Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Santé : 1.3 million de Français souffrent de l’AOMI. Et vous ?
Santé : 1.3 million de Français souffrent de l'AOMI. Et vous ?
note des lecteurs
date et réactions
5 novembre 2010
Auteur de l'article
CRYPV, 2 articles (Rédacteur)

CRYPV

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
2
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Santé : 1.3 million de Français souffrent de l’AOMI. Et vous ?

Santé : 1.3 million de Français souffrent de l'AOMI. Et vous ?


L’AOMI ou Arthériopathie Oblitérante des Membres Inférieurs est une maladie silencieuse qui représente un véritable danger. En France, plus d’1.35 million de personnes en sont atteintes (plus de 6.8 millions en Europe) et de nombreuses autres sont concernées de très près. Une grande journée nationale de dépistage gratuit ‘Des pas pour la vie’ lui sera d’ailleurs consacrée jeudi 25 novembre dans tout la France, organisée par la Société Française de Médecine Vasculaire (SFMV), la Société de Chirurgie Vasculaire de Langue Française (SCV), le Collège Français de Pathologie Vasculaire (CFPV) et leurs partenaires.

Pour éviter que l’AOMI ne soit diagnostiquée à un stade grave et déjà avancé, le laboratoire international de dispositif médicaux Cook Medical donne ici quelques indications sur les signes permettant de la reconnaître et les facteurs qui la favorisent, que le Docteur Jean-Marie Cardon -président de la Société de Chirurgie Vasculaire de langue française (SCV)- commente.
 

L’AOMI en quelques mots et chiffres 

L’AOMI touche 30 millions de personnes chaque année dans le monde. « C’est une maladie redoutable, car elle est silencieuse à son stade initial, marquée par l’obstruction de vaisseaux de la jambe et plus spécialement de l’Artère Fémorale Superficielle (AFS). Le sang ne peut plus irriguer correctement les jambes et les pieds. », décrit le Docteur Cardon.

Appelée aussi artérite, l’AOMI est l'une des maladies les plus envahissantes de notre époque. Elle affecte environ 27 millions de personnes en Europe et en Amérique du Nord. Le problème est que seul un patient sur trois présente les symptômes de la maladie1. Si elle n’est pas prise en charge suffisamment tôt, elle peut générer une menace de gangrène des orteils et un risque d' amputation. « Et même ‘juste un peu gênante’, l’AOMI est un marqueur du risque cardiovasculaire avec menace de mort par infarctus et risque d’AVC3. », souligne le Docteur.

Qui est concerné(e) ?

L’AOMI touche généralement les personnes de plus de 60 ans*, notamment si celles-ci présentent un ou plusieurs facteurs de risque associés :

1)  le tabagisme même passif (risques x2 à x5, le tabagisme même passif est l’ennemi majeur des artères)

2)  le diabète (le diabète de type 2 augmente de 3 à 4 fois les risques) ainsi que l’obésité,

3)  l’hypertension artérielle,

4)  une anomalie du cholestérol,

5)  la sédentarité ,

6)  les antécédents familiaux d’athérosclérose,

La France compte près de 1.35 million de malades atteints de l’AOMI de façon symptomatique,nbsp ; et 2.46 millions personnes asymptomatiques.

Les symptômes à surveiller 

Le premier symptôme d’alerte, la gêne à la marche ou claudication, peut sembler anodin, mais il ne l’est pas… Il est alors difficile de marcher par exemple plus de 200 mètres (puis 100 mètres puis 50 mètres...) sans ressentir de gêne, souvent dans le mollet, puis des douleurs imposants un arrêt de la marche. Après quelques minutes de repos, la douleur s’estompe. 

D’autres symptômes, apparents eux, surviennent aussi parfois et sont autant de signes d’alerte :

-  les pieds froids et l’endolorissement des orteils au repos,

-  à un stade plus évolué, des plaies au niveau de la jambe et des pieds qui ne cicatrisent pas,

-  voire un début de gangrène.

Enfin, deux autres symptômes requièrent une consultation en extrême urgence car ils sont les signes d’un arrêt total de la circulation du sang dans le membre (ou ischémie aigüe) :

-  le pied glacé et des douleurs très importantes

-  la perte de la sensibilité et de la mobilité du pied.

 

 

Vous avez un doute, à qui vous adresser* ?

