous un scientifique rationnel. Les gènes BRCA1 et 2 ont été découverts dans les années 90 et leur mutation est une des causes avérées de certains cancers du sein. Mais je ne vous ferais pas l’affront de croire que vous n’avez rien lu sur le sujet ! et puisque vous aimez les liens je vous poste ici la confirmation de ce que j’avance : http://www.e-cancer.fr/les-cancers/... (je préfère vous mettre un lien vers le site de l’INCa plutot que celui qui pointe vers wikipédia source peu fiable s’il en est !)

Je sais qu’aujourd’hui, je suis en rémission totale et ce n’est en aucun cas grâce à un moral que j’ai eu bien bas et ce pendant tous les traitements. Mais bien sur mon expérience n’est pas scientifiquement significative... J’ai la chance de connaître énormément de femmes dans mon cas, et toutes rapportent un moral vacillant dès l’annonce du cancer et pourtant, elles sont toujours là pour témoigner. Vous parlez du moral des souris, mais il me semble que vous faites allusion au stress et non au moral qui je le répète me semble difficilement quantifiable auprès des animaux.... Vous admettrez aisément que ce sont deux choses bien différentes. D’autre part, si c’était le cas ce dont je doute toujours, bien souvent, et vous le savez aussi, les tests avérés en laboratoire sur les animaux ne se confirment pas sur l’homme.

Peut être que, si vous aviez eu la malchance de tomber malade, ce que je ne vous souhaite pas, vous comprendriez mieux de quoi je parle. Peut être que vos convictions seraient moins fermes et dans tous les cas moins agressivement présentées face à une mort à laquelle personne n’est préparé....

Quant au reste, je vais, contrairement à ce que vous avancez, prendre le temps d’aller voir vos liens, puisque je n’ai aucun préjugé sur qui et quoi que ce soit. .. par curiosité intellectuelle justement.

Merci de vos souhaits de bonne santé je vais donc continuer à essayer de faire mentir les statistiques et rester en vie malgré mes convictions....

Catherine

1 vote
(IP:xxx.xx5.109.227) le 13 janvier 2011 a 19H00
 (Visiteur)

Merci Catherine pour votre lien. Pour ma part, peu importe l’étiquette du site (wiki ou d’autres), je garde mon esprit critique et confirme les informations délivrées en les croisant avec d’autres sites, pas vous ? Je connais ce genre d’études. Elles corroborent ce que je vous explique depuis le début, c’est à dire que sans notre environnement cancerigène, il n’y aurait pas de cancer : "C’est ce que l’on appelle une prédisposition génétique." - 3e paragraphe


Mais la tournure alambiquée de ce texte induit le lecteur en erreur. Ainsi, l’auteur de cet article -qui est anonyme, comme moi lol - commence par dire que lorsque plusieurs personnes d’une même famille sont atteintes du même cancer, il peut s’agir d’un cancer héréditaire... mais il explique aussi plus loin qu"être porteur d’une mutation d’un de ces gènes ne se traduit pas systématiquement par l’apparition mais favorise etc." Ce qui revient à dire que cette "faiblesse génétique" nous rend moins résistant face à un environnement cancerigène. Comme je l’ai mentionné plus haut, nous sommes plus ou moins résistants selon notre métabolisme face aux agressions cancerigènes de la vie moderne. Alors ce qu’on devrait chercher, c’est à quoi cette famille est exposée pour provoquer ce cancer, non ? Vous me suivez ?

Encore une fois l’étude du Pr Michael Zimmerman et sa collègue Rosalie David, de l’université de Manchester vous prouve que le cancer est une maladie liée à notre vie moderne, nos ancêtres n’avaient presque pas de cancer : Néandertal : "sur des milliers d’os fossilisés étudiés par les paléontologues, un seulement présente des signes possibles de cancer" Momies égyptiennes : "un seul cas, alors que maladies artérielles ou osseuses y sont souvent visibles"

source : http://www.thearchaeologicalbox.com...

Encore une fois, la médecine matérialiste n’essaye pas de trouver les causes. Pas étonnant qu’il y ait des rechutes si les causes sont toujours là. Le fait de resister plus ou moins longtemps selon son métabolisme et ses gènes n’est-il pas secondaire ?

Pour en revenir aux animaux, ils ont contrairement à ce que vous pensez un "moral" et peuvent même être en état de dépression. Dans l’exemple que je mentionne, les "démoralisés" correspondent au groupe soumis à un stress et qui n’a aucun moyen de contrôle. Les stressés sont les cobayes du groupe qui subit également les stimulations aléatoires désagréables mais à qui on a appris à stopper les stimulations. Elles restent stressées mais le fait de garder le contrôle a un effet bénéfique sur leur guérison.

