Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Nouvelle taxe au pays de Nip/Tuck
Nouvelle taxe au pays de Nip/Tuck
note des lecteurs
date et réactions
4 décembre 2009
Auteur de l'article
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Catherine Cerisey

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
45
nombre de commentaires
6
nombre de votes
2

Nouvelle taxe au pays de Nip/Tuck

Nouvelle taxe au pays de Nip/Tuck

Connaissez-vous la série américaine Nip/Tuck dans laquelle des chirurgiens plasticiens jonglent entre vie professionnelle et vie privée ? Pas étonnant que ce programme affligeant ait vu le jour au pays de l’Oncle Sam où l’on compte en 2008, 12 millions d’actes de chirugie esthétique – de l’injection de Botox aux rhinoplasties en passant par la pose d’implants mammaires.

A l’occasion de la réforme de la politique de santé, les Etats Unis innovent avec une demande pour le moins surprenante des démocrates : ces derniers proposent en effet une taxe de 5% sur les opérations de chirurgie plastique, taxe qui pourrait rapporter le coquette somme de 5 milliards de dollars en 10 ans. Il est heureusement précisé que cet impôt ne s’appliquerait qu’aux opérations “non nécessaires pour améliorer une malformation due à une blessure, un accident, une maladie ou encore congénitale”. Ce projet de loi, n’étant pas très clair the American Society of Plastic Surgery ou ASPS (société américaine de chirurgie plastique) s’interroge : qu’en sera-t-il des reconstructions post mastectomie ? Cette taxe pénalise donc essentiellement les femmes, (puisque ce sont elles qui ont recours à la chirurgie plastique en priorité) et si les peurs de l’ ASPS sont fondées, elle pourrait en empêcher d’autres de faire pratiquer une reconstruction mammaire devenue trop chère.

Mais la France n’est pas en reste : en effet, mon chirurgien m’a appris il y a quelques temps que la symétrisation du sein controlatéral n’est plus remboursée par la Sécurité Sociale mais étudiée au cas par cas. Rappelons que lors d’une reconstruction, la symétrisation de l’autre sein est quasi obligatoire pour obtenir un résultat harmonieux. Et je vous laisse imaginer le prix de cette opération considérée comme esthétique !

Ne tendons nous pas vers cette médecine à deux vitesses que l’on connaissait pour être la spécialité outre Atlantique mais qui semble se rapprocher de nous à grand pas ? – affligeant.

Catherine Cerisey
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté