Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Obésité : quel rôle joue la salive ?
Obésité : quel rôle joue la salive ?
note des lecteurs
date et réactions
16 avril 2014
Auteur de l'article
Véronique Guillermet, 12 articles (Diététicienne-Nutritionniste)

Véronique Guillermet

Diététicienne-Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
12
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Obésité : quel rôle joue la salive ?

Obésité : quel rôle joue la salive ?

La composition de la salive jouerait un rôle non négligeable dans les risques d'obésité selon une étude franco-britannique coordonnée par le Pr Philippe Froguel et ayant porté sur l’analyse génétique d’une enzyme présente dans la salive.

Cette amylase salivaire permet la digestion des sucres complexes que l'on trouve par exemple dans les pâtes et le riz. Chacun de nous possède un nombre variable de copies du gène « AMY1 » qui code pour l’amylase salivaire avec des variations allant de 1 à 20 copies. Les personnes qui ont le plus petit nombre de copies et donc qui produise peu d’amylase salivaire ont un risque multiplié par 10 de devenir obèses.

On sait que depuis le début de l'agriculture, il y a 10.000 ans, le nombre des copies du gène "AMY1" de l'enzyme salivaire a augmenté dans l'espèce humaine. Et d’après les travaux dirigés par le Pr. Froguel et parus dans Nature Genetics, chaque copie de ce gène en moins augmente de 20% le risque d'obésité.

Par ailleurs, des études récentes ont identifié 70 gènes de l'obésité mais leur impact est faible et n'explique qu'une petite partie du risque génétique de devenir obèse (4%). A elle seule, la région du génome contenant le gène AMY1 expliquerait près de 10% du risque génétique.

Comment un faible niveau d’amylase jouerait un rôle dans l’obésité ?

Première hypothèse : la mastication des aliments et leur digestion partielle dans la bouche pourrait avoir un effet hormonal entraînant une satiété moindre chez ceux ayant moins d'amylase.

Deuxième hypothèse avancée : la mauvaise digestion des amidons pourrait modifier la flore intestinale et ainsi contribuer indirectement à l'obésité voire au diabète comme le suggèrent des études réalisées chez des personnes en fonction de la richesse de leur salive en amylase. De nouvelles perspectives de prévention et de traitement de l'obésité prenant en compte la digestion des aliments et leur devenir intestinal sont envisageables.

En attendant, il est toujours utile de rappeler qu’il faut manger lentement et dans de bonnes conditions en prenant le temps de mâcher correctement. Il est important aussi d’éviter de regarder la télévision ou un écran pour éviter de manger sans « fin ». Le choix de la texture des aliments est primordial et il faut favoriser les aliments qui se mâchent pour mieux ressentir l’effet de satiété en réservant les aliments trop liquides (yaourts à boire, smoothies, jus de fruit, …) aux occasions exceptionnelles.

Véronique Guillermet
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté