Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Tabac + alcool = Gueule de bois renforcée
Tabac + alcool = Gueule de bois renforcée
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
6 décembre 2012
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Tabac + alcool = Gueule de bois renforcée

Tabac + alcool = Gueule de bois renforcée

Dans la dernière ligne droite avant les fêtes de fin d’année, l’étude a de quoi faire réfléchir. D’après des travaux menés par une équipe de scientifiques américains, et à paraître dans le numéro de janvier de Journal of Studies on Alcohol and Drugs, griller une cigarette ne serait absolument pas un bon plan pendant ou après une soirée bien arrosée : Le tabac aggraverait l’effet gueule de bois le lendemain de cuite.

L’équipe du professeur Damaris Rohsenow, spécialiste en sciences sociales et comportementales, et doctorante au centre d’étude de l’addiction à l’université Brown, aux Etats-Unis, a étudié de près les résultats d’un questionnaire qui a été remis à 113 étudiants américains, et portant sur leurs habitudes de vie (y compris sur la prise de produits stupéfiants) durant huit semaines. Et un résultat frappant a sauté aux yeux : L’effet gueule de bois est plus fort chez les fumeurs. Damaris Rosenhow s’explique : « Avec le même nombre de verre, les personnes qui fument davantage le même jour ont plus de chances d'avoir une gueule de bois et ont des malaises plus intenses. Et fumer a été lié à un risque accru de gueule de bois comparé à ceux qui ne fument pas du tout. Ceci suggère une probabilité selon laquelle le tabac a une sorte d'effet direct sur la gueule de bois  ».
 
Il était déjà admis que fumer et boire en même temps multiplie la sécrétion de dopamine. Mais les observations qui viennent d’être effectuées sont de nature à renforcer l’idée, au sein de la communauté scientifique, selon laquelle les récepteurs de nicotine jouent un rôle dans la manière qu’utilise le corps pour réagir face à la présence de l’alcool. Pour Amanda Sandford, responsable de recherche à l’Action on Smoking and Health, les résultats n’ont rien de surprenant : « L’alcool et le tabac interagissent tous les deux avec les récepteurs du cerveau ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Tabac Alcool