Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Odeur de renfermé et champignons dans les poumons
Odeur de renfermé et champignons dans les poumons
note des lecteurs
date et réactions
30 mars 2010
Auteur de l'article
Docteur David Vincent, 74 articles (Médecin généraliste)

Docteur David Vincent

Médecin généraliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
74
nombre de commentaires
29
nombre de votes
25

Odeur de renfermé et champignons dans les poumons

Odeur de renfermé et champignons dans les poumons

Depuis dix ans je m’occupe d’une grand-mère à domicile, ou plutôt de ses petit-enfants car elle-même n’a besoin de rien. A chaque fois que je rentre dans sa maison je suis surprise pas l’odeur de renfermé alors que la maison semble propre au premier coup d’oeil.

Il y a deux mois j'ai été appelé pour elle-même car elle avait du mal à respirer. Et je dois dire que moi aussi : j'avais beau retenir ma respiration il fallait reprendre mon souffle, et ce fut parfois presque un supplice ( je n'exagère pas).
Cette charmante grand-mère a été hospitalisée et le diagnostic est tombé : candidas albicans, c'est à dire champignons ayant envahi tous les poumons avec en prime une fibrose pulmonaire.
Alors j'ai convoqué ses enfants et leur ai annoncé " votre maman a des champignons dans les poumons. Maintenant on peut améliorer la situation. Depuis longtemps je trouve que votre maison sent le renfermé mais je me disais que ce n'était pas mes oignons. Je vous propose de mettre une VMC car, regardez ( je montre le sol) : tout est humide ! "
Ils n'ont pas pipé mot, (j'ai juste remarqué qu'ils venaient de retirer la moquette) et j'espère qu'ils ne vont pas être fâchés de ma franchise qui pourra sûrement prolonger la durée de vie de leur maman s'ils suivent mes recommandations.

En réanimation, des prélèvements positifs à Candida sont fréquents en dehors de toute immunodépression. La physiopathologie de ces « infections respiratoires basses à Candida » implique probablement une dissémination bronchique de haut en bas à partir d’une colonisation trachéobronchique chez des patients intubés, éventuellement alcooliques ou diabétiques. Cette colonisation bronchique à Candida est aussi favorisée par une antibiothérapie antibactérienne. Les séries anatomopathologiques convergent toutes vers la distinction de deux entités anatomocliniques distinctes : la vraie pneumonie à Candida survient volontiers chez un patient immunodéprimé, souvent porteur d’un cathéter, dans un contexte de septicémie à Candida ; l’atteinte pulmonaire est alors secondaire à la septicémie et son traitement reste celui de la candidose systémique. Au contraire, la bronchopneumonie à Candida survient chez le malade de réanimation, immunodéprimé ou non, et entre dans le cadre d’une colonisation trachéobronchique, responsable de prélèvements distaux positifs en-dessous ou au-dessus du seuil de significativité. Elle est probablement associée à la colonisation d’autres sites (urines, tube digestif, peau et muqueuses) ; son traitement s’intègre dans celui de cette colonisation multiple dont on sait qu’elle est un facteur de risque indépendant de candidose systémique secondaire (docteur Azoulay sur scienceDirect.com)

Ma patiente n'est pas alcoolique, tabagique, toxicomane, immunodéprimée, elle allait bien jusqu'à maintenant.

Docteur Vincent
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...