Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Rhinite allergique : Les pollens vous veulent du mal !
Rhinite allergique : Les pollens vous veulent du mal !
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
2 avril 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 138 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
138
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Rhinite allergique : Les pollens vous veulent du mal !

Rhinite allergique : Les pollens vous veulent du mal !

La rhinite allergique (RA), encore appelée rhume des foins, se traduit en période de floraison par un ensemble de symptômes perturbant la vie quotidienne.

Vos plaintes à l’officine sont nombreuses mais pas toujours très précises. Votre pharmacien vous donnera quelques indications utiles pour bien vous soigner.
 
 
Quelle rhinite ?
 
La rhinite allergique est une inflammation aiguë ou chronique de la muqueuse nasale en rapport avec un mécanisme immunopathologique. Elle nécessite que l’organisme ait été préalablement sensibilisé par l’allergène.
  • La rhinite pollinique saisonnière ou pollinose (rhume des foins) survient chaque année d’avril à septembre. C’est une réaction aux allergènes répandus dans l'atmosphère, par opposition aux allergènes d'intérieur comme acariens, poils de chat… Rare avant l’âge de cinq ans, elle apparaît le plus souvent vers la puberté. Les symptômes sont rythmés par les conditions météorologiques.
  • La rhinite allergique dite persistante se manifeste tout au long de l’année et dépend surtout d’allergènes domestiques (blattes, acariens, poils d’animaux). L’obstruction nasale est marquée, souvent accompagnée d’un asthme.
 
 
Ce qu’il faut préciser
 
  • À quel(s) pollen(s) êtes-vous allergique ? Avec le rhume des foins, on pense avant tout aux pollens de graminées mais il en existe beaucoup d'autres : les pollens de cyprès dès le mois de janvier-février dans le sud de la France, de noisetier en région parisienne dès le mois de février, d'aulne en mars, de bouleau en avril, de graminée en mai-juin. En période estivo-automnale ce sont les pollens d'herbacée (ambroisie, armoise). Il existe de grandes disparités régionales liées à la répartition des espèces botaniques et aux variations de climat.
  • Avez-vous de l’asthme ? L’asthme est beaucoup plus fréquent chez les patients souffrant de RA et inversement : un tiers des RA s’associent à de l’asthme et deux tiers des asthmatiques ont une RA.
  • Votre rhinite est-elle vraiment allergique  ? Une rhinite qui évolue depuis plusieurs années, caractérisée par une obstruction nasale bilatérale, une baisse importante de l’odorat, l’absence d’éternuements doit faire évoquer une polypose nasosinusienne. Cette maladie œdémateuse chronique entraîne la formation de polypes.
  • Souffrez-vous d’irritations oculaires ? Les conjonctivites allergiques accompagnent souvent la rhinite allergique, elles se traduisent par un larmoiement abondant, un œil rouge, du prurit et parfois une photophobie.
 
Se traiter très tôt
 
Le traitement dépend du niveau de sévérité de la RA, mais il est important de la traiter vite et bien. Si vous ne vous traitez pas, ne prenez pas les bons médicaments et négligez l’évolution de votre rhinite, vous serez gêné(e) deux ou trois mois dans l’année, puis l’allergie deviendra de plus en plus sévère et la durée de la gêne s’étendra à tout le printemps et au début de l’été. Enfin, l’inflammation se prolongera sur l’ensemble de l’année avec le risque de voir apparaître un asthme pollinique sévère. Autre justification d’une prise en charge rapide : au tout début de l'exposition à l'allergène, une grande quantité d'allergènes est nécessaire pour déclencher la RA mais, une fois débutée, de petites quantités d'allergènes suffiront à entretenir le processus. En bloquant le rhume des foins dès le début on l'empêche de s'emballer.
 
 
Calmer le jeu
 
Même si l’allergie peut être traitée préventivement, l’éviction totale des pollens est impossible et la rhinite est inévitable. La sensibilité aux pollens est augmentée en cas d’antécédents allergiques familiaux et selon l’âge, entre 15 et 35 ans (il y a peu d'apparitions après 35 ans). Les polluants d'origine industrielle, la pollution domestique, y compris le tabac, les températures élevées, le vent favorisent la survenue des pollinoses. En revanche, une altitude élevée, la pluie diminuent les risques. Le rôle des allergènes alimentaires n'est pas exclu, d'autant qu'il existe des allergies croisées (pomme et pollen de bouleau, céleri et pollen d'armoise, etc.).
 
Quelques mesures pratiques peuvent minimiser la survenue ou l'intensité des symptômes, comme éviter d’avoir des activités de plein air les jours de forte densité pollinique : en ville, le pic pollinique est atteint en fin de journée, à la campagne en début de journée. Autres précautions : dormez avec les fenêtres fermées, portez des lunettes de soleil pour faire écran aux pollens, laissez les habits portés la journée hors de la chambre, limitez l'emploi de l'air conditionné, passez fréquemment l'aspirateur afin d'éliminer les allergènes d'intérieur.
 
 
Traitements à l’officine
 
Les traitements locaux sont suffisants pour traiter une RA légère à modérée.
  • Premier geste d’hygiène : lavages des fosses nasales avec des solutions d’eau de mer stérilisées ou du soluté physiologique en dosette. Les présentations isotoniques permettent de laver tous les nez à tous les âges. Les solutés hypertoniques sont conseillés en cas de nez bouché.
  • Lavages oculaires trois à quatre fois par jour avec des solutions, de préférence sans conservateur, pour calmer les irritations des yeux. Instiller ensuite un collyre antiallergique, de préférence avec des unidoses à usage unique. Les collyres anti-irritants et décongestionnants atténuent la gêne liée à une irritation ou à une fatigue oculaire.
  • Les antihistaminiques H1 oraux de nouvelle génération, dont la cétirizine est le chef de file, sont les produits conseils par excellence dans la RA. Ils agissent sur la plupart des symptômes par inhibition de la libération de l'histamine à l’origine de la réaction allergique inflammatoire. Ils sont réservés aux adultes et aux enfants de plus de 12 ans et la durée du traitement conseil ne doit pas excéder sept jours sans avis médical.
 
Christelle Piat

 
Comment agissent les poudres nasales ?
 
 

Elles préviennent les allergies respiratoires en exerçant un rôle de filtre. Elles forment un film protecteur sur la muqueuse qui empêche le contact avec les allergènes et elles diminuent l’apparition des troubles liés à la crise allergique. Elles se présentent sous forme de sprays et il faut renouveler les pulvérisations plusieurs fois par jour.

 


 
Désensibilisation sublinguale
 
 

Depuis quelques années, la voie sublinguale, plus sûre et plus simple, tend à supplanter la voie sous-cutanée. Son efficacité est principalement prouvée pour les acariens et les pollens (graminées surtout, bouleaux, ambroisie). Elle concerne surtout les patients monosensibilisés ou pauci-sensibilisés. Elle est très bien acceptée par les plus jeunes à partir de cinq ans et les adultes qui redoutent les injections. L’autre avantage est qu’elle se pratique à domicile. Elle est bien tolérée, même pour des doses élevées d’allergènes, mais les résultats ne sont pas immédiats, ils ne deviennent significatifs qu’à partir de la deuxième année.

 


 

Le magazine Bien-être & Santé est un mensuel gratuit offert à leurs clients par les pharmaciens abonnés uniquement. Pour savoir si votre pharmacie est partenaire, rendez-vous sur le site dédié.

 

 

 

 

 

Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Santé & Maladies
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx8.235.13) le 2 avril 2012 a 21H59
 (Visiteur)

Petit conseil pratique qui ne coûte rien :

arrêtez les laitages et les farines raffinées pendant 15 jours, puis recommencez, vous verrez ces fameux mucus disparaître puis revenir et, comme j’en ai fait l’expérience plus d’une fois, vous comprendrez beaucoup de choses !

Sinusites, rhinites, otites, bronchites ne sont plus que de mauvais souvenirs (39 ans d’expériences !).