Je n’ai jusqu’à présent pas eu de cancer mais j’ai perdu des proches. J’ai bien compris que d’avoir le moral et surtout d’être convaincu que l’on est totalement guéri est quasi impossible puisque les médecins vous rappellent que l’on peut toujours rechuter. Je ne prétend pas avoir plus de force d’âme que les autres. Une astuce mentionnée par Claude Bannward, un homme qui témoigne d’une rémission spectaculaire : cancer de la vessie avancé, une vessie avec une surface bourgeonnante et sanguinolante et des meta-stases sur le foie, les reins sur le point d’exploser etc. Après une quatrième chimio (les 3 premières ayant échouées) et 16 mois plus tard : une vessie lisse comme une peau de bébé et plus aucune tâche sur le foie ! Un véritable miracle d’après son urologue. Cet homme explique qu’il chasse en permanence ses idées négatives. Dès qu’une lui vient à l’esprit, il pense aussitôt à quelquechose de positif. Cet homme a en outre passé la période entre les 2 examens au bord d’une mer chaude...

IL EST DONC QUESTION DE PENSEE POSITIVE

Voilà, je vais arrêter là. Ce qui nous sépare est lié à la dissonance cognitive, phénomène dont vous seule avez la clé.

Amitiés et pensées positives,

1 vote
par Riorim (IP:xxx.xx3.22.58) le 12 janvier 2011 a 21H28
Riorim (Visiteur)

Catherine !

Votre dernière phrase cacherait-elle une résolution personnelle ?

""Merci de vos souhaits de bonne santé je vais donc continuer à essayer de faire mentir les statistiques et rester en vie malgré mes convictions....""

Rester en vie malgré quelles convictions ?

Merci à anonyme pour son bel élan !

0 vote
par Catherine Cerisey (IP:xxx.xx9.78.109) le 12 janvier 2011 a 21H37
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Mais malgré mes convictions personnelles qui ne vont pas forcément dans le sens de la bienséance, du bien manger, du bien boire, du bien penser....cher Riorim ;-) et probablement dans celui de notre cher anonyme ! Le plaisir sans excès néanmoins, est gage d’une longue vie non ?

1 vote
par Riorim (IP:xxx.xx3.22.58) le 13 janvier 2011 a 01H08
Riorim (Visiteur)

Je me suis sans doute mal exprimé. Je vous propose d’aller voir ce que recouvre ce ’malgré’. Vous auriez écrit "je reste en vie avec mes convictions", cela n’aurait pas prêté à confusion. Mais vous avez écrit " je reste en vie malgré mes convictions".

Encore une fois, ne minimisez pas le sens des mots. Surtout concernant le fait de rester en vie. Si quelqu’un dit : "je reste en vie malgré le tremblement de terre" ou bien "je reste en vie malgré mon accident", la phrase est cohérente. Le "malgré mes convictions" donne une curieuse couleur à vos convictions...

(A vous d’interpréter ce que vos convictions vous empêchent de faire. )

0 vote
par Catherine Cerisey (IP:xxx.xx9.78.109) le 13 janvier 2011 a 07H29
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Non non Riorim,

Je confirme en pesant mes mots : "malgré" mes convictions :-)

1 vote
(IP:xxx.xx1.147.100) le 12 janvier 2011 a 09H28
 (Visiteur)

Le fait que la consommation de thé vert ne diminue pas le risque de cancer du sein prouve-t-il que cette consommation ne diminue le risque d’aucun autre cancer ?

Peut-être faudrait-il titrer : "Thé vert anti-cancer-du-sein : le mythe s’effondre". Je ne sais pas si on peut généraliser à tous les cancers à partir de cette étude japonaise qui ne porte que sur le cancer du sein.

1 vote
par o17 (IP:xxx.xx7.151.67) le 12 janvier 2011 a 10H57
o17 (Visiteur)

A priori bien faite, cette étude montre qu’il n’y a aucune corrélation qu’avec le cancer du sein mais pas avec les autres cancers ou tout autres maladies. De plus une étude unique ne suffit pas à prouver l’existence (ou non) entre un aliment et un cancer, d’autres études sont nécessaires expérimentales par exemples.

Cependant l’article est bien fait et montre bien que l’on doit être prudent avec les allégations nutritionnelles que l’on nous annonce dans les divers médias.

PS : Le thé vert est quand même très bon pour la santé ;)

0 vote
par Catherine Cerisey (IP:xxx.xx9.78.109) le 12 janvier 2011 a 11H54
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Bonjour à tous,

Bien entendu cette étude ne concerne que l’éventuel effet de la consommation importante de thé vert sur la survenue d’un cancer du sein. Ayant moi-même touchée, je ne m’intéresse qu’à cette pathologie, et ne connais pas les études faites sur les autres cancers, ni même si il y en a eu d’ailleurs. Vous avez raison, j’aurais du insister sur ce fait dans le titre. Bonne journée

1 vote
par michmich2510 (IP:xxx.xx2.180.207) le 12 janvier 2011 a 10H10
michmich2510 (Visiteur)

Je pense que la santé, tout comme la maladie, est endogène à l’être humain. La nourriture nous apporte les éléments essentiels à notre santé. Les poisons nous apportent la maladie et la mort. En me nourrissant convenablement, je traverse depuis 12 ans maintenant, toutes les épidémies sans jamais être infecté et ce, même si beaucoup de mes proches sont touchés. Notre corps se soigne lui même si nous lui apportons ce dont il a besoin et uniquement cela. Tout le reste n’est que littérature et profit pour un grand nombre qui ne joue que sur la peur de la maladie et de la mort qui pourrait s’ensuivre.

0 vote
(IP:xxx.xx1.147.100) le 12 janvier 2011 a 10H48
 (Visiteur)

"Je pense que la santé, tout comme la maladie, est endogène à l’être humain. (...) Les poisons nous apportent la maladie et la mort."

N’est-ce pas contradictoire ? Vouliez-vous dire "exogène" ?

0 vote
par michmich2510 (IP:xxx.xx2.180.207) le 12 janvier 2011 a 11H15
michmich2510 (Visiteur)

Je dis bien endogène et je le confirme. Seuls les produits chimiques et leurs corollaires sont exogènes à l’être humain. Bien évidemment les protozoaires et les bactéries sont aussi exogènes . Pourquoi certains sont-ils "immunisés" contre tous les virus et microbes,, y compris celui du SIDA ?

1 vote
(IP:xxx.xx1.147.100) le 12 janvier 2011 a 17H09
 (Visiteur)

Vous dites que ce sont les "poisons" qui apportent la maladie, donc la maladie a bien des causes exogènes dans certains cas (virus ou bactéries). A contrario certaines maladies sont "endogènes", par exemple les maladies génétiques. Concernant les maladies exogènes, certaines personnes ont un système immunitaire plus performant que d’autres, donc une résistance plus forte à ces microbes et virus, mais cela ne change en rien la nature foncièrement exogène de ces maladies.

0 vote
par michmich2510 (IP:xxx.xx2.180.207) le 12 janvier 2011 a 15H14
michmich2510 (Visiteur)

A Catherine, vous avez raison Pour mon cas personnel, ma mère avait un moral d’enfer, au début de la maladie, et malgré tout son courage et sa volonté elle a admis sa défaite. Elle est morte droguée à la morphine et il est sur que votre corps le sent quand la fin est proche. Ceux qui s’en sortent ne le doivent pas à leur moral mais à leur constitution, à leur hérédité et à une nourriture appropriée. Le jeûne ou le demi jeûne pour les cas les plus graves peut aussi apporter un soulagement extraordinaire. Et l’âge n’a rien à voir non plus dans la guérison ou la mort. Lorsque ma mère est décédée elle était hospitalisée avec 12 autres personnes. Un an après elles étaient toutes mortes et la plus jeune avait 12 ans. Pour mémoire nos sommités nous annoncent la guérison d’un cancer sur deux mais il y a toujours entre 5 et 10000 morts de plus d’une année sur l’autre et ce rien qu’en FRANCE.

1 vote
(IP:xxx.xx5.109.227) le 13 janvier 2011 a 17H48
 (Visiteur)

Il n’est pas question uniquement du moral mais d’auto-suggestion. Les effets placebo/nocebo sont prouvés depuis longtemps. Mais il est question de conviction. Un patient peut avoir un moral d’acier au départ, si son médecin (se basant sur des statistiques et ses analyses) lui annonce qu’il est mal barré, le patient va par auto-suggestion induire un effet nocebo, facteur aggravant de sa maladie. En outre, quelqu’un peut vous garantir qu’il est plein d’espoir avec un grand sourire et être intimement persuadé du contraire. L’effet placebo marche si on y croit vraiment, pas si on fait semblant d’y croire. Si votre médecin vous annonce que vous en avez pour 6 mois, il induit la réalisation de ce pronostique surtout si vous considérez votre médecin comme "La" référence absolue, que vous soyez quelqu’un d’optimiste ou pas. C’est pour cela qu’il est préférable qu’un médecin vous dise "tout est possible, il y a des rémissions inexplicables etc."

En outre, si le patient est toujours exposé à un facteur cancérigène (dans son alimentation, ses cosmétiques, médicaments, pesticides, désherbant type round’up etc.), il risque bien entendu de ne jamais guérir. Il est souvent bénéfique de changer d’air (si c’est possible) pour améliorer les chances de guérison.

0 vote
par Catherine Cerisey (IP:xxx.xx9.78.109) le 14 janvier 2011 a 09H30
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Je crois que nous nous sommes tous un peu égarés ou en tout cas éloignés sensiblement du sujet :-)... Merci infiniment pour tous vos commentaires passionnants et très instructifs ! Très bonne journée à tous Catherine

0 vote
par riorim (IP:xxx.xx1.33.66) le 16 janvier 2011 a 21H59
riorim (Visiteur)

Merci à vous, Catherine, d’avoir été si présente . Je vous souhaite le meilleur.

0 vote
(IP:xxx.xx9.78.109) le 17 janvier 2011 a 14H27
 (Visiteur)

Merci beaucoup Riorim,

Ca a été un plaisir :-)... Je vous souhaite aussi une multitudes de bonnes choses... et puisque nous sommes encore en janvier une douce année 2011 à tous. Catherine