Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Nathalie Baye lutte contre la maladie d’Alzheimer
Nathalie Baye lutte contre la maladie d'Alzheimer
note des lecteurs
date et réactions
13 mars 2012
Auteur de l'article
AlloLeCiel, 1 article (Rédacteur)

AlloLeCiel

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Nathalie Baye lutte contre la maladie d’Alzheimer

Nathalie Baye lutte contre la maladie d'Alzheimer

Nathalie Baye, qui se mobilise contre la maladie d’Alzheimer, vient de faire les beaux soirs de France 2 avec Les Hommes de l’ombre. L’actrice s’est dévouée à cette pathologie suite au tournage du film Je n’ai rien oublié (2010), avec Gérard Depardieu. L’actrice parraine l’opération Mnémosyne, qui sera menée le 14 mars.
Comme le rappelle le site alloleciel.fr, la maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative incurable du tissu cérébral qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire
Principale cause de démence chez les personnes âgées, elle touche environ 26 millions de personnes dans le monde en 2005 et pourrait en toucher quatre fois plus en 2050.
En France, 860 000 personnes sont atteintes de la maladie d’Alzheimer dont 61 % vivent à domicile. Selon des études, cette maladie serait en cause dans 70 % des troubles chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

Dans 50 % des cas chez les malades jeunes mais l’incidence augmente avec l’âge : 0,6 % sont atteintes entre 65 ans et 69 ans, 22,20 % après 90 ans. A partir de 85 ans, une femme sur 4 et un homme sur 5 sont touchés. 225 000 nouveaux cas sont diagnostiqués par an.

Les personnes âgées souffrant de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé ou de maladies apparentées sont souvent désorientées et passent parfois par-dessus les barrières du lit. Elles sont victimes de chutes nocturnes à l’origine de fractures telles que celles du col du fémur.

Pour éviter cela certains établissements de santé n’hésitent pas utiliser un système de contention par ceinture. C’est inhumain, dégradant mais cela existe. La société Selfia – basée à Roubaix –, spécialisée dans la conception de vêtements pour les personnes âgées et handicapées et en collaboration avec le centre hospitalier de Roubaix, a mis au point un système de gigoteuse. Fixé au lit et possédant un système de fermeture par zip, le « pyjadrap » remplace le drap classique de telle sorte que le patient puisse se retourner ou s’asseoir tout en étant maintenu en sécurité et en conservant sa dignité.

Cela facilite également le travail des soignants grâce à un passage conçu spécifiquement pour les perfusions. Le « pyjadrap » a été expérimenté avec succès à l’hôpital de Roubaix et plus d’une centaine d’établissements de soins l’utiliseraient déjà. Son prix est de 116 euros l’unité, non remboursé pour le moment par la sécurité sociale.

Une expérience unique a été lancée en 2005 à l’hôpital Bretonneau dans le XVIIIe arrondissement de Paris.

Quelques mètres carrés de vignes à vin ont été plantés dans la cour de l’hôpital, afin créer une activité pour les résidents, souvent atteints de la maladie d’Alzheimer. Tous les ans, ils participent aux vendanges avec des bénévoles du quartier pour produire le Clos Bretonneau.

Cette activité viticole les renvoie à leur vie passée : « Nous souhaitons qu’il y ait le moins de rupture possible entre chez eux et ici. Les artistes et la vigne font partie de leur mémoire et nous voulons perpétuer ce qu’ils ont connu », explique Véronique Desjardins, la directrice de l’établissement. Un vigneron de Cahors, Fabrice Durou, dirige les opérations : cueillette, tri manuel, vinification, mise en bouteille. Tout se réalise sous les yeux des résidents bénévoles. Un pressoir, deux cuves et le savoir-faire du vigneron suffisent pour sortir un vin à 10°, fruité et d’une belle couleur rouge rubis. Une étiquette a été réalisée spécialement pour ce Clos Bretonneau avec le nom du propriétaire, en l’occurrence les Hôpitaux de l’Assistance publique de Paris. Ce micro-vignoble urbain de 125 pieds de Malbec produit entre 100 et 200 bouteilles suivant les années. Un vin presque comme les autres car il ne peut pas être vendu : « Pour des questions d’ordre juridique nous ne pouvons que le donner ou le boire. C’est ce que nous faisons pour des grandes occasions et nous organisons des tombolas. Le but est avant tout de créer de la joie », commente Véronique Desjardins très fière de « sa » cuvée.

AlloLeCiel.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Alzheimer