Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Pablo Neruda : une piqûre mystérieuse dans sa chambre d’hôpital
Pablo Neruda : une piqûre mystérieuse dans sa chambre d'hôpital
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
8 avril 2013
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Pablo Neruda : une piqûre mystérieuse dans sa chambre d’hôpital

Pablo Neruda : une piqûre mystérieuse dans sa chambre d'hôpital

Une opération d’exhumation de la dépouille du poète chilien Pablo Neruda a débuté le 7 avril dernier à Isla Negra, sur la côte centrale du Chili. Est-il mort du cancer comme le dit la version officielle, ou a-t-il été empoisonné par le dictateur Augusto Pinochet ? Les médecins légistes vont essayer de résoudre cette énigme, près de 40 ans après sa mort.

Décédé en septembre 1973, quelques jours après le coup d’Etat d’Augusto Pinochet, Pablo Neruda voit son repos éternel quelque peu agité. Une opération d’exhumation de sa dépouille a en effet débuté le 7 avril dernier à Isla Negra. Le but ? Déterminer les causes de son décès, qui font place à de terribles doutes. Les experts du service médico-légal, assistés par des policiers, se sont ainsi rendus sur place, autour de la crypte où a été enterré le poète, aux côtés de son épouse. Le lendemain, une équipe de médecins légistes, dont les membres sont chiliens ou internationaux, ont commencé à procédé aux prélèvements des restes du poète. Les experts s’emploient ainsi à chercher des substances nocives, des traces de toxine ou de bactéries, qui pourraient avoir expliqué la mort.
 
Malgré le temps passé, ces spécialistes misent beaucoup sur les nouvelles technologies. Tout ceci sous la responsabilité de Patricio Bustos, responsable du service médico-légual, et du juge Mario Carroza, qui instruit l’affaire. Proche du président Salvador Allende, renversé par le coup d’Etat, Pablo Neruda est officiellement décédé d’une aggravation d’un cancer de la prostate à l’âge de 69 ans. Le chauffeur du poète, Manuel Araya, n’a cependant eu de cesse, dès la disparition de Neruda, de soutenir la thèse de l’assassinat. Selon lui, « des hommes de la junte ont profité de sa maladie pour injecter du poison dans son estomac alors qu’il était hospitalisé à la clinique Santa Maria de Santiago ». Ce jour fatal, le 23 septembre, Pablo Neruda passe effectivement un coup de fil à son épouse pour lui dire qu’« un médecin était entré dans sa chambre, pendant qu’il somnolait, pour lui faire une piqûre ».
 
Accompagnée du chauffeur, la femme se rend immédiatement à la clinique où le poète est devenu « fiévreux, rouge et gonflé ». Lorsque Manuel Araya est envoyé par des médecins pour chercher un médicament, il est roué de coup par les militaires. D’après le certificat de décès de l’époque, le Lauréat du Nobel de littérature a succombé suite à une cachexie cancéreuse, un état de malnutrition extrême et de grande faiblesse. Constat troublant, puisque selon les personnes ayant vu Pablo Neruda les jours précédant sa mort, il ne semblait nullement en danger. Et selon les proches de Néruda, « dans le but de le protéger, dans la clinique, le Parti Communiste chilien a même fait croire qu’il était plus mal en point qu’il ne l’était en réalité ».

 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
People Mort Chili