Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Pour maigrir il faut dormir
Pour maigrir il faut dormir
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
17 septembre 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Pour maigrir il faut dormir

Pour maigrir il faut dormir

Voilà qui va encourager les gros dormeurs à rester sous la couette et les autres à renouer avec leur matelas. Une étude canadienne relayée le 17 septembre par Le Figaro affirme qu’une personne en surpoids a plus de chance de maigrir si elle s’adonne à de longues nuits de sommeil. L’enquête, révélée dans le Canadian Medical Association Journal, indique par ailleurs que des nuits de moins de six heures de sommeil ont un effet contraire, en faisant prendre du poids.

Le moins qu’on puisse dire est que la conclusion apportée par les chercheurs canadiens n’a rien de bouleversante. Des études menées en 2005 aux Etats-Unis avaient déjà mis en lumière que les américains dorment 30% de moins qu’en 1960 : Dans le même temps, comme chacun le sait, l’obésité a explosé. En avril dernier le Docteur Kristen Knutsen, de l’Université de Chicago, a apporté une explication dans les colonnes de Science Daily : « L’obésité se développe lorsque l’apport énergétique est supérieur à la dépense. Certes, l’alimentation et l’activité physique jouent un rôle, mais le manque de sommeil est tout aussi déterminant. Un sommeil de courte durée accroît le risque d’obésité en raison d’une dérégulation de l’horloge biologique et de l’appétit. S’ensuivent des risques accrus de diabète ou de maladies cardiovasculaires ».

Un facteur non négligeable est la baisse en niveau de mélatonine, qui joue un rôle prépondérant dans le relais des informations du rythme circadien aux différents organes du corps. Aujourd’hui les scientifiques canadiens font peu ou prou le même constat : « Le cerveau a tendance à générer une sensation d’appétit, en agissant sur la production de leptine, de ghréline et de cortisol, qui sont des hormones impliquées dans la régulation de la faim ». Et ces mêmes chercheurs proposent que le sommeil soit désormais clairement préconisé aux patients obèses au même rang que le régime et l’activité physique.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Obésité Sommeil
Commentaires
1 vote
par Thierry (IP:xxx.xx7.242.22) le 18 septembre 2012 a 13H03
Thierry (Visiteur)

Je confirme, quand je travaille en horaires décalés (postes 12 heures /12heures) ou subit un décalage horaire avec les insomnie afférentes je mange beaucoup plus (environ 2 à 3 fois) plus que d’habitude. Le pire étant au petit déjeuné ou je peux avaler un english breakfeast (oeufs, haricots tomates, saucisses, filet de haddock) qui me ferait vomir normalement.