Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Tchernobyl : La foudre s’abat suite au non lieu sur le nuage
Tchernobyl : La foudre s'abat suite au non lieu sur le nuage
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
8 septembre 2011 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Tchernobyl : La foudre s’abat suite au non lieu sur le nuage

Tchernobyl : La foudre s'abat suite au non lieu sur le nuage

La cour d’appel de Paris a décidé le 7 septembre dernier de clore l’enquête sur les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl en France par un non-lieu. Les collectifs de malades de la thyroïde sont furieux. De nombreuses voix s’élèvent, chez les médecins, les associations et les politiques, pour évoquer « un simulacre de procès ». Tant pis, donc, pour les victimes et les citoyens qui réclament davantage de transparence sur le nucléaire.

Dans un éditorial intitulé « Une France sans nuage », le site droit-medical.com rappelait le 8 septembre la situation ahurissante dans laquelle se trouvait l’hexagone il y a 25 ans, dans les jours qui ont suivi la catastrophe de Tchernobyl : « Les frontières naturelles ou politiques de notre territoire n'ont pas empêché les légions romaines, les Huns ou les Vikings de fouler nos verts pâturages. La ligne Maginot, elle-même, n'a pas réussi à repousser l'envahisseur teuton. Mais en 1986, un gouvernement a réussi à interdire l'entrée du territoire à un nuage radioactif venant de Tchernobyl ! Il aura suffi de quelques décisions dans les salons feutrés de la République pour que cette page de l'Histoire de la France soit écrite ». Et cette semaine, après le survol pourtant bien réel du nuage radioactif sur l’est de la France, la cour d’appel de Paris a de nouveau enfoncé le clou en décidant de clore l’enquête ouverte en 2001 sur l’impact du nuage par un non-lieu général.

Accusé de tromperie aggravée, le professeur Pierre Pellerin a été mis hors de cause. Il fut, à l’époque de la catastrophe, directeur du Service central de protection contre les rayons ionisants. Selon le ministère public, donc, Tchernobyl n’aurait pas eu de conséquences sanitaires mesurables en France, « des analyses scientifiques prouvant qu’aucun lien n’a été établi avec des malades de la thyroïde ». Et la juge Marie-Odile Bertella-Geoffroy a tranché. Alors que, selon Le Nouvel Observateur, «  l’accès aux documents primaires de mesure de la radioactivité dans le sud-est de la France et en Corse, a été savamment brouillé et entravé ». La cour d’appel fait ainsi fi de la recrudescence des cas de cancers de la thyroïde observée en France après le passage du nuage radioactif, en Corse notamment. Ce qui a eu en premier lieu pour effet de déclencher la colère de l’Association Française des Malades de la Thyroïde (AFMT).

Chantal Lhoir, coprésidente de l’association, est montée au créneau, encore abasourdie : « Nous irons en cassation s’il le faut ». Denis Fauconnier, premier médecin à avoir officiellement alerté les autorités françaises des conséquences de l’accident de Tchernobyl, juge la décision de la cour d’appel «  lamentable ». Selon lui, « continuer de négliger les retombées sanitaires de cette catastrophe, c’est faire encore plus de victimes au Japon, du côté de Fukushima. Il est scandaleux de dénier le lien entre le passage du nuage radioactif et les problèmes thyroïdiens rencontrés par 10% des Corses ». Sur l’île de Beauté, justement, les professeurs Pierre-Marie Bras et Gilbert Mouthon, s'appuyant sur 2 096 dossiers de malades, ont observé «  une augmentation significative des troubles thyroïdiens par rapport aux autres affections endocriniennes ».

Chez les politiques, Noël Mamère (Europe Ecologie-Les Verts) s’est montré révolté, estimant que « ce non lieu est un déni de justice qui prouve la force du lobby nucléaire dans l’hexagone ». Eva Joly, candidate aux élections présidentielles, évoque « un Etat au dessus des lois », et Corine Lepage, de Cap 21, va même plus loin : « A l'heure où le Japon affronte une catastrophe nucléaire, où l'accès à l'information des populations civiles n'est pas garanti, et même bafoué, la garantie d'impunité que nous renvoyons est scandaleuse ». Pour Michèle Rivasi, députée et fondactrice de la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité), il est même question d’ «  aller jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme, en dernier recours  ».

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
2 votes
par L.S. (IP:xxx.xx1.245.158) le 9 septembre 2011 a 16H31
L.S. (Visiteur)

Bonjour,

au cours de l’ablation de la thyroïde en 93, à peine ai-je demandé au médecin de l’hôpital de Montluçon, qu’il m’a déclaré sur le ton de la polémique que Tchernobyl n’y était pour rien. Depuis, vu les évènements j’ai acquis la conviction que le milieu médical ment par intérêt...

0 vote
par SAINT ETIENNE Claude (IP:xxx.xx5.163.139) le 10 septembre 2011 a 15H09
SAINT ETIENNE Claude (Visiteur)

Le Déni a commencé bien avant les expériences nucléaires. La France est la seule a avoir trouvé la façon de nettoyer ses atomes à elles, pour en faire des tirs propres (la mère Denis semble t’il aurait livrer son secret avant de mourir). En France le lobby du nucléaire est tellement installé que ses apprentis sorciers se prennent pour les meilleurs du monde, vous savez comme la meilleure eau du monde sur le robinet alors qu’elle est pourrie par les nitrates sur presque tout le territoire, la meilleure médecine du monde, le meilleur président du monde... A vôtre avis les médecins sont formés par qui, par quoi, comment ? Par une filiale d’ AREVA, elle même filiale du CEA, et ce, gratuitement. Vous pensez bien que nos meilleurs spécialistes du monde, dispensent autour d’un buffet de une ou deux heures, la meilleure formation du monde. Ces médecins gavés de belles paroles, sens critique endormi autant par la digestion lourde que les certitudes des profs asservis au lobby, ne peuvent après ce passage que penser du bien du nucléaire, des atomes et des radiations... Régis Debray, le petit étudiant des années 70, celui qui ne manquait pas de ressources, alors que plus tard sous Mitterand, il se trouvait être ministre, a pris sa valise pour aller convaincre les puissances du Pacifique que nos tirs étaient propres, des le lendemain de son retour la France était assignée devant l’ONU par les dirigeants de ces dits pays peu convaincus de sa démonstration. La France avec ses tirs et ses centrales a tellement occasionné de saleté qu’elle ne pouvait décemment pas lancer l’anathème à son allié d’alors, puisque l’URSS ne s’est jamais élevée contre elle bien au contraire(le clan se serrait les coudes). Voilà la raison avec en plus, que les dirigeants du lobby sont des opportunistes affairistes et sans humanité y compris nos dirigeants complices, que dire de l’armée restée muette sur le sujet.... Claude SAINT ETIENNE Un cobaye de la république, Moruroa 1966

0 vote
par aioli (IP:xxx.xx0.234.142) le 13 septembre 2011 a 16H23
aioli (Visiteur)

suite cette accident nucléaire , en corse les médecins généralistes sont restés sans sulution aux symptomes de leurs patients surtout les enfants. dans les alpes de haute provence les producteurs de pomme ont vu leur production destinée a l’exportation, refuser par les états unis suite a une contamination dépassant les normes. a voir aussi les défauts dans la naissance des animaux, et autre dont on cache l’information.