Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Sida : Idées fausses et banalisation chez les jeunes
Sida : Idées fausses et banalisation chez les jeunes
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er décembre 2011 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Sida : Idées fausses et banalisation chez les jeunes

Sida : Idées fausses et banalisation chez les jeunes

Dans la foulée de la journée mondiale de lutte contre le Sida, Nathalie Beltzer, chargée d’études à l’Observatoire régional de santé d’Ile-de-France a dévoilé cette semaine une étude réalisée en 2010 montrant que, face au VIH, les jeunes franciliens sont moins bien informés et se protègent moins qu’avant. 

Des études menées régulièrement depuis 20 ans mettent en lumière que les Français, dans leur ensemble, ont développé une meilleure connaissance du Sida au fil des ans. Il est ainsi acquis auprès d’une écrasante majorité de la population française que le VIH peut se transmettre lors de rapports sexuels sans préservatif ou lors d’une injection de drogue avec une seringue qui a déjà servi. Il semblerait cependant que l’arrivée des traitements antirétroviraux en 1998 a quelque peu banalisé la pandémie dans les esprits, et les années 2000 ont connu un relâchement des attitudes de prévention, en se traduisant notamment par une hausse des comportements à risque. Le chanteur Mano Solo, invité sur un plateau de télévision quelques années avant son décès, avait pourtant tenté de prévenir les jeunes "rassurés à tort" par les antirétroviraux : « La nouvelle génération croit qu’il suffit de prendre de simples cachets pour guérir du Sida, mais elle fait fausse route ».

L’étude sociologique menée l’an dernier par l’Observatoire régional de santé d’Ile-de-France révèle ainsi, dans la première région de l’hexagone, un manque d’information et un relâchement de la vigilance des jeunes devant le risque du Sida. La pandémie est moins crainte, reléguée au rang des autres IST, et de fausses croyances persistent : 21% des jeunes franciliens pensent que la transmission du virus est possible par piqûre de moustique, 15% dans les toilettes publiques, et 6% en buvant dans le verre d’une personne contaminée.

Et les 18-30 ans, de toute évidence, ont une perception bien mois dramatisée du Sida que leurs aînés : Ils craignent davantage le cancer et les accident de la route que le virus du VIH (ce dernier n’attisant la peur que de 27% des jeunes d’Ile-de-France). Nathalie Beltzer, qui a conduit l’enquête auprès de 2 781 jeunes vivant dans la région, constate que « le Sida est perçu comme moins mortel et davantage comme maladie chronique » et ajoute que « les conséquence de la maladie sont moins craintes, mais cela n’empêche pas les 18-30 ans de s’interroger plus fréquemment sur le fait d’avoir été ou non contaminés ». Et sur ce dernier point, les chiffres sont effectivement en hausse : 72,4% des franciliens ont déclaré en 2010 avoir effectué au moins un test de dépistage, alors que la proportion n’était que de 59,7% en 2004.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par comète (IP:xxx.xx4.249.215) le 2 décembre 2011 a 18H15
comète (Visiteur)

En dépit d’une campagne de propagande violente et agressive de la part des vampires pharmaco-dépendants que sont les lobbies pharmaceutiques, il semble bien, en effet, que les gens ne se sentent plus vraiment concernés par cette "maladie" créée de toute pièce. Le mensonge passe de moins en moins. Et bien que de zélés petits agents de propagande se donnent un mal de chien à persister dans cette voie en répétant ce que leur dictent leurs maîtres, la plupart des citoyens finissent par comprendre que cette arnaque commence à tuer dès le début du traitement.