Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Ostéoporose : comprendre la réelle signification du score T
Ostéoporose : comprendre la réelle signification du score T
note des lecteurs
date et réactions
6 décembre 2012
Auteur de l'article
Jean-Yves Dionne, 44 articles (Expert-conseil)

Jean-Yves Dionne

Expert-conseil
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
44
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Ostéoporose : comprendre la réelle signification du score T

Ostéoporose : comprendre la réelle signification du score T

Lorsqu’une personne reçoit un diagnostic d’ostéoporose ou d’ostéopénie, ce diagnostic est souvent transmis en termes flous et émotionnels comme : « Vous avez les os d’une personne de 70 ans » ou encore « Vous êtes à risque élevé de fracture, il faut vous médicamenter ! »

Ce diagnostic n’est presque jamais posé sur la base d’une mesure précise de la densité. Les professionnels de la santé appuient généralement leur diagnostic sur une probabilité nommée « score T ». À l’occasion, on entend parler du « score Z », mais pas de la densité comme telle. Pourquoi utilise-t-on ces terminologies nébuleuses ?

Pourquoi utiliser un score plutôt que la mesure de densité ?

Contrairement au diagnostic d’hypertension qui se fonde sur la mesure de la pression sanguine et où les balises sont précises et font l’objet d’un consensus (normale +/- 120 mmHg / 80 mmHg – haute ³ 140 mmHg / 90 mmHg), le diagnostic d’ostéoporose repose sur un test qui n’est pas précis. Les différents appareils de mesure n’ont pas de standard commun. Ainsi, la mesure effectuée par un appareil peut ne pas correspondre à celle de l’appareil d’un différent manufacturier.

La mesure de la densité ou densitométrie osseuse, aussi appelée absorptiométrie biphotonique ou DEXA (Dual Energy X-Ray Absorptiometry), se fait à l’aide de 2 émetteurs de rayons X à faible intensité. Ce test ne donne qu’une mesure de la densité de surface de l’os (g/cm2), pas de la densité en profondeur (qui serait beaucoup plus utile pour déterminer la solidité des os). De plus, comme les tests ne sont pas tous égaux et comparables, (1) les autorités de l’OMS ont défini l’ostéoporose et l’ostéopénie en fonction de la variation de la densité chez un individu par rapport à la norme dans la population.(2) C’est ici qu’apparaissent les scores T et Z.

Comprendre les scores T et Z

Pour bien comprendre les scores T et Z, il faut faire un peu de probabilités et de statistiques. Sur un graphique, si on représente la densité osseuse en fonction du nombre de personnes, on constate que la majorité des personnes a une densité près de la moyenne. Plus on s’écarte de la moyenne, moins il y a de gens. La répartition se fait selon une courbe normale telle que représentée ci-dessous.(3-5)

Image 1- Courbe normale avec les écarts types (1)

Pour des fins d’analyse et de compréhension, cette courbe est divisée en écarts types. Environ les 2 tiers (68%) de la population a une densité près de la moyenne, soit à l’intérieur d’un écart type (-1 à +1 dans l’image ci-dessus). 94% de la population se retrouve à l’intérieur de 2 écarts types (-2 à +2).

Les scores T et Z font référence à ces écarts types dans la population. Ainsi, l’ostéoporose et l’ostéopénie se définissent par leur distance, leur variation en écart type par rapport à la normale (voir image 2).

Normal : score T > -1
Ostéopénie : -1 ≥ score T > – 2,5
Ostéoporose : score T ≤ -2,5

Cette définition de l’ostéoporose en fonction de la population a été établie par l’OMS en 1994.(2,6)

Image 2- Répartition de la population en fonction de la densité osseuse.(1)

Variation selon l’âge

Maintenant que nous connaissons les bases de ces scores et des écarts types, voyons la distinction entre le score T et le score Z.

En règle générale, la densité osseuse diminue avec l’âge (voir image 3). Pour déterminer votre score T, on compare votre densité osseuse à celle d’un individu en santé de 25-30 ans. Pour le score Z, on la compare à celle des gens de votre âge. Ainsi, plus on vieillit, plus on risque d’avoir un score T bas, et ce même si notre score Z demeure normal.

Image 3- Changement de la densité en fonction de l'âge.(1)

Un facteur de risque parmi tant d’autres

Je n’ai jamais bien compris pourquoi le score T est le plus utilisé. C’est peut-être simplement parce qu’il est plus épeurant… De toute façon, le score T et le score Z ne donnent qu’un ordre de grandeur. Ils décrivent un facteur de risque parmi tant d’autres, sans plus. L’ostéoporose n’est ni le seul, ni même le principal facteur de risque de fracture. Le fait d’avoir une densité osseuse plus basse que la normale ne signifie donc pas absolument que la fracture est imminente. De même, un score T très bas n’entraîne pas l’obligation de médicamenter.

D’ailleurs, selon les données du National Osteoporosis Risk Assessment (NORA) qui suit 149 524 femmes caucasiennes ménopausées âgées de 50 à 104 ans (âge moyen 64,5), 82% des fractures rapportées sont apparues chez des femmes ayant un score T > -2,5 (elles ne faisaient donc pas d’ostéoporose). (7)

Un diagnostic d’ostéoporose ou d’ostéopénie n’est donc qu’une sonnette d’alarme pour vous motiver à faire quelque chose, mais ce quelque chose n’est pas la prise d’un médicament (avec ses inévitables effets secondaires). Comme la densité osseuse n’est qu’un des multiples facteurs de risque de la fracture, il faut d’abord et avant tout vous intéresser à tous les facteurs qui vont non seulement améliorer votre densité osseuse, mais aussi, et surtout, votre santé, votre force musculaire, votre équilibre, votre acuité visuelle, votre coordination, etc. Tous ces facteurs sont aussi sinon plus importants que la densité osseuse lorsqu’il est question de risque de fracture. Pensez-y : si votre équilibre, vos yeux et votre coordination sont optimaux, vous réduisez de beaucoup vos chances de tomber. Et, si vous ne tombez pas, même avec une densité osseuse très faible, vous ne vous fracturerez pas les os.

Bref, l’ostéopénie et l’ostéoporose sont des avertissements qui devraient vous stimuler à prendre votre santé (toute votre santé) en main, pas à en remettre la responsabilité à quelqu’un d’autre qui n’a, finalement, que des outils plutôt limités comparés aux vôtres.

Jean-Yves Dionne, Pharmacien, expert conseil en produits de santé naturels www.jydionne.com Franchement Santé
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Ostéoporose