 

« Il ne faut pas hésiter à consulter rapidement son médecin traitant pour procéder à un premier examen simple et indolore, l’IPS ou Indice de Pression Systolique, qui consiste en une mesure comparative de la tension entre la cheville et le bras. Au quotidien, généralistes, médecins et chirurgiens vasculaires, diabétologues, cardiologues et radiologues, sont autant d’experts qui peuvent être sollicités pour toute question sur l’AOMI et pour des examens complémentaires (échographie-doppler, épreuve sur un tapis de marche roulant, angioscanner et/ou IRM..). », ajoute le Docteur Cardon.

 

Enfin, dépister l’AOMI, c’est aussi dépister les risques d’une maladie très grave qu’est l’athérothrombose, maladie diffuse des artères qui cause la plupart des accidents vasculaires graves comme l’accident vasculaire cérébral (AVC) et l‘infarctus du myocarde.

 

 

Comment se soigne une AOMI ?

 

Quelle que soit sa gravité au moment du diagnostic, l’étape thérapeutique n°1 - associée à une reprise d’activité physique - est la prise en charge des facteurs de risque : arrêt du tabac, traitement d’une augmentation du cholestérol (régime alimentaire, médicaments), traitement de l’hypertension artérielle, traitement du diabète et hygiène de vie (exercice physique régulier et alimentation saine pauvre en graisses saturées).

 

A des stades plus évolués, des interventions peuvent également être nécessaires, telles une angioplastie avec dilatation par un ballonnet mis directement dans l’artère pour dilater celle-ci à l’endroit où elle occluse, éventuellement complété par la mise en place d’une endoprothèse ou stent. Dans certains cas, le remplacement de l’artère par un pontage pourra être nécessaire. La réalisation d’une angioplastie et la pose d’un stent peuvent se faire par ponction cutanée avec une hospitalisation courte post-opératoire (entre 12 et 48 heures).

 

«  Aux côtés des stents dits nus ‘historiques’, un nouveau dispositif est disponible depuis peu. Il s’agit d’un stent sans polymère dit actif, qui diffuse un médicament qui facilite sa tolérance par le corps et diminue les facteurs de resténose, comme cela est utilisé de longue date dans les artères du coeur. », remarque le Docteur Cardon.

« Enfin, ne l’oublions pas, la prise en charge du traitement thérapeutique avec succès ne dispense pas de l’application de bonnes règles d’hygiène de vie, de la prise en compte des facteurs de risques et d’une surveillance annuelle. Le vieillissement des artères est un phénomène naturel qui touche chacun, nous sommes tous concernés. », conclut le Docteur Cardon.

 

 

 

Avertissement : Présentées par Cook Médical, spécialiste international de la conception de dispositifs de santé, ces informations n’ont pas valeur de diagnostic, que seul un expert médical pourra réaliser.

 

(1) source de ces chiffres sur la prévalence de l’AOMI  :

- Norgren L, Hiatt WR, Dormandy JA, Nehler MR, Harris KA, Fowkes FG, et al. Inter-Society Consensus for the Management of Peripheral Arterial Disease (TASC II). Eur J Vasc Endovasc Surg 2007 ; 33 (Suppl 1) : S1-75. PMID 17140820. Egalement disponible sur : http://www.tasc-2-pad.org/upload/SSRubriqueProduit/Fichier2/597.pdf

Source de cette information en termes d’âge et pays :

 - US Census International Database. Available at : http://www.census.gov/ipc/www/idb/informationGateway.php. Accessed January 18, 2010.

 

(2) La campagne de prévention et de dépistage “Des pas pour la vie” est organisée par la Société Française de Médecine Vasculaire (SFMV) et ses partenaires – informations sur : http://www.despaspourlavie.com/

 

3/ AVC : Accident Vasculaire Cérébral

 

 

 

À propos de Cook Medical :

Cook Medical a été l’une des premières sociétés à contribuer à la popularisation de la médecine interventionnelle, en lançant de nombreux dispositifs qui sont maintenant couramment utilisés dans le monde entier pour réaliser des procédures médicales faiblement invasives. Aujourd'hui, la société intègre la conception des dispositifs, la biopharmaceutique, la thérapie génique et cellulaire et les biotechnologies pour améliorer la sécurité du patient et les résultats cliniques dans le domaine des interventions aortiques, de la cardiologie interventionnelle, des soins intensifs, de la gastroentérologie, de la radiologie, de la vascularisation périphérique, de l’accès osseux et de l’oncologie ; de la chirurgie et de la réparation des tissus mous, de l'urologie et des technologies de reproduction assistée, de la gynécologie et de l’obstétrique à haut risque. Cook a déjà gagné le prestigieux prix « Medical Device Manufacturer of the Year Award », décerné par le magazine Medical Device & Diagnostic Industry. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site www.cookmedical.com.

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...