Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Numéros d’urgence : en abuser peut nuire à la santé...publique.
Numéros d'urgence: en abuser peut nuire à la santé...publique.
note des lecteurs
date et réactions
22 février 2010 | 7 commentaires
Auteur de l'article
Dr Gérald Kierzek, 17 articles (Médecin urgentiste)

Dr Gérald Kierzek

Médecin urgentiste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
17
nombre de commentaires
4
nombre de votes
4

Numéros d’urgence : en abuser peut nuire à la santé...publique.

Numéros d'urgence: en abuser peut nuire à la santé...publique.

La préfecture de police de Paris a lancé une nouvelle campagne de prévention et sensibilisation contre l’utilisation abusive des numéros d’urgence. 15, 17 et 18 sont chaque année encombrés par des appels ne relevant pas du cadre de l’urgence, retardant le "temps de décrocher" (c’est-à-dire le délai avec mise en attente avant de pouvoir obtenir le correspondant) et pouvant donc entraîner un retard des secours pour une véritable urgence.
Arrêtons-nous plus en détails sur celui qui est peut-être le moins connu des 3 : le SAMU-Centre 15.

Vous avez demandé le SAMU....
Le SAMU (Service d'Aide Médicale Urgente)-Centre 15 est un système unique au monde. Service hospitalier à part entière situé le plus souvent dans un CHU (celui de Paris se situe à l'hôpital Necker-Enfants Malades), Ie SAMU est en fait un standard téléphonique, plate-forme de coordination des soins médicaux dans un département ou autrement appelée régulation des appels d'aide médicale urgente. Pour remplir cette mission, le SAMU-Centre dispose d'un centre de réception et de tri des appels, 24H/24H, accessible par le numéro 15 (appel gratuit) et décide de l'envoi et de la coordination des moyens de secours les plus adaptés, du simple conseil téléphonique à l'envoi d'uneambulance de réanimation (ou SMUR=Service Mobile d'Urgence et de Réanimation), en passant par l'envoi de secouristes (pompiers, ambulance privée,...) ou d'un médecin libéral. Mais le rôle du SAMU ne s'arrête pas à l'amont avec l'envoi d'un "effecteur" de secours, il continue en aval par exemple pour trouver un lit d'hospitalisation ou préparer l'arrivée à l'hôpital d'un patient. L'idée est simple et consiste à orienter les patients vers les hôpitaux les plus adaptés en fonction de leur état : mieux vaut par exemple diriger un patient victime d'un infarctus du myocarde vers un hôpital disposant d'un service de soins intensifs cardiologiques et d'une salle de coronarographie-angioplastie pour qu'il puisse bénéficier au plus vite du traitement adapté. Cela explique que les délais sont parfois un peu plus long avant que l'ambulance ne quitte les lieux d'un accident. Néanmoins, le temps passé sur place est autant de temps gagné au final pour la victime !
Parmi les autres missions du SAMU, il faut noter aussi l'enseignement des soins d'urgence, la préparation et l'implication dans les plans catastrophes ou encore sa participation aux événements exceptionnels (comme récemment la grippe H1N1).

J'ai appelé le SAMU...Et on m'a envoyé les pompiers !

Le SAMU a un rôle de coordination et dispose de différents effecteurs de l'urgence en fonction de l'urgence et de la gravité de la situation. Quand vous appelez le SAMU, votre premier interlocuteur est un Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale ou PARM. Son rôle est fondamental et consiste, outre le recueil des informations essentielles (motif de l'appel, coordonnées précises,...) à effectuer une première évaluation de l'urgence ; il travaille en binôme avec le médecin régulateur, généralement deuxième interlocuteur lors de l'appel. Ce dernier, médecin urgentiste-réanimateur, va réaliser un véritable interrogatoire médical téléphonique ; l'objectif : poser un "diagnostic" et décider médicalement de la meilleure réponse à apporter. En cas de malaise bénin par exemple, rien ne sert d'engager une ambulance de réanimation qui pourra être plus utile à l'autre bout de la ville pour un grave accident de circulation ; le médecin régulateur décidera donc d'envoyer une équipe secouriste comme les sapeurs-pompiers. En cas d'urgence médicale, et en fonction de son interrogatoire et des moyens disponibles, une ambulance de réanimation (SMUR) ou un médecin seront dépêchés. Dans tous les cas, le SAMU reste informé de l'état du patient et les pompiers, une fois sur place, transmettent un bilan médical au régulateur. Charge à lui de décider l'orientation finale : urgences d'un hôpital de proximité, envoi d'une ambulance de réanimation,....Précision parisienne : la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris dispose d'une coordination médicale propre, en liaison avec le SAMU.

C'est le SAMU qui a emmené mon père quand il a fait son infarctus...

Dire que c'est le SAMU qui a transporté le patient n'est pas tout à fait exact. Le SAMU est un standard téléphonique ; pas de roues, pas de volant et pas de brancard ! En fait, chaque SAMU régule différents SMUR, situés dans des hôpitaux et assurant une proximité et des délais d'intervention plus courts. A Paris, le SAMU est situé à l'hôpital Necker et dispose d'un SMUR avec plusieurs ambulances, de même que des SMUR situés dans des hôpitaux géographiquement stratégiques : Hôtel-Dieu, Pitié-Salpêtrière, Lariboisière, St-Antoine. En fonction du lieu d'appel, telle ou telle équipe est mobilisée pour intervenir le plus rapidement possible.


Comment travaillent les équipes du SMUR ? A suivre....

Docteur Gérald KIERZEK Médecin des Hôpitaux- Praticien Hospitalier Urgences médico-chirurgicales, médico-judiciaires, SMUR Hôtel-Dieu Cochin http://www.sante-urgences.com/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Bricali (IP:xxx.xx5.65.143) le 7 mars 2010 a 14H43
Bricali (Visiteur)

On sait l’abus qui est fait au niveau des appels au SAMU. Mais, j’ai l’exemple concret du monde de l’entreprise où les secouristes, n’ont pas d’autre alternative qu’un appel au SAMU lorsqu’ils ont une victime ? Surtout les cas de victime de malaise : Grave ? (si symptômes précis pas de problème, mais ça n’est pas toujours le cas.... !!!) ou pas grave justement ? Sinon, ils font courir le risque à l’employeur de procédures pénales, s’il y avait aggravation de l’état de la victime et qu’ils soient passés à côté ! Ensuite, il y a le message d’alerte et c’est là qu’intervient le rôle aussi du secouriste, bien transmettre l’état de la victime mais il n’y a que le médecin qui pourra dire si la victime nécessite ou non un déplacement d’un SMUR, Pompier ou autres ??? Diagnostic pour le médecin parfois difficile à faire ainsi à distance ??? Alors, qui devrait-on appeler ? Il y a un grand vide juridique à ce niveau donc ceux sont les urgences qui trinquent ! Les médecins généralistes ne peuvent pas palier à ces manques même au travers des maisons médicales ? Pas de texte qui légalise tout cela ! Tant qu’on aura pas un service médical organisé légalement et approprié, je crains pour l’engorgement des services d’urgences ! Respect à tous les urgentistes - Bricali

0 vote
par Dr Gérald Kierzek (IP:xxx.xx1.168.69) le 7 mars 2010 a 16H00
Dr Gérald Kierzek, 17 articles (Médecin urgentiste)

Merci de votre message. Le cas que vous citez n’est clairement pas un abus. Le 15 a pour mission de répondre à ces questions médicales (malaises,...) ; pas question pour l’entreprise ou les secouristes de prendre le moindre risque. Le "diagnostic" est effectivement parfois difficile à distance mais des questions précises et dans le doute, l’envoi d’un moyen médicalisé ou non permet une parfaite orientation. TOut l’intérêt du système français avec une régulation médicalisée. Je suis outre-Atlantique en ce moment...et le système préhospitalier n’est absolument pas médicalisé !!! Quant aux maisons médicales de garde, je pense qu’elles sont complémentaires de même le rôle des médecins généralistes. Urgentistes et généralistes, ce n’est pas la même spécialité ni le même métier.

0 vote
(IP:xxx.xx1.222.146) le 8 septembre 2010 a 04H54
 (Visiteur)

Nous, avons d’abord consulté les urgences cardiologiques de le clinique d’evecquemont situé à proximité de meulan. Ce servive d’urgence n’a pas jugé que le cas de début d’oap de ma mère nécessitait l’intervention du smur. Le médecin de garde à juste conseillé à ma mère de prendre un lasilix et un autre médicament et de la rappeler dans deux heures. En effet sur le moment le cas c’est amélioré. A savoir que ma mère a séjourné trois mois dans cette clinique. Je ne comprends pas le comportement de ceux-ci qui visiblement n’on pas pris le cas grave de ma mère qui est décédée le lendemain. Mais à aucuns moments il nous on conseillé de faire venir la patient par l’intermèdiaire du SMUR.

0 vote
(IP:xxx.xx1.226.240) le 7 janvier 2011 a 12H12
 (Visiteur)

cette clinique n’est plus à la hauteur se sa renomée. Ils ont de plus en plus de dècès sans explications claires pour les familles. Une honte quand on sait que le métier de cardiologue demande un minimum d’humanisme.

1 vote
(IP:xxx.xx9.56.79) le 1er juin 2011 a 14H53
 (Visiteur)

je pense que vous parlez des urgences de la clinique cardiologique d’evecquemont. Le service est le plus pire de la région et les gens décèdent parce que justement à contrario du public il n’agisse pas dans l’urgence et laisse trainer les patients . Quand au personnel les infirmières et les médecins sont pas à la hauteur de la renommée que l’ont leur donne.

1 vote
(IP:xxx.xx9.53.38) le 30 septembre 2011 a 14H42
 (Visiteur)

Cette clinique est une véritable honte. Et, il s’appelle centre cardiologique en plus ???????? JE pense qu’il devrait revoir leur copie !!!!

1 vote
(IP:xxx.xx9.61.9) le 12 octobre 2011 a 01H43
 (Visiteur)

Je suis d’accord avec vôtre oppinion vis à vis de cette clinique. Mon père y a fait un séjours et j’avoue que le personnel soignant est désagéable. Les médecins se sont pas à vôtre écoute et n’informent pas régulièrement la famille. Je lui donne ma plus mauvaise note ! : 0/20