Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Obésité : On nous ment !
Obésité : On nous ment!
note des lecteurs
date et réactions
2 septembre 2011 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Maxime St-Onge, 27 articles (Kinésiologue)

Maxime St-Onge

Kinésiologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
27
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Obésité : On nous ment !

Obésité : On nous ment!

Je suis tombé sur un article publié dernièrement dans la prestigieuse revue Nature (habituellement, pour y publier, il faut être « big ») qui traite de la problématique de l’obésité. Les auteurs, Sikh et Fhraud ont réussi ce que plusieurs croyaient comme impossible. Les deux chercheurs, l’un de la prestigieuse Harvard et l’autre de la non moins prestigieuse Yale ont mis sur pied une étude longitudinale de plus de 10 ans où ils ont suivi 117 430 personnes. Leur objectif était d’identifier hors de tout doute les causes de la prise de poids. Et ils ont réussi !

La métalotoxase I

Ils ont clairement identifié des toxines (la métalotoxase I et la Cyclinophophatase) responsables de dérèglements hormonaux causant la prise de poids. La présence de ces toxines permet de déjouer (ou plutôt modifier) les principes de thermodynamiques (entre autres, le fameux rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme) à l’intérieur même des cellules. Comment ? Si je résume de façon simple et surtout en ne rendant pas justice aux efforts des chercheurs, les toxines agissent comme parasites sur la cellule et entament une cascade de réactions dont le produit final est de l’énergie. Contrairement à nos cellules, ces toxines ne font pas que transformer de l’énergie, elles en produisent. Donc, en parasitant nos cellules, ces deux toxines créent de l’énergie comme dérivé secondaire de leur métabolisme. Le résultat ? Bien que vous mangiez moins et que vous bougiez plus, la présence de ces toxines fait en sorte que votre balance énergétique peut demeurer positive. Pour ajouter à ce désastre, de faibles apports énergétiques stimulent certaines hormones (ghreline, leptine, orexine, etc.) qui à leur tour stimulent l’action des toxines par une réaction métabolique conjointe impliquant l’AMPc. De façon simple, ce que je me tuais à vous expliquer dans de nombreux articles ne tient plus la route. Je suis débouté.

Là où la situation devient vraiment alarmante, c’est au niveau de la présence de ces toxines dans l’environnement. À l’état naturel, ces toxines sont pour ainsi dire, absentes. Cependant, en présence de certains composés chimiques et d’additifs alimentaires, elles se multiplient de façon exponentielle pour atteindre des niveaux potentiellement dangereux. Allez deviner la suite ! J’insiste, essayez de deviner…

Les composés chimiques en question sont de la famille des fumarates sodiques, substances utilisées dans les mixtures de médicaments afin de stabiliser les substances actives. On en retrouve même dans les suppléments de vitamines, dans plusieurs sortes de friandises et même dans les boissons gazeuses (ce qui permet à ladite boisson de conserver ses bulles plus longtemps). La combinaison de ces médicaments, suppléments, bonbons ou boissons avec des additifs alimentaires (comme dans la malbouffe) rend pratiquement impossible toute perte de poids.

Je me suis permis de faire une recherche rapide sur les fabricants de ces substances sur Google pour découvrir que 3 compagnies sont responsables de l’ensemble de la production mondiale. Ces compagnies, Gain Chemicals des É-U, S.O. FHATS Industries de Chine et A.D Pocite inc. de Belgique sont toutes trois des filières des principales industries pharmaceutiques ou de l’industrie des boissons gazeuses et font affaire depuis le milieu des années 60, soit exactement lorsque le problème d’obésité a pris sont envol dans les pays industrialisés. On se croirait dans un épisode des X-Files !

Maintenant, j’ai quelques questions pour vous

1) Y avez-vous cru ?

2) Avez-vous vérifié la référence dans Nature ?

3) Avez-vous vérifié si les toxines existaient ?

4) Avez-vous vérifié si les compagnies existaient ?

5) Avez-vous compris quelque chose dans le texte ?

Si vous avez répondu oui aux questions 2,3, 4, je vous félicite surtout si vous avez réalisé que tout était faux.

Si vous avez répondu oui à la première, je vous pardonne et ne vous sentez pas mal, je sais que je suis toujours très convaincant.

Si vous avez répondu oui à la première et oui à la dernière, vous êtes grandement à risque. Vous êtes vulnérables aux arnaques de ce type qui abondent dans le domaine de la santé et surtout dans l’industrie de la perte de poids.

Pour être honnête avec vous (cette fois, c’est vrai), il m’est également arrivé de ne pas aller vérifier des sources et de me faire prendre au jeu et j’en ai durement payé le prix. Sachez que pour un trop grand nombre d’individus, il est excessivement facile d’avoir recours à ce type d’arnaque afin d’engranger des profits considérables au détriment de la santé physique (et mentale) des gens.

Il est extrêmement important de développer un esprit critique et de constamment chercher à augmenter son bassin de connaissances afin d’abaisser notre vulnérabilité innée à ce genre de malversations.

En terminant, juste pour m’assurer de couvrir mes arrières, tout le contenu scientifique de cet article est totalement faux et j’espère que les auteurs Sikh et Fhraud n’existeront jamais. Je vais donc continuer à prôner l’option du déséquilibre énergétique pour la perte de poids.

Maxime St-Onge, Phd
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
4 votes
(IP:xxx.xx5.208.167) le 5 septembre 2011 a 03H27
 (Visiteur)

C’est quoi ce délire ? vous nous pompez avec vos articles bidons on a pas que cela à faire avec notre temps libre, vous êtes vraiment lamentable.

3 votes
par Maxime St-Onge (IP:xxx.xx8.164.200) le 5 septembre 2011 a 03H59
Maxime St-Onge, 27 articles (Kinésiologue)

Intéressant comme remarque. Je dénote une différence culturelle dans la réponse à cet article. Initialement publié pour un auditoire québécois, le bille a causé une réponse complètement opposé en sol québécois. Personnellement, je ne considère pas l’article bidon, mais plutôt une opportunité de tester son esprit critique et sa capacité à pousser sa compréhension plus loin qu’au premier article. Pour votre information, alors que cet article a été écrit sans méchanceté, nombreux sont les auteurs qui utilisent volontairement ce type de stratégies pour promouvoir la vente de nombreux produits bidons. Petite question, y avez-vous cru ou bien aviez-vous toute suite découvert la supercherie ?

Cordialement, Maxime