Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Respir@dom, la télémédecine au service du patient apnéique
Respir@dom, la télémédecine au service du patient apnéique
note des lecteurs
date et réactions
5 février 2013
Auteur de l'article
Le Webzine de l'AP-HP, 323 articles (AP-HP)

Le Webzine de l’AP-HP

AP-HP
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
323
nombre de commentaires
0
nombre de votes
20

Respir@dom, la télémédecine au service du patient apnéique

Respir@dom, la télémédecine au service du patient apnéique

Le syndrome d’apnée du sommeil touche 5 à 7 % de la population des pays occidentaux. En France, plus de 500 000 patients sont traités par ventilation à pression positive continue (PPC). Ce traitement qui repose sur l’utilisation d’une machine et d’un masque à domicile permet d’éviter l’aggravation de leur état de santé. Mais 20 à 30 % d’abandons sont constatés au cours des 4 premiers mois. Pour favoriser l’observance des traitements, un programme de télémédecine, baptisé Respir@dom, est actuellement en cours d’évaluation. Le point sur cette initiative.

Sélectionné par la DGCIS* dans le cadre des Investissements d’avenir et soutenu par l’ARS d’Ile-de-France, Respir@dom est un projet collaboratif coordonné par le Réseau Morphée qui regroupe des médecins spécialistes du sommeil, dont l’équipe du Pr Escourrou à l’hôpital Antoine Béclère (AP-HP), des industriels du secteur médical, des associations de patients et des prestataires de santé à domicile. Le programme associe à la fois un recueil des données en temps réel depuis les machines PPC, le support et l’accompagnement des patients. Cette prise en charge par télésuivi est actuellement réservée à 200 patients inclus dans l’étude d’évaluation médico-économique, qui se terminera le 30 novembre 2013.

Renforcer l’accompagnement médical des patients apnéiques sous traitement respiratoire à domicile.

Pour ces patients, le traitement repose sur l’utilisation d’un appareil de PPC qui envoie de l’air sous pression dans les voies aériennes supérieures grâce à un masque appliqué sur le visage. Ce traitement supprime l’augmentation du risque de maladies cardiovasculaires et métaboliques et limite les accidents de la route en diminuant la somnolence des patients traités. Mais pour être efficace, la durée minimale pendant laquelle le masque doit être porté au cours de la nuit est estimée entre 3 et 4 heures. Les patients doivent donc s‘habituer à porter ce masque toutes les nuits, ce qui s’avère complexe pour certains.

Avec Respir@dom, les appareils de PPC envoient tous les jours des données (durée d’utilisation pendant la nuit, existence ou non de fuites, évaluation des apnées résiduelles) vers un Dossier Médical Sommeil (DMS) sécurisé. Le patient dispose par ailleurs, dans son DMS, d’un espace sécurisé où il est encouragé à évaluer son confort et sa motivation sous traitement. Les données envoyées par l’appareil sont automatiquement analysées dans le DMS et donnent lieu à des alertes techniques en cas d’anomalies, tout comme les données rentrées par le patient sur son ressenti peuvent générer des alertes cliniques.

Un espace pour s’informer, partager et s’entraider

En plus d’assurer cette fonction de suivi médical, Respir@dom fédère une dynamique d’information et d’entraide permettant aux patients apnéiques de mieux se connaître et d’être pleinement acteurs de leur prise en charge. Le portail d’information et d’échanges respiradom.fr est régulièrement enrichi par des articles sur les apnées, le sommeil et les progrès des traitements. Les internautes peuvent y trouver de nombreux conseils de spécialistes du sommeil, ponctués de dialogues, échanges et soutiens ainsi que les trucs et astuces des patients eux-mêmes quant à l’utilisation de leur appareil de PPC. Sur respiradom.fr, les internautes peuvent aussi consulter des vidéos pédagogiques et s’exercer à un serious game « Inspiratio, les pouvoirs du masque magique », pour s’approprier la maladie d’une manière ludique, seuls ou en familles.

* Direction générale de la compétitivité, de l’industrie et des services

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté