Accueil du site
> Santé & Maladies > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Sevrage tabagique : la nicotine seule n’explique pas la dépendance !
Sevrage tabagique : la nicotine seule n'explique pas la dépendance !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
29 janvier 2009 | 3 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 600 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
600
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Sevrage tabagique : la nicotine seule n’explique pas la dépendance !

Sevrage tabagique : la nicotine seule n'explique pas la dépendance !

Les chercheurs ont découvert que la nicotine seule ne déclenche pas la dépendance au tabac. Cette découverte expliquerait pourquoi les médicaments de sevrage tabagique sont inefficaces à long terme.

Sevrage tabagique : quelle efficacité pour les substituts nicotiniques ?

La nicotine est généralement considérée comme le principal composant responsable des propriétés addictives du tabac. Et pourtant, cinq jeunes docteurs de l’UPMC, sous la direction du Docteur Jean-Pol Tassin, Directeur de recherche à l’Inserm, viennent de prouver que la nicotine seule ne suffit pas à déclencher de dépendance chez la souris. D’autres composés du tabac, les inhibiteurs de monoamine oxydase (ou IMAO), s’avèrent indispensables pour en révéler le pouvoir addictif. « En fait, nous avons montré qu’un récepteur (le récepteur 5-HT1A) protége l’animal des effets de la nicotine et que les IMAO permettent de lever cette protection » expliquent Christophe Lanteri et Sandra Hernandez.

« 80% des utilisateurs de patchs à la nicotine recommencent à fumer ».

Cette découverte pourrait expliquer pourquoi les substituts à la nicotine, utilisés dans le sevrage tabagique, sont inefficaces à long terme. Chez les candidats à l’arrêt du tabac, les chewing-gums et les patchs sont efficaces au début du traitement, tant que les effets des IMAO persistent. Mais, au bout de quelques semaines de sevrage, le récepteur 5-HT1A redevient fonctionnel et la nicotine seule ne suffit plus à combler le manque chez le patient. « On peut espérer que ces nouveaux résultats permettront l’élaboration de traitements plus efficaces » affirment les deux chercheurs. Ce travail a été réalisé au sein d’une équipe de recherche du CNRS au Collège de France en collaboration avec une équipe du centre de recherche Saint-Antoine (INSERM/UPMC).

Source de l'information : Communiqué de Presse - 5 jeunes docteurs de l’UPMC – Université Pierre et Marie Curie à l’origine d’une découverte sur le sevrage tabagique Université Pierre et Marie Curie

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Docteur Pierre ROUZAUD (IP:xxx.xx0.4.127) le 18 juin 2009 a 18H35
Docteur Pierre ROUZAUD, 1 article (Médecin)

A la suite du scoop de JP TASSIN et des articles parus dans LE MONDE et MARIANNE ,la Société française de tabacologie et l’Alliance française contre le tabac se sont associées pour dénoncer les fausses interprétations et rappeler ainsi l’état des connaissances scientifiques sur la nicotine.Les substituts nicotiniques ont une efficacité démontrée et sont "recommandés dans l’aide à l’arrêt du tabac chez les patients dépendants"(afssaps.) Les substituts nicotiniques ont une excellente tolérance clinique.Ils permettent un taux de réussite du sevrage tabagique d’environ 60% par rapport au placébo comme le démontre la dernière revue de la librairie Cochrane.Les données expérimentales chez la souris s’effacent devant les résultats de centaines d’études chez l’homme.De toutes façons ,il n’était pas besoin de faire de longues études ,ni de sacrifier des rats innocents pour comprendre que la nicotine n’est pas une drogue addictive.Depuis le temps que nous prescrivons de la nicotine sous forme de patch ou comprimés ,nous n’avons jamais observé de dépendance ni aux patch ,ni aux comprimés.Seules les gommes à la nicotine entrainent une dépendance rare ,mais c’est la dépendance à la machouille et non à la substance.Les pharmacologues en culotte courte feraient mieux de ne pas rechercher le scoop mais les mécanismes profonds des addictions qui sont bien plus compliqués qu’une libération d’un quelconque neuromédiateur.(pour en savoir plus :lettre 54 et 55 de TABAC & LIBERTE site :www.tabac-liberte.com)

0 vote
(IP:xxx.xx5.173.129) le 26 septembre 2010 a 22H55
 (Visiteur)

Pour ma part, j’ai été piégé par la cigarette à l’âge de 13 ans, et j’ai fumé jusqu’a l’âge de 35 ans , j’ai arrêté de fumer en aout 2001. Je ne compte pas le nombre d’échecs que j’ai cumulé tout le long de ces années, j’ai cessé la cigarette au maximum un mois. J’ai aussi essayer d’arrêter la cigarette en fumant le cigare à la place, et bien à ma grande surprise, ce n’étais pas la même dépendance. Après avoir fumer un cigare dominicain roulé à la main avec du tabac non reconstitué (riche naturellement nicotine), qui n’est pas allégé en nicotine. L’on peut même pas comparer la quantité de nicotine dans un gros cigare, dont il faut 50 minute pour le fumer avec une petite cigarette allégée en nicotine. J’étais quand même accroc à la cigarette, après avoir fumer le cigare, j’avais toujours envi d’une cigarette. j’ai fini par craquer et fumer la cigarette juste après le cigare que j’avais fumé pendant plus de trois quart d’heures. J’ai eu la tête qui s’est mise à tourner, comme quand l’on a pas fumé depuis plusieurs heures, alors que mon cigares était bourré de nicotine . Ce n’est pas du tout le même produit. Il a certainement d’autres substances qui provoquent ou accentuent la dépendance dans la cigarette. J’avais le tort de ne pas être informé sur la durée du sevrage qui est tout aussi longue que celle de l’héroïne au moins 9 mois. Quand j’ai cessé définitivement, j’y étais obligé pour des raisons de santé, j’en étais à plus de 3 paquets par jours. Rien n’a été efficace mise à part la détermination, cela fait maintenant 9 ans que je me suis décollé de cette saloperie !! Que la vie est meilleur !!

0 vote
par F$ck em (IP:xxx.xx8.174.131) le 6 février 2011 a 08H06
F$ck em (Visiteur)

Toout à fait d’accord avec vous.. Les labos pharmaceutiques , tout comme les pharmaciens ne sont que les instruments d’un système visant à nous priver de nôtre potentiel à nous en sortir seuls , en nous enchainant à des croyances irrationnelles comme celle que le tabac est une drogue dure.. J’ai arreté sans le moindre symptome de manque, du jour au lendemain sans substituts.. A bon entendeur..