Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Salto H, une consultation de guérison du cancer
Salto H, une consultation de guérison du cancer
note des lecteurs
date et réactions
15 décembre 2009
Auteur de l'article
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Catherine Cerisey

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
45
nombre de commentaires
6
nombre de votes
2

Salto H, une consultation de guérison du cancer

Salto H, une consultation de guérison du cancer

Deux millions de personnes en France sont “guéris” du cancer. On arrive aujourd’hui à un taux de 50% de guérison tout cancer confondu, ce qui signifie que 150 à 200 000 personnes par an viendront rejoindre chaque année ces deux millions pour atteindre le chiffre de 4 millions dans 10 ans.

Si d’un point de vue médical, la qualité du suivi de ces patients ne peut pas être remis en cause, qu’en est-il d’un point de vue  psychologique, social, financier, nutritionnel ou simplement humain ?

Un Suivi A Long Terme en Oncologie-Hématologie (SALTO H) est mis en place depuis septembre 2006 au centre René Gauducheau de Nantes pour les patients en rémission prolongée. Parallèlement un projet de recherche soutenu par la Ligue Nationale contre le cancer sur la “qualité de vie à long terme des survivants du cancer” est mené.

La consultation Salto H est née à l’initiative du Docteur François Pein des constats suivants :

  • Lors de la rémission, les consultations avec l’oncologue prennent quelques minutes, s’orientent presque essentiellement autour d’analyses et examens obligés et souvent mal vécus et ne soulèvent pas les problèmes ressentis par ces patients en matière de qualité de vie par exemple.
  • Le médecin généraliste ne connaît pas toujours les complications inhérentes au cancer et/ou à ses traitements, est parfois perçu comme peu compétent dans le domaine de la cancerologie et n’aborde pas plus que le praticien hospitalier des problèmes d’aspect psychologique, social, économique, professionnel ou familial.

Cette consultation Salto H, quant à elle, n’a pas vocation à remplacer l’un des deux médecins. Elle est faite à la demande de l’oncologue et n’est en aucun cas imposée. Elle peut avoir lieu juste après la fin des soins ou à distance, les problèmes rencontrés pouvant survenir longtemps après. La “conversation” dure plus d’une heure en général, et tourne autour des sujets aussi divers que des éventuels effets secondaires, de la nutrition, de la nécessité de faire du sport, du retour à l’emploi, des dégâts collatéraux de la maladie, des problèmes rencontrés avec les banques ou les assurances, des problèmes familiaux survenus pendant ou après le cancer… Elle débouche sur un compte rendu établi en termes clairs compris par le patient et destiné à tout médecin susceptible d’assurer son suivi.

Ce n’est pas une consultation de psychologues ou d’assistantes sociales et elle se veut unique. Dans les faits seuls 20% des patients réclament une seconde entrevue.

Salto H est donc conçue pour “mieux vivre et bien vieillir après le cancer et ses traitements”. C’est, me semble-t-il, une des préoccupations importantes du Plan Cancer 2 qui malheureusement ne semble pas s’appuyer sur ce genre d’initiative déjà testée sur le terrain et qui vont dans le bon sens, c’est évident. Cette consultation Salto H n’est peut être pas une panacée mais permet d’éviter cette impression d’abandon vécue par de nombreuses personnes et souvent très mal perçue. Espérons que dans la mouvance de la gestion de l’après cancer du plan initié par Nicolas Sarkozy, et à l’instar de la consultation d’annonce, cette mesure sera généralisée dans tous les hôpitaux.


Après mon cancer du sein
Catherine Cerisey

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Cancer Oncologie