Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Révolution : les anti-baclofène deviennent les Pro-Baclo !
Révolution : les anti-baclofène deviennent les Pro-Baclo !
note des lecteurs
date et réactions
22 novembre 2012 | 6 commentaires
Auteur de l'article
Yves Brasey, 5 articles (Informaticien)

Yves Brasey

Informaticien
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
4
nombre de votes
24

Révolution : les anti-baclofène deviennent les Pro-Baclo !

Révolution : les anti-baclofène deviennent les Pro-Baclo !

Depuis le 14 novembre 2012, date de l’annonce de l’essai ETHYPHARM nommé ALPADIR, les anti-baclo ont faits volte-face, finis les griefs "ça ne marche pas", "c’est le côté anxiolytique du baclofène qui fait croire aux personnes qu’elles sont guéries", "le baclofène est dangereux", "les effets secondaires sont tels que 50 % doivent arrêter", etc... (1) tout ça... volatilisé !
Pourquoi ?

Non seulement ils ne sont plus contre, mais ils vont presque tous se retrouver dans le Comité Scientifique de l'étude ALPADIR..

Qui sont ces gens là ? ce sont les éminences grises des autorités de santé, les plus hauts placés des deux sociétés savantes françaises en addictologie : la SFA et la FFA.

Accessoirement une partie d'entre eux est en conflits d'intérêts avec le laboratoire LUNDBECK (2) qui va prochainement mettre sur le marché le SELINCRO (nalmefène), médicament qui n'aurait pas lieu d'exister si les alcoolo-dépendants avaient tous libre accès au baclofène.

Accessoirement aussi, il est confortable d'être "expert auprès de la commission d'AMM" de l'ANSM et d'être le "Coordonnateur National" des essais qui ont conduit à cette demande d'AMM ! (5)

Accessoirement toujours, c'est bien aussi d'avoir des entrées à la HAS. (6)

Ou... passez-moi la rhubarbe, je vous passerai le séné...

Et pourquoi ce volte-face ?

Le baclofène utilisé correctement, c'est à dire comme NOUS l’utilisons, permet de nous débarrasser de notre alcoolo-dépendance à peu de frais avec l'aide d'un prescripteur : notre médecin généraliste et/ou notre médecin psy.

Le GROS problème pour ces gens là c'est que cette utilisation rend caduc leur système de soins tout aussi coûteux ( 20 milliards d'euros par an ) qu’inefficace ( sur 100 alcoolo-dépendants, ils arrivent à en conduire 2 à l'abstinence soit 2 % ! ).

Devant l'ampleur du mouvement qu'ils n'arrivent pas à enrayer, mais qu'ils ont bien freiné depuis 2004, cette démarche permet de préserver leur système (et leurs revenus) encore quelques années : soutenir et se ranger aux côtés d'ETHYPHARM pour obtenir une AMM très particulière pour le baclofène : à 180 mg le maintien de l'abstinence après sevrage.

Avantages pour eux :


1°) avec le temps, tenter de faire oublier qu'ils étaient de farouches anti-baclo et tenter de montrer "patte blanche" le jour où ils seront convoqués devant les tribunaux et sommés d'expliquer pourquoi ils ont bloqué cette découverte de 2004 à 2012, avec des centaines de milliers de morts qui auraient pu être évités. Le scandale sera autrement plus important que celui du Médiator ! lire et relire l'éditorial : "Le baclofène : une énigme et un scandale" du Dr Renaud de Beaurepaire (3)

2°) leur système de soins est préservé encore quelques années,

3°) un cocorico pour un taux de réussite qui va être multiplié par 5 ! faire 50 % d'abstinents dans une population sevrée qui souhaite l'abstinence, avec 180 mg de baclofène ce n'est pas difficile ! en tant qu'utilisateurs du baclofène nous sommes les mieux placés pour le savoir, ils peuvent même espérer 60/70 % ! 

Note : 66 % est le minimum, 80 % est courant, avec l'expérience nous devrions arriver au delà.

En conclusion :

Lorsque Ethypharm obtiendra son AMM l'indication sera :

" Après sevrage, jusqu'à 180 mg, aide au maintien de l'abstinence "

Donc l'utilisation actuelle, 20 000 à 30 000 prescriptions, vraisemblablement plusieurs centaines de milliers dans 2 ans, sera toujours hors AMM !

L'essai Bacloville du Pr Jaury est un essai "académique", il confirmera officiellement l'efficacité du baclofène tel que nous l'utilisons.

Mais il n'y a pas de laboratoire pharmaceutique derrière, donc pas de demande d'AMM possible.

Sauf si un changement législatif permet que l'ANSM ne soit plus dépendante à 100% du bon vouloir et des intérêts financiers d'un laboratoire pharmaceutique ! 

