Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Psoriasis : des solutions existent
Psoriasis : des solutions existent
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 août 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Psoriasis : des solutions existent

Psoriasis : des solutions existent

Affection de la peau sans gravité, le psoriasis contribue cependant à altérer la qualité de vie de la personne atteinte. Mieux le connaître et le comprendre, c’est apprendre à mieux vivre avec.

Petites plaques roses ou rouges saillantes, recouvertes de squames blanchâtres, le plus souvent aux coudes, aux genoux ou sur le cuir chevelu, à la limite du front, au-dessus, à l’arrière et sur les lobes des oreilles, mais aussi sur tout le corps, dos, ventre, organes génitaux… c’est ainsi que se manifeste le psoriasis dans 80 % des cas. D’autres formes existent  : le psoriasis en gouttes, qui apparaît le plus souvent dans l’enfance après un épisode infectieux, otite ou angine  ; le psoriasis pustuleux, caractérisé par la présence de minuscules pustules, souvent localisées sur les paumes des mains et les plantes des pieds  ; et, très rare, le psoriasis érythrodermique, une forme généralisée, particulièrement inflammatoire et grave, qui doit être traitée rapidement. Dans 30 % des cas, le psoriasis apparaît dans l’enfance ou l’adolescence, mais il peut survenir à tout âge. Il ne s’agit pas d’une simple maladie de peau comme l’acné par exemple ni d’une manifestation allergique, mais d’une maladie auto-immune. En clair, c’est un dysfonctionnement du système immunitaire qui engendre une croissance accélérée des cellules cutanées et une desquamation. La peau réagit comme si elle était agressée  : les cellules de l’épiderme, les kératinocytes, se renouvellent trop vite, en quelques jours au lieu d’un mois normalement, s’accumulent, provoquent une réaction inflammatoire et forment des lésions rouges et blanches qui démangent très souvent.

Terrain génétique et facteurs déclenchants

Le psoriasis se développe sur un terrain génétiquement prédisposé, mais différents facteurs environnementaux peuvent révéler ces prédispositions et déclencher une première poussée  : infection streptococcique (angine) ou autre (rhinopharyngite), mais aussi un traumatisme cutané, certains médicaments ou, très souvent, un stress important, maladie grave d’un proche, séparation, deuil, etc.

Lésions diverses

La maladie évolue en poussées, entrecoupées de rémissions souvent imprévisibles, qui peuvent durer plus ou moins longtemps, des dizaines d’années parfois.

• En plaques, en gouttes ou pustuleuses, les lésions cutanées sont disgracieuses et perturbent les relations professionnelles, sociales et intimes. Mais plus elles sont étendues, plus elles se voient, plus elles démangent et plus elles handicapent.

• Les pellicules blanches sur les vêtements, les croûtes aux coudes, les plaques rouges sur le corps et les mains sont des plus gênantes et sources de complexes.

Une vie perturbée

Les résultats d’une enquête internationale, réalisée en 2009 auprès de 11 000 patients atteints plus ou moins de psoriasis*, montrent bien les conséquences de la maladie sur leur vie quotidienne. 43 % d’entre eux soulignent son impact social, 28 % avouent avoir refusé de sortir ou de poursuivre une relation avec quelqu’un à cause de leur psoriasis, 25 % confient que la maladie rend difficile leur vie sexuelle, 37 % déclarent qu’elle influe sur leur comportement au travail et 14 % disent même avoir été victimes de discrimination sur leur lieu de travail… D’autres enquêtes mettent en exergue l’importance des répercussions psychologiques  : manque de confiance, honte, repli sur soi, dépression même.

Rhumatisme psoriasique

Dans 30 % des cas environ, le psoriasis se complique, d’emblée ou tardivement, d’une atteinte des articulations des membres, des doigts ou de la colonne vertébrale  : on parle alors de rhumatisme psoriasique. Certaines maladies du tube digestif comme la maladie de Crohn sont aussi plus fréquentes que dans la population générale. Explication  : elles partageraient le même terrain inflammatoire et peut-être une partie du terrain génétique. Le psoriasis unguéal (ongles piquetés comme des dés à coudre et épaissis) peut aussi être douloureux, en particulier l’hiver quand la peau des extrémités se fissure. Sinon, le psoriasis ne fait pas mal, mais il cause des désagréments pénibles au quotidien – sécheresse cutanée, tiraillements, démangeaisons et sensations de brûlure – qui, ajoutés à son aspect inesthétique, doivent dans tous les cas inciter à en parler à son pharmacien ou à son médecin. Mais de nombreux malades n’osent pas ou bien ont été découragés par un précédent traitement.

* Dont 1 665 Français, avec l’aide de l’APLCP.

Choisir un traitement adapté

Le psoriasis est une maladie chronique, mais il se soigne bien dans la majorité des cas, grâce aux traitements actuels, efficaces et adaptés aux différentes formes de psoriasis.

Traitements locaux

Dermocorticoïdes. Dérivés de la cortisone, en crèmes, pommades et lotions, ce sont les plus utilisés dans les formes limitées. En cures courtes, ils freinent
le renouvellement des cellules cutanées, diminuent le prurit et blanchissent les plaques. Les applications répétées sont fastidieuses, mais il est essentiel de respecter le rythme prescrit sous peine d’inefficacité ou d’effet rebond. Il existe aussi un patch transparent à découper à la taille voulue. Avantages  : il délivre le principe actif sur 24 heures, évite le grattage et masque la lésion. Mais il n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

• Dérivés de la vitamine D. Sous forme de pommade, ils sont prescrits en association ou seuls selon les cas.

• Produits émollients. Huiles, savons, crèmes, ils sont indispensables en adjuvants. Ils réhydratent la peau, restaurent une certaine souplesse cutanée et diminuent les démangeaisons.

Shampoings et lotions. À base d’acide salicylique ou de sulfate de zinc (psoriasis du cuir chevelu).

Cures spécialisées

• Séances de photothérapie

Les rayons ultraviolets en cabine chez un dermatologue donnent des bons résultats dans les formes peu sévères (UVB) et dans les formes plus étendues ou résistantes au traitement (UVA), mais on ne peut pas multiplier les séances à l’infini à cause du risque de mélanome.

• Cures thermales. Elles ont un intérêt à côté du traitement proprement dit. À cause de l’effet bénéfique des eaux, mais aussi parce que c’est l’occasion de rencontrer d’autres personnes atteintes et un moment privilégié pour apprendre comment gérer démangeaisons et sécheresse cutanée avec des produits de soin hydratants adaptés.

Traitements systémiques

Ces traitements, qui agissent sur l’ensemble de l’organisme, sont réservés aux formes plus sévères ou résistantes. En comprimés, gélules ou injections  : acitrétine, méthotrexate, ciclosporine. Mais ils ont des inconvénients et ne suffisent pas toujours.

Sophie Albanel

Ni tatouage ni piercing

Prévenez les jeunes qui souffrent de psoriasis  : tatouage et piercing peuvent l’aggraver. Le traumatisme subi par la peau entraîne souvent l’apparition de nouvelles lésions sur une zone de peau jusqu’alors saine, en général 10 à 15 jours plus tard.


 

Vrai ou faux

b Le psoriasis est une maladie de peau contagieuse. Faux. Contrairement à une idée reçue, elle ne se passe jamais d’une personne à une autre. On peut sans problème toucher ou embrasser quelqu’un qui en souffre. Pourtant, on demande encore souvent un certificat de non-contagiosité dans les piscines. Elle n’est pas non plus liée à une question d’hygiène.

b C’est une maladie à composante génétique. Vrai. Elle peut être transmise par hérédité sous la forme d’une prédisposition à développer la maladie, mais il n’y a pas de gène du psoriasis. 50 % des patients atteints de psoriasis ont des antécédents familiaux directs.

b C’est une maladie psychosomatique. Faux mais… Un stress (deuil, situation conflictuelle ou douloureuse, familiale, affective ou professionnelle) ne provoque pas la maladie, mais il joue un rôle déclenchant important chez les personnes ayant un terrain prédisposant.

b Le psoriasis ne se guérit pas. Vrai et faux. Le médecin ne peut pas promettre de guérison définitive, mais les traitements permettent de blanchir et de réduire les lésions inflammatoires. Même dans les formes graves, les traitements sont efficaces dans plus de 80 % des cas. La maladie peut aussi disparaître un beau jour pour revenir des années ou des dizaines d’années plus tard,
et parfois jamais.


 

Avoir les bons gestes

Mieux vivre avec son psoriasis passe par de bonnes habitudes à prendre.

b Hydratez chaque jour votre peau avec baume, crème ou lait, hiver comme été, pour prévenir l’apparition de plaques et diminuer les démangeaisons pendant les poussées.

b Évitez les produits de toilette irritants, notamment ceux qui contiennent de l’alcool.

b Ne vous grattez pas. Souvenez-vous que 5 minutes de grattage, c’est deux ou trois semaines de psoriasis supplémentaires. Pressez la zone qui vous démange, au besoin en la massant délicatement avec une crème hydratante. N’arrachez surtout pas les croûtes.

b Suivez scrupuleusement le traitement prescrit par votre médecin, sans supprimer applications ou prises de médicaments. Soyez patient(e), n’augmentez pas les doses ni
la fréquence du traitement.

b Appliquez un produit solaire d’indice de protection élevé une demi-heure avant de vous exposer. Le soleil peut améliorer les poussées, mais n’en abusez pas.


 

Aujourd’hui les biothérapies

Plus récentes, les biothérapies, qui ont déjà révolutionné le traitement de certaines affections chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde ont constitué un gros progrès pour les formes étendues et graves de psoriasis, après échec d’un autre traitement systémique ou en cas de contre-indications.

Les anti-TNF alpha produits par génie génétique sont administrés par injections sous-cutanées à domicile (adalimumab en seringue ou stylo prérempli) ou intraveineuses à l’hôpital. En modulant la réponse immunitaire de l’organisme, ils agissent sur l’inflammation cutanée mais aussi articulaire (rhumatisme psoriasique).

Des effets indésirables peuvent se produire, le patient traite doit donc être étroitement surveillé par son médecin.


 

Le magazine Bien-être & Santé est un mensuel gratuit offert à leurs clients par les pharmaciens abonnés uniquement. Pour savoir si votre pharmacie est partenaire, rendez-vous sur le site dédié.

 

http://www.bienetre-et-sante.fr/

Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Psoriasis
Commentaires
3 votes
par France (IP:xxx.xx8.208.41) le 20 août 2012 a 15H57
France (Visiteur)

Le docteur Seignalet a obtenu des guérisons du psoriasis sur des patients ayant suivi son régime "ancestral hypo-toxique" décrit dans son livre " l’ALIMENTATION OU LA TROISIEME MEDECINE" Ce régime exclu tout produit laitier et la plupart des céréales (blé, maïs, seigle etc...), mais autorise le riz. Il fait la part belle aux aliments crus, sans en exiger l’exclusivité.

J’ai une amie qui s’est guérie du psoriasis avec un régime très proche de celui de Seignalet : 100% cru, sans produits laitiers ni blé. Chez elle le psoriasis revient en force au moindre écart : aliment cuit ou morceau de fromage.

2 votes
par Dr Yen BUI (IP:xxx.xx0.69.35) le 23 août 2012 a 14H59
Dr Yen BUI (Visiteur)

C’est le thèse de Leaky gut syndrome, le syndrome des intestins poreux qui laissent passer tous les allergènes et toxines, traité par la micronutrition. Ce syndrôme semble à l’origine de plusieurs maladies d’allergie, et contribuer aux maladies autoimmunes. On constate par ailleurs un grand nombre d’intolérance au lactose de lait et d’intolérance partielle du gluten (dans blé, seigle..) qui aggravent ce syndrôme. L’amélioration s’observe à l’éviction de ces produits.

Actuellement le laser peut améliorer des formes graves de psoriasis mais il n’est pas remboursé par la Sécurité sociale.

5 votes
par Docteur Paul Touron (IP:xxx.xx2.1.209) le 21 août 2012 a 18H03
Docteur Paul Touron, 3 articles (Dermatologue)

Le dernier congrès mondial sur le psoriasis confirme l’importance de l’alimentation.