Accueil du site
> Santé & Maladies > Vérité sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Témoignage : la souffrance d’une handicapée
Témoignage : la souffrance d'une handicapée
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
12 avril 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Lottie, 7 articles (Rédacteur)

Lottie

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
7
nombre de commentaires
1
nombre de votes
13

Témoignage : la souffrance d’une handicapée

Témoignage : la souffrance d'une handicapée

On a beau essayer de vivre une vie la plus normale possible, on ne peut pas freiner l’évolution de la maladie. Les choses vont de mal en pis depuis des mois. Je ne peux plus beaucoup marcher, les douleurs sont de plus en plus fréquentes et de plus fortes. Des maux de têtes, aux névralgies aux douleurs neuropathiques dans la colonne et les crampes, une simple sortie devient une vraie galère, sans compter le temps de récupération et la fatigue. Les choses deviennent compliquées et la lutte de plus en difficile.

Après l’obtention de ma carte prioritaire pour personne handicapée, qui à été un palier difficile à franchir pour moi, est venu le moment de trouver une solution pour soulager mes douleurs et faciliter ma mobilité. Des étapes psychologiquement pas facile.

Par moment il faut savoir faire des concessions et accepter certaines choses, ne pas les voir comme un échec ni un pas en arrière, mais comme une solution pour moins souffrir. Il a donc été évoqué la possibilité de me déplacer de manière ponctuelle, pour les longs trajets et les périodes de fortes douleurs en fauteuil. C’est pas facile à encaisser, c'est une impression de m’enliser encore plus dans le handicap. Mais soyons lucide et positive, Ce fauteuil est une aide avant tout. Les premiers essais on été durs, tant par le ressenti que pour les déplacements… le bon côté étant que oui c’est un réel soulagement, même si je ne suis jamais au niveau zéro sur l’échelle de la douleur, elle augmente beaucoup moins vite et la fatigue est moins présente. Il n’empêche que l’acceptation est encore difficile.

Je suis en train de chercher ma place. Et une place, en ce moment j’ai du mal à la trouver. Tout mes amis sont prêts à m’apporter leur aide et leur soutien, mais je suis encore au stade « fouttez moi la paix avec ça » ce qui est normal, chaque chose en son temps… pour le moment je digère.

Brisons les silences, délaissons nos armures, pour calmer nos souffrances au fur et à mesure. Maybe the world is blind or just a little unkind...
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par France (IP:xxx.xx7.195.48) le 13 avril 2013 a 07H39
France (Visiteur)

Vous avez écrit : " on ne peut pas freiner l’évolution de la maladie." Eh bien si ! on peut ! et souvent, on peut même inverser l’évolution : http://www.seignalet.fr/

de 80% à 90% de rémissions selon les maladies, même dites "incurables", ça vaut le coup d’essayer ! Surtout qu’il n’y a que des effets secondaires désirables, et aucun risque pour la santé, sauf celui, très grand, de l’améliorer.