Une solution pour arrêter provisoirement, partiellement, mais au plus tôt, ce génocide annuel de 45 000 alcoolo-dépendants : la RTU Recommandation Temporaire d'Utilisation (4).

Toutes les conditions sont remplies, c'est à l'ANSM de s'auto-saisir.

Pourquoi ne l'a-t-elle pas déjà fait ? 120 morts par jour de retard... un détail ?

Yves BRASEY Vice-Président de l'association Baclofène www.baclofene.org et www.baclofene.com pour le forum d'entraide.

Yves BRASEY Vice-Président Association Baclofène www.baclofene.org forum www.baclofene.com

POST-SCRIPTUM

  • Je suis informaticien. Mes 30 années d’alcoolo-dépendance se sont terminées le 21 mars 2010, en 18 jours de traitement à 140 mg de baclofène.
    Depuis ce jour, je suis un consommateur dit "normal" au regard des normes de l’OMS.
    Depuis ce jour, je milite pour que TOUT mes concitoyens d’infortune puissent bénéficier du même traitement.
    Je n’ai aucun conflit d’intérêt.

SOURCES

  • (1) http://www.sfalcoologie.asso.fr/download/AA2012_2-ReunionSFA.pdf
    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/03/25/17828-existe-t-il-traitements-laddiction-lalcool
    http://www.creapharma.fr/news/alcool-pas-de-medicament-miracle-0061.htm
    http://www.baclofene.org/wp-content/uploads/2011/07/Baclofene_SFA_15juin2011.pdf
    http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/alcool/articles/14000-prise-en-charge-alcoolisme-02.htm
    http://sante-medecine.commentcamarche.net/news/114169-addictions-de-nouveaux-medicaments-efficaces-disponibles-d-ici-a-2-ans
    (2) https://icfidnet.afssaps.fr/Public/membre.php?eIdPers=64451
    http://www.baclofene.org/wp-content/uploads/2012/02/dec_publiques_dinterets1.pdf
    http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2009-12/paille_francois_-_declaration_publique_dinterets_du_17-11-09.pdf
    http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2009-04/michelraynaud29-09-08.pdf
    (3) http://www.baclofene.com/index.php?p=download&id=12
    (4) http://ansm.sante.fr/content/download/43742/568316/version/1/file/RTU_Modalites-Elaboration_Septembre2012.pdf
    (5) https://icfidnet.afssaps.fr/Public/membre.php?eIdPers=64451
    (6) http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2009-12/paille_francois_-_declaration_publique_dinterets_du_17-11-09.pdf
    http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2009-04/michelraynaud29-09-08.pdf
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Baclofène
Commentaires
2 votes
par Biba (IP:xxx.xx2.115.5) le 24 novembre 2012 a 02H11
Biba (Visiteur)

Bonsoir Yves,

Je me suis effectivement étonnée via un commentaire hier sur ce site, de l’absence d’un laboratoire à l’origine de l’étude Bacloville.

L’étude Apladir est "sponsorisée" par le laboratoire ETHYPHARM, n’est-ce pas ?

Je me pose donc la question :

Pour l’étude du Baclofène A HAUTE DOSE, le labo ETHYPHARM préconise une étude nommée "ALPADIR" dans ces conditions :
- max 180mg / jr
- après sevrage etc.. ...j’en passe et des meilleures...

Donc, autant dire que si je voulais anéantir l’efficacité du Baclofène "à haute dose" - 180mg :-((( -, je ne m’y prendrais pas autrement !

Ah ? A L’pas Dire ??? Bah ! BACLOFENE, alors !

Merci Yves, de toujours te battre pour nous tous,

Biba,

PS : Et le Laboratoire LUNDBECK ? Quels rapports ?

2 votes
(IP:xxx.xx2.67.185) le 24 novembre 2012 a 10H33
 (Visiteur)

Bonjour Biba,

Dans notre manière d’utiliser le baclofène, en ambulatoire, les malades sont guéris en quelques semaines avec une dose moyenne de 140/150 mg, mais pouvant varier de 60 à 300 mg. Les malades traités deviennent indifférents à l’alcool, c’est à dire qu’ils regardent une bouteille d’alcool comme une corbeille de fruits.

Tu as envie d’un fruit, tu manges un fruit, tu ne finis pas la corbeille !

Tu as envie d’un verre, tu bois un verre, tu ne finis pas la bouteille !

80 % des français consomment de l’alcool, 20 % n’aiment pas, comme d’autres n’aiment pas la viande ou le fromage. Après un traitement au baclofène, les guéris redeviennent des gens "normaux" par rapport à l’alcool, certains en consomment modérément et d’autres deviennent naturellement abstinents sans passer par les 5 semaines d’enfermement et de sevrage forcé préalable.

