Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Nouvelles techniques médicales : éliminer les tumeurs bénignes du sein sans chirurgie.
Nouvelles techniques médicales : éliminer les tumeurs bénignes du sein sans chirurgie.
note des lecteurs
date et réactions
20 mai 2015
Auteur de l'article
Echothérapie, 1 article (Rédacteur)

Echothérapie

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Nouvelles techniques médicales : éliminer les tumeurs bénignes du sein sans chirurgie.

Nouvelles techniques médicales : éliminer les tumeurs bénignes du sein sans chirurgie.

Touchant environ 10% des femmes, les adénofibromes du sein sont des tumeurs bénignes composées de tissus fibreux et de tissus glandulaires atteignant la glande mammaire. Tumeurs les plus courantes chez la femme entre 15 ans et 35 ans, et chez les 45-55 ans, elles ne sont pas cancéreuses. Leur retrait chirurgical est cependant régulièrement prescrit aux patientes, en raison d’une gêne physique ou psychologique, ou d’un risque de dégénérescence vers une tumeur cancéreuse (1 cas sur 1000). Cette procédure intrusive et les cicatrices associées, souvent difficiles à vivre pour les patientes, peuvent désormais être évitées grâce à un procédé développé en France : l’Echothérapie.

A quoi ressemble un adénofibrome ?

Souvent non douloureux, l’adénofibrome est une boule ferme et caoutchouteuse d’1 à 15 cm de diamètre, facilement détectable grâce à une autopalpation, une examen gynécologique, une échographie ou une mammographie. Différents facteurs peuvent cependant rendre la tumeur sensible, comme sa taille et son emplacement.


Parcours et options habituelles des patientes atteintes d’adénofibrome :

Un adénofibrome, de par sa nature non cancéreuse, ne doit pas systématiquement être traité.

En effet, surveiller son évolution et vérifier qu’il ne grossisse pas via des examens gynécologiques réguliers sont les premières étapes et peuvent représenter une solution définitive.

L’alternative choisie par le praticien de santé sera parfois de retirer la tumeur. Ceci dans le cas où elle grossirait, générerait une gêne physique et/ou psychologique, ou dans le cas d’une grossesse (durant laquelle il se développerait plus vite).

Enfin, la croissance des adénofibromes étant liée aux hormones féminines (oestrogène), il est rare, mais possible, qu’ils disparaissent seuls, sans traitement au préalable.


Une nouvelle alternative pour les patientes atteintes d’adénofibrome du sein.

Aujourd’hui, les patientes sont généralement orientées vers la méthode classique par excision chirurgicale sous anesthésie générale : le chirurgien retire la tumeur grâce à une petite incision. Cependant suite à cette intervention, les douleurs post-opératoires sont fréquentes, et les cicatrices systématiques, bien que réduites.

Un autre traitement existe, l’Echothérapie : non-invasive, cette technique utilise des ultrasons thérapeutiques (focalisés de haute intensité, guidés par échographie) pour détruire la tumeur.

Lors de séances de 20 min à 1h30 et sous anesthésie locale, l’Echothérapie va faire fondre les tissus atteints et épargner les tissus sains de manière optimale, sans incision ni cicatrice, et sans nécessité de convalescence ou hospitalisation.

 

Le site www.echotherapie.com fournit des réponses sur les adénofibromes, détaille la procédure d’Echotherapie, et mentionne les études médicales de référence qui ont conduit à son développement. Vous y trouverez également des témoignages de patientes traitées avec succès.


Retrouvez également l’infographie sur l’Echotherapie, éditée par la société française Theraclion : http://visual.ly/echotherapie

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté