Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Première : La justice reconnaît le tabagisme passif
Première : La justice reconnaît le tabagisme passif
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
31 mars 2011
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 599 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
599
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Première : La justice reconnaît le tabagisme passif

Première : La justice reconnaît le tabagisme passif

Il s’agit d’une première en France. La justice a reconnu le lien de causalité entre l’inhalation de fumée de cigarette et le cancer développé par une personne n’ayant jamais fumé. Le tribunal correctionnel de Toulouse a en effet condamné, le 17 mars dernier, l’Ecole nationale d’architecture de Toulouse (ENSA) à verser 4000 euros à une enseignante qui a du subir une ablation du poumon. Elle n’avait jamais fumé.

L’enseignante en sociologie à la retraite avait porté plainte en 2004. La victoire est toute récente, mais aussi et avant tout symbolique, tant la victime juge « dérisoire » le montant du dédommagement qui lui sera versé. Soulagée, c’est en effet avec une amertume à peine voilé qu’elle a répondu aux journalistes : « J’étais là-bas pour enseigner, pas pour tomber malade. Je ne décolère pas, je suis scandalisée. Il faut croire qu’aujourd’hui un poumon ne coûte vraiment pas cher ». Aux dires de l’intéressée, la fumée de cigarette était tellement dense dans les locaux de l’établissement qu’elle allait jusqu’à déclencher les alarmes anti-incendie.

L’association Droit des non-fumeurs, représentée par son président Gérard Audureau, s’est portée partie-civile dans le procès. Elle a elle-même pu constater que « là-bas on fumait absolument partout, même dans les salles de cours. Les lettres de protestation envoyées au directeur de l’école, au préfet et même au procureur de la République n’ont servi à rien. Personne n’a voulu mettre fin à cette folie ». Le tribunal, laissant entendre que l’école a commis une faute en négligeant la réglementation antitabagique introduite par la loi Evin en 1991, a rendu un jugement sans ambages : « Il existe un lien certain entre l’exposition passive à la fumée de tabac en milieu professionnel et le risque de développer un cancer bronchique primitif. Et celui-ci est d’autant plus prononcé que l’exposition est prolongée ».

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté