Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Semaine du don pour le cœur
Semaine du don pour le cœur
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
30 octobre 2013
Auteur de l'article
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Camille

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
453
nombre de commentaires
88
nombre de votes
405

Semaine du don pour le cœur

Semaine du don pour le cœur

La Fédération française de cardiologie organise du 26 octobre au 3 novembre la 5ème édition de son « Donocoeur » pour sensibiliser le grand public sur le risque cardiovasculaire et lancer son traditionnel appel aux dons.

Cette fédération qui fêtera bientôt son cinquantenaire, fonctionne grâce au soutien de plus de 150 000 donateurs chaque année. Son budget de près de 15 millions d’euros est alloué majoritairement à des programmes de recherche et des actions de prévention.

Afin d’appuyer le Donocoeur 2013, une affiche sera placardée. Elle met en avant une jeune fille atteinte d’une cardiopathie congénitale et porte le slogan « De battre son cœur peut s’arrêter ».De plus, un spot TV sera diffusé sur les chaînes de France Télévision pour sensibiliser le public.

Selon la FFC, la maladie cardiovasculaire n’est plus réservée aux seules femmes ménopausées. La mortalité cardiovasculaire progresse même chez la jeune femme notamment à cause de la progression de l’obésité, du diabète, de l’exposition précoce au tabac, du stress, de la précarité ou de la sédentarité.

La FFC rappelle également que 150 000 adultes vivent en France avec des risques cardiovasculaires congénitaux, d’où l’importance de détecter ces patients à haut risque de complications (insuffisance cardiaque, arythmie, mort subite, endocardite infectieuse ou hypertension artérielle pulmonaire).

On notera que des jeunes et des sportifs négligent chaque année les premiers signaux d’alerte (palpitations, les douleurs, les malaises à l’effort) et subissent la mort subite. Ainsi, quotidiennement c’est 2,2 millions de malades qui sont traités en affection longue durée (ALD) pour une maladie cardiovasculaire en France.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté