Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Piste dans la compréhension des mouvements involontaires
Piste dans la compréhension des mouvements involontaires
note des lecteurs
date et réactions
28 mai 2010
Auteur de l'article
Loreline Robbe, 61 articles (Rédacteur)

Loreline Robbe

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
61
nombre de commentaires
0
nombre de votes
40

Piste dans la compréhension des mouvements involontaires

Piste dans la compréhension des mouvements involontaires

La syncinésie est la contraction involontaire d’un muscle ou d’un groupe de muscles à la suite du mouvement d’un autre membre cette fois-ci voulu ou reflexe. Les syncinésies constituent un des signes cliniques du Syndrome Pyramidal, constaté chez les personnes hémiplégiques. Elles constituent également un des signes neurologiques discrets faisant partie des caractéristiques cliniques de l'enfant dyspraxique.

 

Le mois dernier, en comparant les gènes d'une population souffrant de mouvements involontaires avec ceux de 538 volontaires non touchés, une équipe de chercheurs canadiens a constaté que les personnes atteintes de syncinésies d'imitation étaient toutes porteuses de la même mutation DCC (Deleted in Colorectal Carcinoma). Une mutation qui contribuerait à une insuffisance du produit du gène DCC, qui a un rôle clé dans la mise en place des connections cérébrales chez l’humain. « Nous avons découvert que tous les membres d'une même grande famille présentant des mouvements en miroir étaient porteurs de la même mutation DCC, souligne Guy Rouleau, auteur principal, professeur à l'Université de Montréal, directeur du Centre de recherche du CHU-Sainte-Justine et scientifique au Centre de recherche du CHUM. Notre étude donne à penser qu'il existe chez ces personnes une insuffisance du produit du gène DCC qui, en temps normal, signale aux cellules cérébrales de commander le croisement des processus moteurs d'un côté du cerveau à l'autre. Autrement dit, les mutations DCC ont un impact sur la manière dont le cerveau communique avec les membres. »

 

Cette découverte de la mutation DCC au sein de familles syncinésiques, publiée dans la revue Science, est importante indique le Dr Rouleau  : « Notre étude fournit des indices importants sur la constitution du cerveau humain. Un des mystères de la neurologie est de savoir comment et pourquoi il y existe un croisement des voies neurologiques. Aujourd'hui, nous avons contribué à lever le voile sur le “comment” ». Elle ouvre donc la voie à d’autres études qui permettront d’affiner la compréhension du cerveau humain et des mouvements involontaires et qui sait un jour peut-être celle de la dyspraxie et de l’hémiplégie.

Loreline Robbe Sciences et ...

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté