Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Rothschild domotisé !
Rothschild domotisé !
note des lecteurs
date et réactions
20 juillet 2011
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Rothschild domotisé !

Rothschild domotisé !

Établissement de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) situé dans l’Est parisien, l’hôpital Rothschild (AP-HP) développe un projet médical ambitieux centré sur la restauration de l’autonomie fonctionnelle des patients dans une optique de retour à domicile. Il est le 1er établissement de l’AP-HP à s’équiper entièrement de solutions domotiques destinées à permettre aux malades de contrôler leur environnement direct. Reportage.

La domotique désigne l’ensemble des domaines technologiques visant à faire communiquer entre eux les équipements électriques et donc à faciliter les interactions de l’utilisateur avec son environnement. Mise au service des personnes dépendantes ou en perte d’autonomie, elle constitue une aide précieuse en termes d’accessibilité, de confort et de circulation dans l’espace. « Les nombreux apports de la domotique sont reconnus par l’ensemble des métiers de la rééducation, rappelle Isabelle Tabourdiau, chef de projet du NouveauRothschild. Son déploiement dans un établissement SSR tel que Rothschild s’est donc imposé comme une évidence ! ».

Un tel projet nécessite toutefois le déploiement d’une solution évolutive en fonction des capacités motrices et cognitives des patients, et interfaçable avec les téléthèses à infrarouge du marché. La société retenue, H.Call Systems, est aujourd’hui en train d’installer l’ensemble des éléments de la solution H.Call Domotique dans une chambre test. La généralisation à l’échelle de l’établissement devrait, quant à elle, être achevée à la fin du deuxième trimestre 2011 au plus tard. La prochaine étape ? Le choix et l’installation des téléthèses, ces interfaces de télécommandes permettant au patient de communiquer avec son environnement, par exemple par pression du doigt ou à travers un mouvement des paupières, une pression de la mâchoire, ou tout autre mouvement identifiable et interprétable.

Une solution qui évolue avec les besoins des personnes soignées

L’hôpital Rothschild reçoit des personnes dont les capacités sont altérées à des niveaux différents. L’adaptation de la technologie domotique en fonction des besoins de chacun conditionne donc leur appropriation. Explications de Marie-Hélène Scapin, cadre paramédical du Pôle de Médecine Physique et de réadaptation (MPR) : « L’équipement des chambres permettra à un patient de réaliser seul des activités qui, jusque-là, nécessitaient la présence d’un soignant : changer de chaîne télé, éteindre les lumières, ouvrir les stores, etc. Ce pouvoir retrouvé sur ses actes quotidiens modifiera le regard qu’il porte sur son handicap. Notre projet de soins est d’ailleurs entièrement tourné vers la promotion de cette autonomie, et nous utilisons l’ensemble des technologies disponibles à cette fin. Un maillage constant entre progrès médical et progrès technique qui suppose une adaptation préalable pour garantir l’utilisation optimale de solutions dont, bien souvent, les patients ne soupçonnent pas l’existence. » Et c’est là la mission des ergothérapeutes.

Mais laissons la parole à Hélène Barruel, elle-même ergothérapeute : « L’ensemble des fonctionnalités domotiques pourront être déployées dans les chambres hébergeant des patients très altérés sur le plan moteur mais non sur le plan cognitif. Les ergothérapeutes doivent donc, dès l’admission d’un malade, évaluer son état pour lui proposer les solutions adaptées à ses capacités et à ses besoins, tout en tenant compte de certains impératifs liés à la prise en charge. Cette dernière implique en effet une rééducation en vue d’une restauration fonctionnelle ; la domotique doit accompagner cette restauration et non s’y substituer. D’où l’intérêt, d’ailleurs, de disposer de solutions adaptables en fonction non seulement de l’état de santé initial d’un malade, mais aussi des évolutions qui pourraient survenir. Le projet de simulateur de logement s’inscrit également dans cette logique. » Ce dernier, l’une des grandes originalités du projet, est un espace modulable équipé de tout le panel de solutions H.Call Domotique. Il permettra non seulement d’évaluer les besoins des patients et de leur permettre de se familiariser avec la domotique que de les réadapter au quotidien ou de les accompagner dans le choix d’une solution implantable à leur domicile.

Ouverture sur la ville et sur la vie

«  La domotique doit aider à répondre à un objectif de santé publique en matière de rééducation des patients atteints de troubles neuro-locomoteurs, explique Marie-Anne Fourrier, directrice de l’hôpital. La Maison Départementale des Personnes Handicapées en Île-de-France a d’ailleurs publié des chiffres parlants : entre 8,6 et 10,3% des Parisiens âgés de 20 à 59 ans sont en situation de handicap ou d’incapacité, et 2 sur 3 vivent seuls. Les progrès médicaux, qui permettent de mieux maîtriser les pathologies graves, laissent par ailleurs présager une augmentation de ces chiffres dans un avenir proche. Le projet pilote actuellement en cours à Rothschild pourra servir de base à une réflexion commune autour d’une meilleure prise en charge de la perte d’autonomie. L’enjeu, aujourd’hui, est d’y impliquer les patients au même titre que le corps médical et soignant, afin que cette expérimentation puisse se généraliser ».

Pour évaluer l’efficacité de la domotique, plusieurs facteurs seront à prendre en compte. « La diminution des appels malade sera un signe indubitable de la montée en charge de la domotique », fait remarquer Marie-Hélène Scapin. « La réalisation d’études statistiques sur la fréquence du recours à la télécommande ou des fonctionnalités activées est bien entendu prévue avec H.Call Systems, précise le Professeur Philippe Thoumie, chef du Pôle MPR et auteur d’un rapport sur les Innovations Technologiques et le Handicap (publié en 2004), afin d’avoir des informations pertinentes quant à l’utilisation réelle de l’outil domotique. » Enfin, la domotique doit permettre aux patients de sortir de leur chambre et de se rendre dans les espaces conviviaux du rez-de-chaussée en empruntant les ascenseurs : caféteria, salle de spectacle, bibliothèque, coiffeur. Le nombre de patients et de fauteuils roulants se promenant dans les couloirs et les jardins devrait donc augmenter grâce à la domotique, donnant au nouveau Rothschild plus d’animation et de vie.

 
Joëlle HAYEK - Hospitalia #13, mai 2011
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté