Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Recherche : Les dernières actus en Santé
Recherche : Les dernières actus en Santé
note des lecteurs
date et réactions
2 juin 2009
Auteur de l'article
Jean Zin, 23 articles (Rédacteur)

Jean Zin

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
23
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Recherche : Les dernières actus en Santé

Recherche : Les dernières actus en Santé

Les dernière trouvailles de la recherche en Santé :
- Bientôt un vaccin universel contre la grippe ?,
- La dégénérescence de l’œil seraient mauvaise pour le cerveau,
- La trisomie 21 protégerait des cancers,
- Les femmes auraient une meilleure immunité que les hommes,
- Et si le café connu comme anti-fatigue n’était qu’un placebo ?,
- Un électrocardiographe sur un téléphone portable ...

 

- Bientôt un vaccin grippal express et presque universel ?

Le secret ? Il s’agit d’utiliser le virus de la maladie dont, par manipulation génétique, on a enlevé le gène de la protéine NS1 qui en est le facteur pathogène. Il s’agit donc d’un virus atténué, souvent qualifié de « vivant ». Une fois modifié, il est mis en culture, et au bout de quelques jours seulement, on dispose d’un produit prêt à être administré sous la forme d’un spray nasal.
La récente pandémie grippale servira bientôt de banc d’essai en grandeur nature du nouveau procédé. "Nous attendons en effet de ces jours-ci des échantillons du virus A(H1N1), a révélé Thomas Muster. Cela devrait nous permettre de montrer d’ici deux à trois semaines notre capacité à réagir en temps réel à une véritable menace et à proposer un premier vaccin efficace".

- Dégénérescence de l’oeil précurseur des maladies neurologiques

Les cellules qui soutiennent habituellement la survie de cellules nerveuses (neurones) jouent aussi un rôle actif et majeur dans la mort de neurones dans l’œil.
Type de cellules le plus abondant dans le système nerveux, les cellules gliales sont considérées comme des cellules "partenaires" des cellules nerveuses, leur procurant soutien, substances nutritives et un environnement optimal. Toutefois, cette étude indique que les cellules gliales ont aussi un côté plus sinistre qui leur permet de déclencher ou d’exacerber la mort neuronale dans des pathologies.
"La mort de cellules neuronales déclenchée par le glutamate est une étape clé dans un grand nombre de lésions et de maladies, et cette étude est importante, car elle fournit un guide pour les événements cellulaires et moléculaires qui permettent à cela de se produire, explique le Pr Philip Barker, neuroscientifique à l’INM. Le fait que des événements précis de signalisation dans les cellules gliales soient importants pour déclencher la mort de cellules neuronales est surprenant et laisse entrevoir de nouvelles cibles thérapeutiques pour des affections où l’excitotoxicité est en cause."
En interrompant les événements de signalisation dans les cellules gliales voisines, les chercheurs ont pu protéger la majorité de ces neurones, ce qui confirmait le rôle clé des événements liés aux cellules gliales dans la mort déclenchée par le glutamate.
Cette nouvelle compréhension de la cascade excitotoxique de la mort de cellules nerveuses fournit des cibles claires pour une intervention thérapeutique fructueuse dans le cas d’un large éventail de maladies neurologiques et neurodégénératives.

- La thérapie génique pour Parkinson

En augmentant la production de GABA, affectée par le déficit de dopamine, grâce à la thérapie génique, l’état des patients parkinsonien s’améliorerait nettement.

- La "trisomie 21" protège du cancer

Le Down Syndrom ou "trisomie 21" est provoqué par une copie supplémentaire du chromosome 21, ce qui réduirait les cancers en empêchant les cellules cancéreuses de former des vaisseaux pour être irrigé par le sang, ce qui est cohérent avec le fait que les enfants trisomiques naissent souvent avec une malformation cardiaque.

- Les oestrogènes renforcent la réponse immunitaire des femmes

Ce n’est pas toujours aussi bénéfique que ne le présente l’article de renforcer l’inflammation mais il est indéniable que cela rend les femmes plus résistantes.
Les œstrogènes produits naturellement par les femmes pourraient bloquer la sécrétion d’une enzyme, la Caspase-12, qui interrompt le processus inflammatoire. Ainsi la présence d’œstrogènes aurait un effet positif sur l’immunité innée. « Ces résultats prouvent donc que la réponse inflammatoire innée chez les femmes est plus puissante que chez les hommes, ».

- Alerte à la pollution des eaux françaises

Quelques semaines après la parution du nouveau brûlot du Professeur Jean-Claude Lefeuvre, qui lançait, à nouveau, un véritable cri d’alarme sur la dramatique pollution de la quasi-totalité des ressources en eau françaises, c’est l’association Aqui’Brie, implantée en Seine-et-Marne, qui sonne à son tour le tocsin. Les eaux franciliennes sont de plus en plus contaminées par les pesticides. Ainsi, des traces de glyphosate, une molécule issue d’un désherbant répandu, ont elles-été détectées dans la nappe de Champigny, qui alimente en eau un million de Franciliens.

- Et si le café du matin n’était qu’un placebo ?

Des chercheurs ont étudié deux groupes de consommateurs de café, pendant deux semaines un groupe a reçu sa dose de caféine quotidienne, l’autre a reçu un placebo décaféiné. Bien que l’on constate une diminution du flux sanguin vers le cerveau, le groupe placebo s’est considéré aussi éveillé que l’autre pendant la journée.
Par contre, le groupe qui n’a pas reçu sa dose de caféine a souffert de maux de tête typiques et de baisses de tonus occasionnelles au début de l’étude. Mais après quelques jours, ils ne voyaient aucune différence. Ce sont la des effets physiologiques de l’arrêt de la consommation de caféine.
Selon l’étude, le seul bénéfice de la consommation de café chez les habitués est d’éviter les symptômes du sevrage. Une fois que le sevrage a eu lieu, les consommateurs ne voient aucune différence. C’est différent chez les consommateurs occasionnels, dont le corps ne s’est pas habitué à la prise de caféine.
D’autres pensent au contraire que le meilleur moyen de consommer de la caféine est de la prendre sous la forme de petites doses fréquentes, plutôt qu’une grosse quantité en une fois.
 

- Un électrocardiographe portable à connecter à un mobile

L’électrocardiographe se porte attaché à un collier passé autour du cou. Il surveille en permanence un certain nombre de paramètres physiologiques, le rythme cardiaque, la température et la position du corps par rapport à l’horizontale. Les données sont transmises à un mobile équipé d’un adaptateur.
L’appareil présenté produit plus qu’un électrocardiogramme. Ses capteurs enregistrent également la température de la peau et ses accéléromètres miniatures repèrent la position de la personne et peuvent donc détecter une chute.

- Des RFiD comme neurostimulateurs

Des RFiD (en bleu) sont injectés dans la moelle épinière (sans batterie) et leur stimulation est contrôlée par le patient ou un programme grâce à un petit appareil extérieur.
Jean Zin
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté