Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Musculation et lymphoedème : des études qui bousculent les croyances
Musculation et lymphoedème : des études qui bousculent les croyances
note des lecteurs
date et réactions
12 janvier 2011
Auteur de l'article
Catherine Cerisey , 45 articles (Rédacteur)

Catherine Cerisey

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
45
nombre de commentaires
6
nombre de votes
2

Musculation et lymphoedème : des études qui bousculent les croyances

Musculation et lymphoedème : des études qui bousculent les croyances

Lors d’un curage axillaire suite à une tumorectomie ou une mastectomie pour un cancer du sein, l’une des principales recommandations est de ne pas lever de poids afin de ne pas déclencher un lymphoedème ou syndrome du gros bras. Evidemment c’est extrêmement handicapant : impossible de porter ses courses, de pousser ou tirer une porte à gonds, de soulever un bébé, de lever des haltères… bref une multitude d’actes de la vie quotidienne nous sont désormais interdits. Depuis quelques années, des chercheurs américains se sont penchés sur le sujet et les résultats de leurs études sont pour le moins surprenants.


La dernière en date publiée le 22 décembre dernier dans un journal américain concerne les femmes qui ont subi un curage ganglionnaire mais n’ont pas de symptômes de lymphoedème. Elle a porté sur 154 femmes dont la moitié ont participé à un programme de musculation progressive pendant 1 an. Au terme de l’étude seules 11% des femmes ayant suivi le programme ont déclenché un lymphoedème, contre 17% dans le groupe témoin. Si plus de 5 ganglions ont été enlevés, la différence semble encore plus significative puisque 7% des femmes ont eu à déplorer un gros bras dans le groupe « lever de poids » vs 22% pour les autres. Or d’après les auteurs de l’étude 47% des patientes opérées risquent de développer un lymphoedème invalidant suite à une chirurgie et/ou une radiothérapie.

Mais quid de celles qui ont déjà déclenché un lymphoedème ? L’étude précédente réalisée par la même équipe dirigée par Kathryn Smith de l’université de Pennsylvanie a été publié en Août 2009 et portait sur 141 femmes atteintes d’un lymphoedème stabilisé. Contre toute attente, 29% des patientes qui ont levé des poids ont vu leur lymphoedème régresser contre 14% pour les autres.

En tout état de cause, ne nous réjouissons pas trop vite. Il ne s’agit pas de courir chercher un pack d’eau à l’épicerie du coin, de soulever un coffre-fort ou de s’inscrire à des cours d’haltérophilie. En effet, ces exercices ont bien sûr été faits sous l’étroite surveillance d’entraîneurs formés et de kinésithérapeutes spécialisés, les poids étaient augmentés de façon très progressive et point non négligeable, les femmes des deux études portaient un manchon pendant les séances. Néanmoins, ces recherches bousculent certaines croyances et vont peut être nous permettre à terme de reprendre une activité sportive sans risque. D’ici là, en ce qui me concerne et en attendant d’en savoir plus, je continuerai à appliquer les principes de base prodigués à ma sortie d’hôpital… 

 

pour voir une vidéo de l'Hôpital saint Louis détaillant les principes de précautions pour évite le lymphoedème, rendez-vous sur mon blog

Catherine Cerisey

SOURCES

  • Sources : Arc-cancer.net/Passeportsante.net/ NEJM.org
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté