Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Pollution de l’air intérieur et troubles de la santé
Pollution de l'air intérieur et troubles de la santé
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
26 février 2010 | 1 commentaires
Auteur de l'article
LC, 33 articles (Equipe de Rédaction)

LC

Equipe de Rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Pollution de l’air intérieur et troubles de la santé

Pollution de l'air intérieur et troubles de la santé

Les ennemis invisibles de la qualité de l’air intérieur. Aérez, ouvrez portes et fenêtres si vous voulez respirer sainement ! La pollution n’est pas qu’à l’extérieur, il y a des polluants chimiques ou biologiques à l’intérieur des bâtiments.

Bien que très peu connue encore, la pollution intérieure existe. Et de la maison au travail, en passant par les transports, la crèche, l'école, les magasins... tous ces lieux qui ponctuent notre quotidien, nous passons plus de temps en espace clos ou semi-clos que dehors, à l'air libre. Des travaux  montrent le lien entre l'exposition aux polluants chimiques et biologiques et les troubles respiratoires, les allergies, l'asthme et des réactions immunologiques.

Les origines de la pollution intérieure

La pollution intérieure a plusieurs origines. Elle peut venir de l'extérieur du bâtiment, à travers le sol, comme c'est le cas avec le radon, ou de l'air extérieur avec le monxyde de carbone, les oxydes d'azote, et les particules de certains composés organiques volatils provenant du raffinage, des évaporations de solvants organiques, ou des émissions par les plantes. L'air intérieur peut aussi être pollué par les produits de construction, d'ameublement, de décoration, d'entretien et de bricolage, les appareils à combustion (chauffage, production d'eau chaude), l'humidité, les plantes et les animaux (pollens, allergènes de chat, de chien et d'acariens) et l'activité humaine (tabagisme, cuisine, ménage, bureautique, …). Ces polluants peuvent interagir et créer d'autres polluants.

  • Le radon

Le radon est un gaz rare, radioactif, d'origine naturelle, inodore et incolore. Son effet cancérigène pulmonaire pour l'homme a été reconnu en 1987 par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), à partir d'études épidémiologiques chez les mineurs d'uranium. Le radon pollue l'air intérieur par des émanations du sol sur lequel est construit le bâtiment. Les sous-sols et les rez-de-chaussée sont les plus affectés. Le centre de la France, la Bretagne, les Vosges, les Alpes et la Corse sont les régions de France les plus concernées par le risque lié au radon

  • Des substances chimiques

En 2002 et 2003 l'enquête europénne « Dépoussiérons l'industrie chimique ! » a mesuré la présence de 29 substances chimiques dans les poussières de l'habitat. Même si les analyses doivent être approfondies et les données interprétées avec prudence, il ressort de cette étude que les phtalates et les paraffines chlorées, cancérogènes possibles chez l'homme, ont été retrouvés dans les poussières domestiques en France. Les phtalates sont utilisés comme plastifiants dans les produits en PVC flexibles, comme les revêtements de sol, les tapisseries, les meubles, les vêtements, les jouets, les ingrédients de cosmétiques et de parfums, tandis que les paraffines chlorées sont employées dans certains plastiques, peintures, mastics et caoutchouc.

  • Humidité et moisissure

L'humidité souvent en rapport avec une ventilation inadéquate est liée soit à la prolifération de moisissures qui produisent des spores se répandant dans l'air ambiant, soit à une altération chimique ou biologique des matériaux donnant lieu également à des moisissures.
Et la moisissure est à l’origine de nombreux problèmes de santé. L’inhalation ou le contact avec de la moisissure peut provoquer des réactions allergiques, comme la congestion nasale, l'irritation des yeux avec démangeaison, rougeurs larmoiement, des problèmes respiratoires une respiration sifflante, la toux, une irritation de la gorge, des maux de tête, une irritation de la peau voire chez les personnes plus sensibles des crises d’asthme. Il est également possible d’attraper des infections fongiques. Les affections peuvent être encore plus graves puisque certaines personnes peuvent contracter une pneumopathie d'hypersensibilité.


Où se cachent les moisissures ?
Les moisissures se retrouvent aussi bien sur du bois, du papier, des tapis, des plantes que des aliments. Leurs terrains de prédilection sont les endroits chauds et humides.
L'humidité est donc à surveiller lors d'inondation, de fuites du toit, de fuites de plomberie, dans le cas de sous-sols humides, de vapeurs présentes dans la salle de bain et la cuisine, lors de la présence d'humidificateur, de vêtements mouillés mis à sécher à l'intérieur du domicile, ou de sèche-linge avec une évacuation à l'intérieur. Dans les habitations, les pièces à surveiller en priorité sont la salle de bain, et notamment les rideaux, les tapis, la cabine de douche et les carreaux, et la cuisine où les carreaux et les moulures de fenêtres doivent être régulièrement inspectés. Les surfaces autour et dessus les climatiseurs doivent également être très souvent nettoyées. Les maisons de campagne sont également propices au développement des moisissures. Les lieux professionnels favorisant le développement des moisissures sont les serres, les magasins de fleurs, d'antiquaires, les saunas, les granges des fermes enfermant du vieux foin.


Comment s'en débarrasser ?
Dans la plupart des cas, un nettoyage en profondeur avec du savon et de l'eau permettra d'enlever les moisissures. Le port de gants poreux et de lunettes de protection est obligatoire.
Un contrôle régulier des températures et de la ventilation évite un excès d'humidité, entraînant condensation en surface et moisissure de matériaux. Par ailleurs veillez à enlever les tâches dès qu'elles apparaissent et à laver très souvent les tapis.

Quelques conseils pour avoir une bonne qualité de l'air

- L'évacuation des fumées doit s'effectuer en dehors de l'habitation.
- La VMC est à vérifier tous les 3 ans.
- Le logement doit être aéré régulièrement, notamment pendant les activités de cuisine, de bricolage et de nettoyage.

- Les ouvertures d'aération ne doivent pas être bouchées.
- Un espace de 2 cm pour permettre à l'air de passer doit figurer sous les portes.
- La porte de communication entre le garage, la cave et le logement doit être fermée.
- La literie doit être régulièrement aérée et nettoyée.

L.C Journaliste pour CareVox

SOURCES

  • http://www.cdc.gov/MOLD/stachy.htm
    http://www.health.state.ny.us/environmental/indoors/air/mold.htm
    http://www.epa.gov/mold/moldresources.html
    http://www.air-interieur.org/oqai.aspx?idarchitecture=1&Country=
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Estelle Vereeck (IP:xxx.xx8.26.71) le 22 mars 2010 a 09H40
Estelle Vereeck, 26 articles (Dentiste)

Il faut être très vigilant par rapport aux enfants chez qui la pollution domestique de l’air entraîne une respiration anormale par la bouche. La respiration par la bouche est la cause première des problèmes d’orthodontie et de nombreux autres problèmes de santé : http://www.editionsluigicastelli.co...