Accueil du site
> Santé & Maladies > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Naples est envahie par des cafards géants
Naples est envahie par des cafards géants
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
11 juillet 2012 | 5 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Naples est envahie par des cafards géants

Naples est envahie par des cafards géants

Après sa longue crise de poubelles, la ville de Naples est envahie par des cafards mesurant jusqu’à sept centimètres. Sortant des égouts et résistants aux produits chimiques, ces blattes se reproduisent, sont omniprésentes, rapides, et semblent indestructibles. Des opérations de désinfection sont en cours. Mais les Italiens, qui se demandent comment s’en débarrasser efficacement, n’envisagent aucune solution avant l’hiver prochain. La mauvaise gestion des ordures ménagères pourrait être à l’origine de ce cauchemar.

Il fait une chaleur étouffante à Naples. Et comme si cela ne suffisait pas, des centaines de milliers de cafards quittent les égouts à la tombée de la nuit et se répandent dans les rues de la ville. Ces blattes géantes (jusqu’à sept centimètres de long) résistent aux différents poisons et ont littéralement investi la capitale parthénopéenne en l’espace de deux mois, des quartiers chics aux quartiers populaires et des avenues aux petites ruelles étroites. A tel point qu’ils provoquent la panique, aussi bien chez les touristes que chez les habitants. Il faut dire que les conditions étaient réunies pour que cette prolifération de cafards géants ait lieu : Absence de pluie, forte chaleur… et les ordures qui continuent de s’entasser par milliers et qui jonchent les trottoirs dans certains quartiers.
 
Maria Triassi, présidente de la société d’hygiène et de médecine préventive, fait le point : « Ces cafards vivent habituellement dans les égouts d’eaux usées domestiques de la ville, et c’est la raréfaction de l’oxygène dans les égouts qui pousse ces blattes à sortir. Du même acabit que les rats, ces mille pattes peuvent être porteuses de maladies comme le typhus, l’hépatite A ou la salmonellose, sans parler des intoxications alimentaires ». Selon Maurizio Scoppa, président de l’Agence sanitaire de Naples (ASL), « le problème d’organisation pour la gestion des égouts et des déchets a sa part de responsabilité dans l’apparition de ce phénomène ». Ce ne serait pas étonnant : Les Napolitains déposent leurs ordures à l’extérieur en soirée, et celles-ci ne sont ramassées que le lendemain matin. Les déchets restent ainsi toute la nuit dehors alors que la chaleur reste forte.
 
Les habitants tentent de s’organiser avec leurs moyens : Ils obstruent les bouches d’égout. Mais ces actions empirent la situation car, en réduisant l’oxygène, les cafards percent les bas-fonds. La municipalité et l’ASL ont ainsi procédé à une réunion d’urgence à l’issue de laquelle les autorités ont décidé d’accentuer les opérations de désinfection dans les égouts et les caniveaux. Mais les responsables sont dubitatifs : Il serait en effet impossible d’éradiquer les cafards lorsque le thermomètre affiche une température élevée. Ce qui reporterait à l’hiver prochain toute offensive concrète… visant notamment à détruire les millions d’œufs qui seront pondus en septembre prochain.
 
Reste pour l’heure la polémique et les questions de santé. Notamment entre, d’une part, la quotidien La Repubblica et des experts en santé publique qui évoquent les risques de maladies et, d’autre part, la mairie de Naples par la voix sa porte parole Maria Bonacci qui récuse toute idée d’« invasion » de cafards en qualifiant d’ « exagérée » la mise en avant des risques sanitaires. Mais comme le rappelle le Corriere Del Mezzogiorno, qui relaye les conseils des experts en santé, ces risques sont bel et bien réels, car « les cafards vivent dans les eaux insalubres et se nourrissent de déchets. Ils sont ainsi potentiellement porteurs de virus, d’agents pathogènes et de bactéries responsables de maladies de gravité variable pour l’homme ».
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par clostra (IP:xxx.xx4.208.252) le 12 juillet 2012 a 11H12
clostra (Visiteur)

Bon d’accord c’est dégoûtant...Naples, la mafia, tout ça...

Mais Paris, Paris, ville lumière avec son génie tout doré, à la Bastille qu’on aime bien...Tiens, juste au dessus du canal Saint Martin, dans ces jardins qui le recouvrent... Peste ! des rats !

Des rats qui crèvent les poubelles transparentes, faut les voir ! Le soir Boulevard Richard Lenoir !

0 vote
par blablablietblabla (IP:xxx.xx6.79.84) le 12 juillet 2012 a 15H03
blablablietblabla (Visiteur)

Les petites bêtes ne mangent pas les grandes bêtes ,ils sont vraiment crade ces italiens !

1 vote
(IP:xxx.xx2.30.1) le 12 juillet 2012 a 17H05
 (Visiteur)

C’est un problème récurent à Naples

ordures, armée, berlusconi, NAPLES

http://www.lefigaro.fr/internationa...

Naples : les poubelles de la mafia

http://www.france5.fr/c-dans-l-air/...

Ce n’est pas étonnant, le sous sol regorge d’ordure. Dioxine – du dépôt d’ordures aux aliments

http://www.horizons-et-debats.ch/in...

1 vote
par blablablietblabla (IP:xxx.xx6.79.84) le 12 juillet 2012 a 19H54
blablablietblabla (Visiteur)

Encore que les "cafards" ça peut se traiter ,mais le gros problème ça se passe dans l’océan ,par exemple ici en méditerranée l’invasion des méduses c’est de pire en pire c’est par millions voir carrément des milliards et là y a un gros souci.

La sur-pêche massive on a supprimer leur prédateur le résultat est là,toujours plus de fric encore et encore et oui que voulez vous y a n’a qui en ont jamais assez !

2 votes
par Franck de Lyon (IP:xxx.xx0.92.170) le 12 juillet 2012 a 20H51
Franck de Lyon (Visiteur)

Les Napolitains n’ont pas de chance : les blattes et autres cafards font partie des insectes les moins comestibles...