Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Perdre du poids pour ménager son cœur
Perdre du poids pour ménager son cœur
note des lecteurs
date et réactions
18 juin 2014
Auteur de l'article
Véronique Guillermet, 12 articles (Diététicienne-Nutritionniste)

Véronique Guillermet

Diététicienne-Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
12
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Perdre du poids pour ménager son cœur

Perdre du poids pour ménager son cœur

Une étude épidémiologique parue dans la revue « The Lancet Diabetes & Endocrinology » et dirigée par le Pr John Deanfield de l’University College de Londres, montre que toute réduction de la surcharge pondérale à l'âge adulte réduit les facteurs de risques cardiovasculaires à long terme, même si la perte de poids a été modeste ou temporaire.

Environ 1300 hommes et femmes ont été suivis depuis leur naissance jusqu’à la soixantaine avec comme objectif d'analyser la corrélation entre l'évolution de la courbe de poids dans le temps et les facteurs de risques cardiovasculaires après l’âge de 60 ans. La taille et le poids de chaque patient ont ainsi été mesurés durant l'enfance, à 5 reprises, puis entre 36 et 64 ans, à 4 reprises, ce qui a permis de les classer en trois catégories : les patients de poids normal, en surpoids et obèses. Puis, entre 60 et 64 ans des mesures de la tension artérielle, de l'épaisseur de la paroi des artères et du diabète ont été effectuées.

Il ressort de cette analyse, que plus l'exposition à un poids excessif à l'âge adulte est prolongée, plus les facteurs de risques cardiovasculaires sont présents par la suite, entraînant un épaississement artériel.

Cependant, tout changement d’IMC (Indice de Masse Corporelle), de l'obésité au surpoids ou du surpoids au poids normal, entraîne une amélioration des indicateurs même si la personne a finalement retrouvé son IMC de départ.

Mais il faut noter que l’étude présente des limites, les facteurs mesurés n’étant pas les événements cardio-vasculaires eux-mêmes (AVC, Infarctus, etc.) mais des facteurs de risque qui renseignent de manière indirecte sur la santé cardiovasculaire. Par ailleurs, les facteurs liés au mode de vie des patients de l’étude n’ont pas été pris en compte. Un encouragement quand même à perdre du poids, ne serait-ce que quelques kilos, pour ménager son cœur et ses artères !

Véronique Guillermet
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté