Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Pourquoi les Femmes ont-elles besoin d’un (vrai) laboratoire d’analyses médicales près de chez elles ?
Pourquoi les Femmes ont-elles besoin d'un (vrai) laboratoire d'analyses médicales près de chez elles ?
note des lecteurs
date et réactions
23 mars 2010 | 3 commentaires
Auteur de l'article
GdM, 5 articles (Consultant-Associé)

GdM

Consultant-Associé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
5
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Pourquoi les Femmes ont-elles besoin d’un (vrai) laboratoire d’analyses médicales près de chez elles ?

Pourquoi les Femmes ont-elles besoin d'un (vrai) laboratoire d'analyses médicales près de chez elles ?

Toutes les Femmes ont besoin d’un laboratoire d’analyses médicales à proximité de leur domicile ou de leur lieu de travail. Pourquoi ? Parce que la Sécurité Sociale est formelle, ce sont les premières consommatrices d’analyses. Pas par plaisir mais par obligation.

Vous êtes sceptique et vous voulez des exemples, soit. Qui a souvent besoin d'une analyse d'urines ou d'un test de grossesse ? Les femmes. Où vont-elles les faire ? Dans le laboratoire du coin. Je ne vous parle pas des diverses explorations hormonales qu'elles doivent parfois réaliser et plus tard des analyses dont à un moment ou un autre ont besoin leurs enfants. J'oublie de citer les bilans obligatoires de la grossesse et ceux que prescrivent les gynécologues lors de la ménopause. Je fais aussi l'impasse sur certaines affections longue durée de type auto-immun qui touchent souvent les femmes et qui nécessitent un bilan régulier.
 
Certes, me direz-vous, mais un bon centre de prélèvement ne ferait-il pas l'affaire ? Non, mille fois non car l'expérience montrent que souvent le Biologiste et le Médecin coopèrent et discutent des résultats d'analyses de leurs patientes ce qui ne serait techniquement pas possible si elles ont affaire à un centre de prélèvement anonyme qui envoie les analyses à un gros plateau technique. Pour parler le jargon biologique, la phase post-analytique ne serait pas optimale.
 
Mesdames, Mesdemoiselles, poussez la porte de votre laboratoire de quartier et demandez à parler aux Biologistes. Ils vous accueilleront avec plaisir et vous expliqueront pourquoi la profession (et donc votre accès aux soins) est menacée.
 
GdM
GdM
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Lisa Sion (IP:xxx.xx8.133.120) le 24 mars 2010 a 23H50
Lisa Sion (Visiteur)

Certes, me direz-vous, mais un bon centre de prélèvement ne ferait-il pas l’affaire ? Non, mille fois non... ...car le médecin ne peut se passer de tripoter les mamelles de ces dames afin de rechercher l’éventuelle tumeur dont on sait qu’elle est microscopique, mais ces dames apprécient, les émoustillant, les titillant au passage... . Mille fois non... ... parce qu’il faut absolument que ce docteur écarte bien les jambes de sa patiente afin de bien vérifier avec ses doigts que le col de l’utérus n’est pas détendu mais bien serré, et il prend tant de plaisir partagé à enfoncer lui même sa petite palette pur aller chercher lui même ce petit prélèvrement à analiser... . Non, mille fois non, c’est un rapport bien plus humain qui s’établit...

1 vote
par GdM (IP:xxx.xx6.177.195) le 25 mars 2010 a 22H29
GdM, 5 articles (Consultant-Associé)

Très étrange commentaire Lisa. Limite inquiétant. Les biologistes ne réalisent pas d’examen des seins. Ils/elles peuvent pratiquer sur prescription des prélèvement vaginaux et du col de l’utérus à l’aide d’écouvillons mais absolument pas avec leurs doigts. Cet examen relève de la gynécologie. La très grande majorité des analyses se fait sur un prélèvement sanguin.

0 vote
par Didier (IP:xxx.xx3.158.86) le 2 avril 2010 a 11H17
Didier (Visiteur)

Cette pauvre lisa a semble-t-il de sérieux problèmes très bas situés...