Accueil du site
> Dossiers > Le Stress
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
STRESS : allier performance et bien-être, plus qu’une ambition, une nécessité !
STRESS : allier performance et bien-être, plus qu'une ambition, une nécessité !
note des lecteurs
date et réactions
14 novembre 2008
Auteur de l'article
Philippe Rodet, 2 articles (Spécialiste du Stress)

Philippe Rodet

Spécialiste du Stress
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
1

STRESS : allier performance et bien-être, plus qu’une ambition, une nécessité !

STRESS : allier performance et bien-être, plus qu'une ambition, une nécessité !

Selon certaines études, en diminuant le niveau de stress, les employés deviendraient plus performants. Alors, comment résoudre le problème du stress en entreprise ? Le docteur Philippe Rodet nous livre quelques pistes pour un management plus serein.

S’inspirer des techniques de motivation du sport pour mieux manager en Entreprise…

JPEG - 20.6 ko
La motivation : une des solutions pour réduire le stress

Dans le sport, à capacités physiques identiques, la performance vient de ce que l’on a coutume d’appeler « le mental ». Le département de physiologie du sport de l’Université de Vienne en Autriche concluait, dès 1992, à l’importance de gérer l’aspect mental au mieux afin de maintenir un niveau de stress le plus bas possible. En général, ce rôle revient à l’entraîneur, ce qui montre leur importance dans le résultat. Si l’entraîneur ne réussit pas pleinement, chez le sportif, le niveau de stress augmente et la performance, dans le meilleur des cas, ne dure pas.

De la même manière, dans l’entreprise, lorsque les exigences croissent, si personne ne joue le rôle de l’entraîneur, des contraintes vont apparaître sous forme de stress et, au mieux, la performance ne sera pas durable. Les managers de talent, à l’image des très bons entraîneurs, permettent donc aux salariés de ne pas être victimes du stress et d’obtenir des résultats importants de manière prolongée. Un organisme canadien vient d’en apporter la preuve grâce à des études qui montrent qu’une seule absence d’encouragements augmenterait le niveau de stress et d’anxiété de 31 % chez les hommes et de 43 % chez les femmes.(1)

L’adéquation entre Culture et mode de fonctionnement des entreprises : l’exemple de trois pays

Lorsque la concurrence entre entreprises devient féroce, les exigences augmentent et la performance sera en partie liée à l’excellence du management. Cela est vrai dans pratiquement tous les pays mais est encore plus important à prendre en considération en France. On s’est en effet aperçu que dans un pays, lorsqu’il y a adéquation entre la Culture et la fonctionnalité, le taux de mortalité par suicide est bas et la confiance en l’avenir de la jeunesse élevée. Le terme de fonctionnalité correspond au mode de fonctionnement des entreprises, de l’administration et donc… en partie au mode de management.

Pour illustrer mon propos, je vais prendre trois exemples à travers trois pays : les Etats-Unis, le Japon et la France.

Aux Etats-Unis, la Culture est moderne, tournée vers la performance et la fonctionnalité est elle aussi orientée vers l’efficience ; il y a harmonie si bien que le taux de mortalité par suicide a été longtemps bas et la confiance en l’avenir des jeunes élevée.

Au Japon, la Culture est très ancienne et la fonctionnalité est moderne, importée. Ainsi, il y a découplage entre les deux et cela se traduit par un taux de mortalité par suicide très élevé et une confiance en l’avenir des jeunes fort basse.

En France, la Culture est très ancienne, humaniste et la fonctionnalité a été façonnée par cette Culture. Il n’y a pas une adéquation aussi forte que fut un temps mais il n’y a pas de découplage comme au Japon. Le taux de mortalité par suicide et la confiance en l’avenir de la jeunesse sont intermédiaires. Mais, au-delà de ce constat, on se rend bien compte que si l’on veut augmenter la performance de nos entreprises grâce à une meilleure fonctionnalité, cette amélioration ne peut passer que par un management prenant pleinement en considération l’être humain.

Baisser le niveau de stress global permettrait une meilleure efficience

Initialement, le stress est une réaction de l’organisme lorsque celui-ci est en danger pour augmenter ses performances. Malheureusement, cela n’est juste que lorsque le nombre de sources de stress est limité (cinq à sept par semaines) et associé à une activité physique qui consomme une partie de substances libérées. Aujourd’hui, le nombre de sources de stress est estimé par une étude canadienne à cinquante par… jour ! (2). Et la consommation de substances ainsi libérées est très faible en raison d’une activité physique souvent modérée.

Diminuer le niveau de stress est cependant d’autant plus important que l’entreprise a une activité significative dans le domaine de la recherche et de l’innovation. En effet, une récente étude sino-américaine vient de prouver que si l’on diminue le niveau de stress, on augmente… l’efficience intellectuelle ! (3) Il y a donc lieu d’agir pour diminuer le niveau de stress des salariés d’une entreprise. Quelques pistes :

Agir sur les causes…

Pour cela, il semble logique d’agir sur les causes en essayant de faire en sorte que celles-ci soient les plus rares possibles. Il convient toutefois, là, de faire une remarque : toutes les sources de stress ne proviennent pas de l’entreprise…

Cultiver la motivation, source de plaisir…

Parallèlement à cela, il semble nécessaire d’optimiser le management pour que celui-ci débouche sur une véritable motivation des salariés. La motivation est source de plaisir - l’hormone qui intervient est la dopamine, l’hormone du plaisir – et une étude très récente(4) vient de montrer que le plaisir diminue la sécrétion de cortisol – une des hormones du stress – et augmente la libération d’hormones de croissance – protectrices de l’immunité - et d’endorphines, sources de bien-être. Le plaisir comme moyen de diminuer la toxicité du stress… c’est certainement ce qui fait dire à Ethel Roskies, docteur en psychologie à l’Université de Montréal : « Un plaisir par jour chasse le stress »  !

Encourager l’activité physique modérée…

La troisième piste serait certainement de renforcer l’activité physique pour augmenter la consommation de substances toxiques libérées en excès à cause du stress. C’est pour cette raison qu’au Canada, des escaliers ont été transformés pour inciter à leur utilisation plutôt qu’au recours systématique à l’ascenseur.

Favoriser « l’altruisme égoïste », c’est-à-dire l’engagement dans une cause d’intérêt général

Enfin, la quatrième piste pourrait être d’encourager l’engagement des salariés. Hans Selye, l’endocrinologue d’origine hongroise qui vivait au Canada où il a découvert le phénomène du stress parlait joliment de « l’altruisme égoïste » comme moyen de diminuer la toxicité du stress. Des années plus tard, un des « outils » de « la valise du bonheur » de nos amis canadiens était « l’engagement dans une cause d’intérêt général ». En une phrase, « quand on fait le bien, on se fait du bien ». Que les grandes entreprises qui disposent de fondations incitent celles-ci à encourager l’engagement de leurs salariés serait une belle décision.

Faire en sorte que la performance rime avec bien-être est donc possible, c’est avant tout le fruit d’une prise de conscience et d’une volonté des dirigeants d’entreprises. Déjà, de nombreux dirigeants vont dans cette voie, encourageons-les pour que s’opère ainsi une véritable contagion du… bien !

Docteur Philippe Rodet, consultant, auteur de « Le stress : Nouvelles voies »

_______________________________________________________________

Sources :

(1) Stansfeld SA, Fuhrer R, Head J, Ferrie J, Shipley M, Work and psychiatric disorder in the Whitehall II Study, Journal of psychosomatic research, juillet 1997, Vol. 43, No 1, 73-81

(2) Chiffres avancés par Marie-Claude Lamarche, psychologue canadienne spécialisée en santé psychologique au travail

(3) La méditation augmente les performances de l’esprit

(4) Lee S, Berk LS, et al. Cortisol and Catecholamine stress hormone decrease is associated with the behavior of perceptual anticipation of mirthful laughter. Résultats présentés lors du 121st Annual Meeting of the American Physiological Society (APS)

____________________________________________________________

La suite du dossier stress, la semaine prochaine. Vous pouvez dores et déjà poser vos questions et/ou poster vos impressions sur notre forum.

Accéder au dossier Stress sur CareVox.


Philippe Rodet
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions
Mots-clés :
Stress Conseils