Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Retarder le vieillissement ? Avec la melatonine c’est possible...
Retarder le vieillissement ? Avec la melatonine c'est possible...
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 juin 2009 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Jean Zin, 23 articles (Rédacteur)

Jean Zin

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
23
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Retarder le vieillissement ? Avec la melatonine c’est possible...

Retarder le vieillissement ? Avec la melatonine c'est possible...

Une étude sur la musaraigne vient confirmer le potentiel controversé de la mélatonine pour retarder le vieillissement et les maladies dégénératives, s’ajoutant à une liste déjà impressionnante de propriétés thérapeutiques (antioxydant, régulation du sommeil, dépression, diabète type 2, cancer...).

sS’il ne faut jamais croire au miracle dans le domaine de la santé et qu’il vaut toujours mieux un suivi médical, le peu d’effets indésirables de cette hormone justifie qu’elle soit en vente libre dans la plupart des pays... sauf en France où elle est carrément interdite (!), du moins sous sa forme naturelle. Cet excès de précaution n’est pas seulement contre-productif, il est plus que louche, protégeant à l’évidence les intérêts des firmes pharmaceutiques plus que la santé publique.
 
Cela fait une quinzaine d’années qu’était sorti le livre au titre certes un peu trop racoleur, "Le miracle de la mélatonine" (Walter Pierpaoli et William Regelson, Laffont 1995), mais qui appelait surtout à l’intensification des recherches sur cette hormone produite par la glande pinéale, véritable horloge biologique dont la baisse déclenche la maturation sexuelle à l’adolescence et le vieillissement un peu avant la cinquantaine. En fait de recherches, on ne peut dire qu’on se soit bousculé. Il faut dire que les hormones naturelles ne pouvant être brevetées n’intéressent guère les laboratoires qui préfèrent chercher des substituts chimiques. Là-dessus, la cohorte des non-dupes à qui on ne la fait pas s’est déchaînée sans véritables arguments contre ces naïves croyances dans une hormone miracle, faisant (naïvement) ainsi le jeu de l’industrie pharmaceutique.
 
On a d’abord prétendu que cela ne faisait absolument aucun effet. Puis on a dû admettre que c’était utile quand même contre le décalage horaire, puis à mesure qu’on trouvait des substituts comme l’Agomélatine (Valdoxan) on reconnaissait ses propriétés anti-dépressives ou, avec le Circadin, comme régulateur du sommeil. D’autres études établissaient son fort potentiel antioxydant et son utilité pour les traitements anti-cancer (associé à une chimiothérapie). En février 2008, on soupçonnait un lien entre déficit de mélatonine et diabète de type 2. Tout cela n’a pas suffi à remettre en cause une interdiction de plus en plus injustifiable, comme si c’était l’honneur de notre grande démocratie d’interdire arbitrairement à ses citoyens les produits les plus anodins dès lors qu’ils n’ont pas l’approbation de notre bureaucratie (plus ou moins corrompue ?), interdiction d’autant plus absurde qu’on peut s’en procurer facilement sur internet...
 
Ce mois-ci, une nouvelle étude vraiment impressionnante semble établir que la mélatonine pourrait augmenter de près de 25% la durée de vie de musaraignes ! Voir aussi Futura-Sciences.
 
 
"Au sein du laboratoire Arago, Elodie Magnanou et ses collaborateurs ont étudié sur le long terme les effets de la mélatonine sur la musaraigne musette, petit insectivore nocturne. En temps normal, l’animal présente les premiers signes de vieillissement dès l’âge de 12 mois, principalement en perdant le rythme de ses activités journalières. En administrant la mélatonine en continu un peu avant 12 mois, l’apparition de ces premiers signes est retardée d’au moins 3 mois, un délai considérable par rapport à la durée de vie de la musaraigne."
Bien sûr, ce n’est qu’une musaraigne et une hirondelle ne fait pas le printemps mais il y a quand même de quoi prendre au sérieux le rôle de la mélatonine dans le vieillissement, rôle qui semble logique à défaut d’être encore prouvé de façon indubitable pour l’homme.
 
C’est d’autant plus important qu’on sait maintenant, depuis peu, que la vieillesse est génétiquement programmée et n’est pas une simple usure du temps, le gène clock-1 notamment étant impliqué dans les maladies neurodégénératives. La meilleure stratégie serait donc d’inhiber ce mécanisme de dégénérescence. Il est probable que la mélatonine ne suffise pas pour cela. Il ne faudrait pas en attendre trop de miracles. Il est sans doute nécessaire de la prendre avant le déclenchement du vieillissement, comme dans cette expérience, et cela dépend sûrement des personnes, des doses, etc. On a absolument besoin d’intensifier les recherches mais, dans l’état actuel des connaissances, on pourrait parler d’un "scandale de la mélatonine". Il est en effet intolérable de garder une interdiction que rien ne justifie. Il serait au contraire de l’intérêt de tous qu’on puisse trouver de la mélatonine naturelle de qualité pharmaceutique et, même s’il y a des précautions à prendre ou des incompatibilités avec certains médicaments (IMAO), laisser les patients juges des bénéfices qu’ils en retirent.
 
Il faut ajouter, qu’une bonne part des symptômes attribuées aux ondes électro-magnétiques pourraient venir de la perturbation de la production de mélatonine (les ondes bloquant sa production comme si on dormait en laissant la lumière allumée).
 
Enfin, on trouverait de la mélatonine dans de nombreuses plantes en quantité plus ou moins importante (kudzu, partenelle, millepertuis, riz ?) mais ce n’est pas une solution !
 
Jean Zin
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Commentaires
2 votes
par ïerrot (IP:xxx.xx1.23.48) le 23 juin 2009 a 23H40
ïerrot (Visiteur)

Article faible et puérile.

Baser une conclusion sur une seule étude scientifique sans donner plus de précision de la méthodologie utilisée : nombre de cas, validation du choix animal, etc...

La mélanine présente de graves risques et il est tout a fait justifié que les pouvoirs publiques, s’appuyant sur les connaissances du corps médical interdisse cette vente.

Le contraire serait immonde et criminel.

Article dangereux et quasi sans éléments de démonstration.

Apprenez un peu la rigueur !

2 votes
par Pascal GILBERT (IP:xxx.xx2.87.108) le 26 juin 2009 a 17H01
Pascal GILBERT, 1 article (Rédacteur)

Bonjour,

Lorsque je rencontrerai mon amie la musaraigne je l’informerai de cette étude qui la concerne au premier chef.

Pour les autres assertions de santé, là, j’aimerais bien lire des références sérieuses.

J’ai fait un tour dans la Cochrane library (site de l’EBM - la médecine par les preuves-) et n’ai rien trouvé les concernant. Juste une synthèse sur l’utilité de la mélatonine dans le jetlag : ça fonctionne, et une autre sur mélatonine et traitement des démencces : ça marche pas.

Merci donc de fournir vos sources.

Cordialement

pascalgilbert.ouvaton.org/

0 vote
par mat3 (IP:xxx.xx7.79.242) le 3 juillet 2009 a 22H29
mat3 (Visiteur)

Bonjour, c’est vrai que les sources manquent dans cet article. D’un autre coté, votre site (EBM) n’a pas l’air très représentatif de la littérature scientifique. Jetez un oeil sur sciencedirect (19000 résultats dans le moteur) ou pubmed avec "melatonin" en mot clé...