Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Sarah : une nouvelle étude de l’AP-HP dans le traitement du cancer du foie
Sarah : une nouvelle étude de l'AP-HP dans le traitement du cancer du foie
note des lecteurs
date et réactions
9 août 2012
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Sarah : une nouvelle étude de l’AP-HP dans le traitement du cancer du foie

Sarah : une nouvelle étude de l'AP-HP dans le traitement du cancer du foie

L’AP-HP a lancé un essai clinique, appelé SARAH*, afin d’évaluer chez des patients atteints de cancer du foie l’injection dans les artères hépatiques de microsphères de résine radioactives (aussi appelé radioembolisation) par rapport au traitement de référence (sorafenib). Retour sur cet essai prometteur qui se met en place.

Le cancer du foie (carcinome hépatocellulaire, CHC) est l’un des 10 cancers les plus fréquents au monde. Avec près de 750 000 cas diagnostiqués chaque année, c’est la 3ème cause de mortalité par cancer. Il est observé chez des personnes dont le foie est gravement atteint ou cirrhotique, à la suite d’affections telles que l’hépatite ou l’alcoolisme.

Le cancer du foie peut être guéri par la chirurgie soit en enlevant les parties malades du foie soit par transplantation du foie d’un donneur sain. Cependant, ces interventions chirurgicales ne sont pas applicables à la grande majorité des patients, dont la survie est alors comprise entre quelques mois et 2 ou 3 ans, en fonction essentiellement de l’état du foie au moment du diagnostic et de l’étendue de l’envahissement tumoral. Le traitement médicamenteux de référence des cancers avancés est le sorafenib, molécule qui inhibe la prolifération des cellules tumorales et l’angiogenèse tumorale et augmente le taux de mort cellulaire (apoptose) dans un large échantillon de modèles de tumeurs. Il permet une meilleure survie mais avec une toxicité élevée.

Des études ont montré l’intérêt d’un nouveau traitement pour la prise en charge des tumeurs hépatiques primaires et secondaires. Il s’agit d’une technique de radioembolisation avec des microsphères de résine chargées d’yttrium-90 (Y90‐RE). C’est un traitement peu invasif, consistant en l’injection de millions de microsphères de résines radioactives dans les artères hépatiques via un cathéter afin de cibler directement la/les tumeur(s) avec une dose d’irradiation interne jusqu’à 40 fois plus importante qu’avec une radiothérapie conventionnelle, tout en épargnant les tissus sains.

Fort des résultats encourageants en termes de survie des patients, une étude promue par l’AP-HP, a été lancée pour comparer, chez des patients atteints d’un cancer du foie, l’efficacité de la radioembolisation avec des microsphères de résine chargées d’yttrium-90 (SIR-Spheres® microspheres ; Sirtex Medical Limited, Australie) au traitement de référence médicamenteux, le sorafenib (Nexavar®, Bayer HealthCare Pharmaceuticals, Allemagne).

L’étude a ainsi pour objectif d’évaluer si la radioembolisation avec des microsphères de résine chargées d’yttrium-90 permet d’augmenter la survie globale, par rapport au sorafenib, chez des patients atteints de cancer du foie avancé. Cette étude appelée SARAH pour SorAfenib versus Radioembolization in Advanced Hepatocellular carcinoma, est coordonnée par le Professeur Valérie Vilgrain du service de Radiologie de l’hôpital Beaujon et de l’université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité. Il s’agit d’un essai de phase III, randomisé et multicentrique**. Une vingtaine de centres de traitement du cancer du foie en France devrait participer et permettre l’inclusion de 400 patients atteints d’un cancer du foie qui sont soit non éligibles pour la résection chirurgicale, la transplantation hépatique ou la radiofréquence ou en récidive ou progression de CHC après multiples traitements.

Pour le Professeur Vilgrain, « cet essai est basé sur l’hypothèse que la radioembolisation avec des microsphères de résine chargées d’yttrium-90 peut augmenter le délai de survie globale médian avec moins d’effets secondaires et/ou une qualité de vie améliorée par rapport au sorafenib. Nous espérons que les résultats de cette étude représenteront une avancée dans la prise en charge de ces patients ayant peu d’options thérapeutiques ».

* SARAH : SorAfenib versus Radioembolization in Advanced Hepatocellular carcinoma
** essai de phase III, prospectif, multicentrique, contrôlé, randomisé et ouvert

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cancer Cancer du foie