Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Tendinite d’Achille
Tendinite d'Achille
note des lecteurs
date et réactions
10 novembre 2011
Auteur de l'article
Daniel Benjamin, 7 articles (Podologue)

Daniel Benjamin

Podologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
7
nombre de commentaires
0
nombre de votes
6

Tendinite d’Achille

Tendinite d'Achille

Le tendon d’Achille est une structure anatomique qui peut facilement subir une inflammation et être sujet aux tendinites. Cette pathologie peut rapidement devenir fortement invalidante et en cas de rupture le chemin vers la guérison est très long. Pour éviter que la tendinite prenne de l’ampleur il faut rapidement la traiter.
Le meilleur moyen de l’éviter est de bien s’étirer, de bien s’hydrater et d’avoir une bonne hygiène alimentaire. Néanmoins des défauts structuraux et architecturaux du pied peuvent déclencher cette pathologie.

 

Qu’entraîne une tendinopathie d’Achille ?

 
La douleur débute par une sensation de brûlure qui augmente progressivement à l’effort. Il existe plusieurs types de tendinites qui entrainent des douleurs soit du corps du tendon en arrière de la cheville soit de son insertion à l’arrière du pied. On peut également avoir une bursite en avant du tendon d’Achille ou une inflammation de la gaine du tendon (ténosynovite). Si une douleur brutale survient pendant la course il est conseillé de consulter rapidement car il peut s’agir d’une rupture partielle du tendon.
 
On peut retrouver en palpant le corps du tendon un nodule en forme de « noyau de cerise », ce nodule est le résultat de micro ruptures des fibres tendons avec calcifications de ces dernières.
 
 

Quelle structure anatomique souffre ?

 
Le tendon d’Achille est la terminaison des 3 muscles qui compose le triceps sural (gastrochnémien chef interne et chef externe, soléaire), ces muscles sont ceux qui forment le galbe du mollet. Ce sont des muscles volumineux et puissant ayant notamment pour fonction de faire de l’extension du pied (mettre sur la pointe des pieds) et de contrôler l’avancée de la jambe sur le pied pendant la marche ou la course. Cette tendinopathie est particulièrement douloureuse car le tendon d’Achille est richement innervé.
 
 

Mécanisme de la pathologie

 
La douleur que ressent le sportif est due à un excès de traction et de contraintes mécaniques que subit le tendon d’Achille.
 
 Il faut visualiser le triceps sural et le tendon d’Achille comme faisant partie de la grande chaine musculaire postérieur (concept de Françoise Mézières) et notamment d’un système (appelé système suro-achilléo-calcanéo plantaire) permettant de nous mettre sur la pointe du pied et de nous propulser vers l’avant pendant la course ou la marche. Dans la continuité du tendon d’Achille (d’un point de vue mécanique et non anatomique) nous avons l’aponévrose plantaire qui est une longue gaine fibreuse s’étirant sous toute la plante du pied de l’arrière du talon à la naissance des orteils. Le tendon d’Achille a un rôle clé dans l’extension du pied car il permet de faire décoller le talon du sol de part sa terminaison à l’arrière du pied, de plus dans le système suro-achilléo-calcanéo plantaire il sert de « poulie de réflexion » lors de l’extension du pied.
 
Le tendon d’Achille dans le système a donc pour rôle de faire décoller le talon, contrôlé l’avancée de la jambe et creuse la plante du pied par effet de treuil de l’aponévrose plantaire. Je vous laisse donc imaginer les forces et les contraintes mécaniques que subissent ce tendon, elles sont colossales.
 
Il faut également savoir que le triceps sural est une combinaison musculaire très riche en fibres de collagènes qui sont des fibres rétractiles et donc entraine une perte d’élasticité du système augmentant l’excès de traction du tendon d’Achille, on parle alors d’hypo extensibilité tricipitale.
 
 

Les facteurs favorisants

 
Les étiologies de la tendinite achilléenne sont nombreuses et doivent bien être identifiées pour le bon traitement du sportif.
 
Pour commencer on ne le répétera jamais assez mais étirez vous bien pour lutter contre l’hypo extensibilité tricipitale et buvez beaucoup d’eau avant, pendant et après l’effort. Les trentenaires ayant quelques kilogrammes en trop et faisant du sport de manière irrégulière avec des efforts brutaux sont particulièrement sujet à ce problème.
 
La répétition du même geste sportif déclenche la pathologie, une paire de chaussure ainsi une technique de course inadaptée peuvent également être à l’origine du problème on parle alors de « technopathie » (la foulée hyper pronatrice peut être un danger pour le tendon d’Achille).
 
Le surentrainement, la course sur sol dur, la prise de certains médicaments ou encore une mauvaise alimentation sont également des étiologies à prendre en compte.
 
Les troubles statiques du pied peuvent également être à l’origine de la tendinite. Dans le cas d’un pied plat ou pied valgus (pied hyper pronateur) l’affaissement du médio pied entraine un excès de traction de l’aponévrose plantaire et donc de tout le système suro-achilléo-calcanéo plantaire pouvant déclencher la pathologie. Dans le cas d’un pied creux (pied cambré) la verticalisation du calcanéus entraine un excès de traction direct sur le tendon d’Achille ce qui est un facteur favorisant de la tendinopathie.
 
 

Traitement

 
Une approche pluridisciplinaire coordonnée par le médecin traitant doit être mis en place pour appréhender cette pathologie et amener le sportif vers la guérison.
La première chose à faire en cas d’apparition de signes douloureux est de glacer le tendon le plus rapidement possible, de bien s’étirer et s’hydrater.
 
Par la suite il faudra identifier l’origine du problème (technopathie, mauvaise chaussure, surentrainement, manque d’hydratation ou étirement) et la supprimer. En cas de persistance du problème le kinésithérapeute prendra le relais et utilisera une palette de techniques pour faire céder la tendinite.
 
Il faudra également porter des semelles orthopédiques pour corriger les troubles statiques du pied en contrant l’hyper pronation du pied et en raccourcissant la course du système suro-achilléo-calcanéo plantaire.
 
En cas de persistance de la pathologie le chirurgien pourra effectuer un « peignage » du tendon. En cas de rupture le traitement relève de la chirurgie orthopédique, le podologue et le kinésithérapeute interviendront pendant la phase de rééducation.
 
La reprise du sport suite à la tendinite achilléenne doit être progressive et prudente.
Daniel BENJAMIN -Podologue du sport - http://www.podologue-paris.com/

POST-SCRIPTUM

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté