Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Produits chimiques : une facture salée pour la santé
Produits chimiques : une facture salée pour la santé
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
6 septembre 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Produits chimiques : une facture salée pour la santé

Produits chimiques : une facture salée pour la santé

Un rapport du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE), publié le 5 septembre dernier, pointe les coûts de plus en plus élevés engendrés par l’utilisation croissante des produits chimiques. Le bilan serait lourd en matière de santé et de pollution, et se traduirait notamment par la mort de 4,9 millions de personnes chaque année, soit 8,3% du total des décès dans le monde.

Les conclusions du dernier rapport du PNUE, rendues publiques le 5 septembre dernier, dénoncent une nouvelle fois les risques liés à l’utilisation massive de produits chimiques, et notamment de pesticides. Pour témoigner de la gravité de la situation, Sylvie Lemmet, directrice de la division technologie, industrie et économie au PNUE, a accueilli les journalistes à Genève pour leur indiquer que « les produits chimiques s’immiscent chaque jour davantage dans notre vie quotidienne, et représentent de ce fait un coût élevé pour la santé et l’environnement ». Maria Neira, directrice du département santé publique et environnement de l’OMS a ensuite pris le relais aux micros pour, cette fois, apporter des chiffres et alerter sur le nombre de décès provoqués : « Le Programme des Nations-Unies pour l’Environnement a recensé pas moins de 143 000 produits chimiques, qui auraient été à l’origine de 4,9 millions de décès établis l’an passé ».
 
Et voilà de quoi faire réfléchir les éditoriaux économiques : La mauvaise gestion de ces produits, de leur production au traitement des déchets, se traduirait par une perte de 236 milliards de dollars à l’échelle de la planète. L’occasion pour Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE, de monter à la tribune aux côtés de Sylvie Lemmet et de Maria Neira pour souligner, cette fois, une situation particulièrement tendue en certains endroits du monde en faisant tourner le globe : « Je peux vous dire qu'en Afrique sub-saharienne, le coût des intoxications provoquées par les pesticides serait supérieur à la somme totale annuelle de l’aide publique au développement accordée à la région dans le cadre des soins de santé, hors sida. En Chine, les dommages sur le secteur de la pêche commerciale engendrée par la pollution importante de l’eau se sont chiffrés à une perte annuelle de 634 milliards de dollars. Et aux Etats-Unis, la mauvaise utilisation des pesticides a conduit à des pertes de récoltes qui s’établiraient à 1,4 milliards de dollars ».
 
Les pays émergents et en voie de développement, en particulier, verraient leurs ressources en eau, leur sécurité alimentaire et le bien-être de leur population entachés par la pollution et les maladies liées à la production, l’utilisation et l’élimination des produits chimiques. Sylvie Lemmet, Maria Neira et Achim Steiner s’accordent sur l’urgence de la situation : « La question des produits chimiques est devenue aussi importante que les thématiques liées plus spécifiquement à l’éducation, aux transports, aux infrastructures ou à la santé, car la plupart des coûts ne sont pas à charge des industriels mais bel et bien à celle des systèmes de santé et des particuliers ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
(IP:xxx.xx7.209.120) le 7 septembre 2012 a 21H07
 (Visiteur)

Mais nan !! c’est faux !! au fond, les pesticides, c’est bon pour la santé, on les aime bien les pesticides, ça fait pousser des fruits et légumes à des prix ras-les-pâquerettes (mais qu’on trouve encore trop cher). Une étude financée par le lobby chimique vient de faire parler des docteurs corrompus arguant que le bio c’est pas mieux que le chimique. Mais c’est bien-sûr, c’est évident !!!

0 vote
(IP:xxx.xx1.170.140) le 13 septembre 2012 a 09H37
 (Visiteur)

IP:xxx.xx7.209.120 Bon commentaire.Du point de vue des pesticides le bio est meilleur que le non bio= il y en a moins ou pas du tout.

0 vote
par bibi32 (IP:xxx.xx5.143.210) le 8 septembre 2012 a 09H01
bibi32 (Visiteur)

Et que penser de toutes les substances nocives qu’absorbent volontairement beaucoup d’entre nous (certaines sous ordonnance)... de leurs effets à long terme... Mais bien sûr, ce sont les mêmes fournisseurs, l’industrie chimique. Manger "bio", c’est pas mal, mais vivre "bio", c’est encore mieux ! Ceci dit de plus en plus de pesticides sont interdits en agriculture conventionnelle, et le grenelle de l’environnement prévoit de diviser par 2 les quantités utilisées. Au prix des traitements, certains agriculteurs le font déjà, et çà fonctionne. La situation est beaucoup plus préoccupante dans les pays moins "regardants", avec des normes et des contrôles inexistants, comme le souligne l’article.