Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Purger les Hommes ? On vermifuge bien les chevaux !
Purger les Hommes ? On vermifuge bien les chevaux !
note des lecteurs
date et réactions
20 octobre 2010
Auteur de l'article
Eric, 24 articles (Magnétiseur)

Eric

Magnétiseur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
24
nombre de commentaires
9
nombre de votes
19

Purger les Hommes ? On vermifuge bien les chevaux !

Purger les Hommes ? On vermifuge bien les chevaux !

Nous croyons généralement que seuls les animaux d’élevage ou de compagnie ont besoin d’être vermifugés régulièrement. Et l’homme dans tout ça ? son système digestif serait-il moins sensible à la parasitose ? Absolument pas !

« Tous les vers sont des parasites, mais tous les parasites ne sont pas des vers »
Dr Hazel Parcells
 
Il existe un si grand nombre de parasites – et pas seulement « intestinaux » – qu’il n’est donc pas si évident que ça d’en être immunisé. Bien que le mode de contamination reste sensiblement le même dans la plupart des cas (ingestion d’un aliment infecté, eau contaminée ou piqûre d’insecte), tout le monde est susceptible d’être infecté un jour ou l’autre (et plus particulièrement les enfants en bas âge). Le risque encouru pouvant aller d’un amaigrissement flagrant à une intervention chirurgicale avec anesthésie générale. La première des précautions passe donc par l’hygiène de nos mains et des mains de nos enfants qui doivent être nettoyées consciencieusement.
 
Si la médecine généraliste ne trouve pas aujourd’hui de grand intérêt à vermifuger ses patients, cela peut se comprendre pour une question d’us et de coutumes, et cela peut se comprendre du fait que le risque est beaucoup moins grand dans notre société industrialisée. En effet, dans cette partie du globe, la distribution d’eau potable et les services sanitaires et vétérinaires rendus au public sont aujourd’hui relativement bien maîtrisés. Un plus grand soin devrait plutôt être apporté lors de nos déplacements ou notre retour de l’étranger où l’hygiène est parfois douteuse. Mais derrière cette prophylaxie se cache surtout une histoire de simple respect mutuel dans une vie en communauté. Cela signifie que le risque n’est pas nul, nulle part. La plupart des traitements actuels sont efficaces pour se débarrasser de l’intrus, mais il n’est pas forcément nécessaire d’attendre qu’il se soit installé pour réagir.
 
C’est pourquoi rien ne nous empêche de prendre cette initiative à titre préventif, deux fois par an minimum, quand il existe effectivement des méthodes dites « naturelles » pour s’y préparer. Si vous avez une préférence pour ce domaine en particulier, je vous conseille de prendre de l’ail. Ses nombreuses applications (voir aussi les contre-indications), qu’elles soient antiseptiques, digestives, fongicides, nerveuses, vasculaires, en fait un aliment de premier ordre pour beaucoup de nos maux. De toute évidence, il est préférable de trouver des solutions naturelles à travers l’alimentation au quotidien que les méthodes d’automédication délivrée sans ordonnance. Aussi, n’hésitez donc pas à vous renseigner auprès de personnes compétentes et, en particulier, auprès de votre médecin traitant. N’oubliez pas que ce n’est pas parce qu’un remède est à base de plantes que le principe actif est sans danger.
http://medecinesparalleles.blogspot.com/

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Conseils & Solutions