Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Si nos doigts se fripent dans l’eau, c’est dans un but précis
Si nos doigts se fripent dans l'eau, c'est dans un but précis
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 janvier 2013
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Si nos doigts se fripent dans l’eau, c’est dans un but précis

Si nos doigts se fripent dans l'eau, c'est dans un but précis

Nous avons les doigts fripés après être restés un certain laps de temps dans l’eau. L’explication serait de nature pratique, puisque cet état nous permettrait d’adhérer plus facilement aux surfaces et objets humides. C’est ce que révèle une étude de l’Université britannique de Newcastle, et qui a été publiés dans la revue scientifique Biology Letters.

Après être restée de longues minutes dans l’eau, la peau des doigts se fripe et devient ridée. Les biologistes pensaient d’abord que ce phénomène connu était du au caractère spongieux de l’épiderme, qui laissait passer l’eau sous la peau et la faisait gonfler. Mais il s’agirait en fait d’un cadeau que la nature a fait à l’homme. Car si nos doigts se fripent, suite à une commande par le système nerveux et en conséquence une contraction des vaisseaux sanguins, c’est pour que nous puissions bénéficier d’une meilleure prise sur les objets humides. Et si nos pieds réagissent de la même façon au contact de l’eau, c’est pour que nous puissions avoir une meilleure adhérence au sol, une fois au sec.
 
Cette constatation a été faite lors d’une étude menée par l’Université de Newcastle, au Royaume-Uni, et publiée en ce 9 janvier dans la revue scientifique Biology Letters. Tom Smulders, coordinateur de l’étude, a apporté davantage de précisions lors d’un point presse : « Nous avons démontré que les doigts ridés permettent une meilleure prise dans des conditions humides. Cela pourrait fonctionner comme les sillons sur les pneus des voitures, ceux-ci permettant à une plus grande surface du pneu de rester en contact avec la route en procurant une meilleure adhérence ».
 
Pour arriver à cette conclusion, Tom Smulders et son équipe ont fait appel à des volontaires auxquels il a été demandé de saisir des billes de différentes tailles, d’abord avec les mains sèches, puis avec les mains préalablement plongées dans de l’eau tiède pendant 30 minutes. L’expérience a confirmé les suggestions des scientifiques : les billes mouillées furent plus facilement attrapées lorsque les doigts étaient mouillés. Selon Tom Smulders, le plissement des doigts entraîné par l’eau pourrait être le fruit d’une évolution adaptative, et a certainement pu aider nos ancêtres lorsque ces derniers ont récolté des végétaux humides ou de la nourriture dans des cours d’eau.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sciences Eau Sang Anatomie