Comme l’étude ALPADIR se fera sur des malades qui souhaitent l’abstinence, c’est évident qu’elle va réussir, sans doute même au delà des 50 % attendus. Mais 5 semaines de cure, sevrage, baclofène à 180 mg, c’est sortir la grosse artillerie pour tuer une mouche ! Nous avons sur le forum de nombreux guéris qui sont arrivés "en douceur" au même résultat, sans passer par 5 semaines d’arrêt de travail et 4000 à 5000 € de cure !

Les problèmes sont les suivants :

- les propriétaires de la "grosse artillerie" ne veulent pas laisser tomber ce qui leur rapporte 20 milliards d’euros par an !

- cette "grosse artillerie" laisse sur le carreau 80 % des malades : tout ceux qui refusent l’abstinence à vie comme seule solution, d’où la promotion du nalmefène, question de dire "on a quelque chose pour ceux qui refusent l’abstinence". (le nalmefène/Selincro ne soigne rien ! il aide à boire un peu moins ! mais le malade alcoolique reste un malade alcoolique).

- enfin les propriétaires de la "grosse artillerie", ce sont eux qui "conseillent" directement ou indirectement les décideurs, d’où notre difficulté pour faire reconnaître le baclofène dans sa VÉRITABLE utilisation, celle découverte par Olivier AMEISEN.

En France, nous avons l’habitude des situations ubuesques, une de plus :

POUR NE PAS MOURIR DES MALADES SONT OBLIGÉS DE SE BATTRE CONTRE LES AUTORITÉS DE SANTÉ POUR AVOIR LE DROIT D’UTILISER UN MÉDICAMENT QUI EXISTE !

et ce, depuis 2004 !

J’espère avoir été plus clair.

Yves

1 vote
par Biba (IP:xxx.xx2.115.5) le 29 novembre 2012 a 01H31
Biba (Visiteur)

Yves,

Apparemment, tu n’as pas bien lu mon message.

Prends le temps de relire ce que j’ai écrit. Nous sommes parfaitement en phase. Tout ce que tu écris était condensé dans mon post.

J’espère qu’après lecture, cela te paraitra plus clair !

Bien à toi,

Biba,

1 vote
par Cécile (IP:xxx.xx0.81.70) le 24 novembre 2012 a 15H02
Cécile (Visiteur)

L’Association Aubes (Association des Utilisateurs du Baclofène et Symphatisants) qui regroupe malades et médecins prescripteurs se bat depuis 2010 pour la reconnaissance du Baclofène dans le traitement des addictions et aide les patients à trouver des prescripteurs. Elle est partenaire de la première étude lancée en mai par le professeur Jaury : Bacloville et dont les dosages vont jusqu’à 300 mg par jour, doses souvent nécessaires pour être efficaces. Autrement dit, l’étude de Michel Reynaud, plafonnée à 180mg laissera sur le carreau ceux qui auraient eu besoin de plus pour avoir un effet positif. Les résultats de cette étude ne seront pas représentatifs de l’efficacité réelle de la molécule : dommage. Le point positif, c’est qu’elle est soutenue par un laboratoire susceptible de demander une AMM. Quoiqu’il en soit, il est toujours possible de participer à l’étude à hautes doses : Bacloville.

Pour plus d’infos : notre forum patients : http://www.baclofene.fr/ et notre forum médecins pour les professionnels de santé désireux d’être orientés par des confrères pour la prescription : http://medecin-baclofene.fr/

L’équipe de Aubes

3 votes
par Sylvie Imbert (IP:xxx.xx2.138.212) le 25 novembre 2012 a 11H43
Sylvie Imbert, 5 articles (Rédacteur)

Le problème n’est pas tant que l’étude Alpadir laisse sur le carreau des malades parce que dosée à 180mg/j mais plutôt qu’elle laisse en plan tous ceux, majoritaires, qui refusent l’abstinence.

De plus le baclofène étant stoppé au bout de 20 semaines, les malades finiront par rechuter à terme.

En clair, M. Reynaud et ses collègues n’ont pas voulu comprendre que le baclofène à bonne dose supprime la dépendance et que l’abstinence ne marche pas.

Il est fort dommage que ce soit cette étude et non celle de P. Jaury qui soit financée par Ethypharm et conduise à l’obtention d’une AMM. Car si l’AMM obtenue dans 3 ans, repose sur cet essai, elle ne servira qu’à maintenir les choses en l’état : cures de sevrage, prescription d’un médicament d’aide, arrêt du traitement, rechute ...

1 vote
par Biba (IP:xxx.xx2.115.5) le 29 novembre 2012 a 01H36
Biba (Visiteur)

Merci Sylvie, tout est dit.

Biba,