Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Scandales sanitaires : les ONG alertent les candidats à l’Elysée
Scandales sanitaires : les ONG alertent les candidats à l'Elysée
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 avril 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Scandales sanitaires : les ONG alertent les candidats à l’Elysée

Scandales sanitaires : les ONG alertent les candidats à l'Elysée

Bisphénol A, Amiante, Mediator, Gaucho, Implants PIP, Antennes relais, pollution diverses… Les scandales sanitaires se sont multipliés ces dernières années. Plusieurs ONG ont par conséquent profité de la campagne présidentielle pour interpeller les candidats à l’Elysée sur ces questions en leur demander de procéder à une refonte du système de sécurité sanitaire.

Pour beaucoup, les intérêts financiers et commerciaux ont pris le pas sur la santé des consommateurs et la préservation de l’environnement, occasionnant des dégâts de plus en plus visibles. Pour plusieurs associations, qui s’offusquent au passage du manque d’intérêt accordé à la santé et à l’environnement durant la campagne présidentielle, c’en est trop. Quatre Organisations Non Gouvernementales (ONG) ont ainsi décidé de "bousculer" quelque peu les candidats à l’Elysée. Elles ont été reçues au Sénat le 16 avril dernier. Il s’agit de Générations Futures, Réseau Environnement Santé, Robin des toits et Ecologie sans frontières.

Dans l’enceinte du Palais du Luxembourg, où furent également conviés les dix candidats briguant le poste de Chef de l’Etat, le message lancé par ces associations était clair : « Nous ne voulons pas de nouvelles crises sanitaires ». Après avoir évoqué plusieurs affaires retentissantes dans la lignée du Bisphénol, du Mediator, des implants PIP, de la pollution de l’air, de l’amiante, ou des antennes relais, les quatre ONG ont proposé 25 mesures afin de « réorganiser le dispositif des agences de sécurité sanitaire tout en adoptant un droit protecteur du citoyen basé sur le principe de précaution ». Et les responsables associatifs déplorent que pour l’instant «  les technologies majeures comme la téléphonie mobile, les nanomatériaux ou les OGM sont développés sans évaluation ».

Cap, donc, sur la justice et la création d’un Institut de veille environnementale. Les ONG proposent par ailleurs de rattacher la direction générale de l’alimentation au ministère de la Santé et de créer un Plan spécifique pour les maladies environnementales émergentes (prenant notamment en compte l’hypersensibilité aux champs électromagnétiques). Aucun des candidats à l’Elysée n’était présent pour écouter les responsables associatifs, mais cinq des prétendants à la fonction suprême ont tout de même envoyé des sénateurs pour les représenter : Nicolas Sarkozy, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly et François Bayrou. Et quatre partis (EELV, PS, Front de gauche et Modem) ont réagi positivement aux propositions des ONG.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
4 votes
par Pa pa (IP:xxx.xx4.187.130) le 18 avril 2012 a 14H32
Pa pa (Visiteur)

Les liens santé-environnement induisent une angoisse croissante. L’angoisse a tendance à se focaliser sur des points aiguisée par les médias. Ces questionnements sont plus ou moins justifiés.

Il faut rappeler que par ordre de grandeur, le tabac est le nuisible n°1. Il est suivi par la pollution des particules fines (les deux responsables principaux sont les moteurs Diesel et les chauffages au bois), par la pollution à l’Ozone (l’été par les moteurs Diesel…) et en 4éme position : le bruit (encore les moteurs).

Ces principales pollutions sont en croissance. Aller travailler en voiture, se chauffer au bois, fumer, sont les vrais facteurs de la dégradation de notre environnement, et nous pouvons changer les choses par notre propre comportement.

Parmis ces polluants majeurs il y en à un dont on ne parle jamais, il est même encouragé par les « écologistes », c’est le chauffage bois. Le chauffage au bois porte une image naturelle et propre, ce qui se justifie pour le bilan de CO2, mais pas pour les particules, les composés organiques volatils, le monoxyde de carbone, le benzène …

« Les particules émises par le secteur domestique proviennent très majoritairement des équipements de combustion du bois. La combustion du bois représente 40 % des émissions nationales de particules PM2,5 (Source CITEPA6, 2008) ».

« Les particules en suspension ont plus d’effets sur la santé que tout autre polluant » (OMS).

« La combustion de biomasse est responsable de 50 à 70% de la pollution carbonée hivernale en Europe » (programme européen d’étude de la pollution particulaire CARBOSOL).

Chaque année, les particules contribuent à la mort prématurée de 380.000 Européens et à la perte de neuf mois d’espérance de vie. Comparativement, dans le même champ d’analyse statistique, 35.000 personnes ont trouvé la mort dans les accidents de circulation, et 500 000 personnes sont mortes de maladies liées à la consommation de tabac.

Le prochain scandale sanitaire pourrait bien être les chauffages au bois !

0 vote
par IEC60601 (IP:xxx.xx2.160.85) le 26 avril 2012 a 08H15
IEC60601 (Visiteur)

pour les antennes relais , la protection ne demande pas beaucoup d’efforts, générant peut être un leger surcout et quelques regles à respecter mais c’est insupportable pour des operateurs qui ont l’habitude de faire ce qu’ils veulent.

Le pire c’est que des "experts" comme andré Aurengo, René de Seze ou Anne Perrin, écrivant les documents des organismes officiels n’ont aucun scrupule a dissimuler les effets des ondes sur les appareils électroniques (en particuliers médicaux) les risques en découlant et la limite normative de 3V/m seul moyen connu permettant de s’en proteger ecrite noir sur blanc dans la documentation des outils de travail des médecins (thermomtres tensiometres etc..).

Pire encore, les organismes impliqués dissimulent systématiquement les principales exigences de la loi obligeant a traiter ce risque (article 3 de la directive 199/5/ce) , il utilisent un faux sur la protection apportée par les limites thermiques (61V/m) en pretendant mensongerement que leurs respect suffit a proteger la population donc respecter la loi.

Ces mensonges sont diffusés en France par l’Académie de medecine ou les arrets du conseil d’etat et sont très facile a prouver. Lisez la documentation de votre thermomètre il ridiculise ces institutions en écrivant que 3V/m ne doit pas etre dépassé dans les lieux il est utilisé et en cite les antennes relais comme source de risque.