Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Moustiques, virus : recommandations sanitaires aux voyageurs 2014
Moustiques, virus : recommandations sanitaires aux voyageurs 2014
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
18 juin
Auteur de l'article
AntoineM, 40 articles (Rédacteur)

AntoineM

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
40
nombre de commentaires
0
nombre de votes
5

Moustiques, virus : recommandations sanitaires aux voyageurs 2014

Moustiques, virus : recommandations sanitaires aux voyageurs 2014
Avec les prochains départs des vacances d’été, le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut de veille sanitaire (IVS) tire la sonnette d’alarme sur les “maladies d’importation “. L’IVS met en garde les vacanciers des destinations lointaines sur les risques de contracter des maladies tropicales. En effet, des maladies telles le chikungunya, la dengue pourraient se voir importé en France par le biais des voyageurs et entraîner, à terme, des problèmes de santé publique.
 
Lors de leurs vacances d’été, les voyageurs contractent le plus des maladies relativement banales comme les infections respiratoires, infections dermatologiques, piqûres d’insectes, fièvre, diarrhée… Derrière ces maladies d’apparences banales se cachent le plus souvent des maladies infectieuses d’origine tropicale capable de “générer des problèmes de santé publique en France par leur capacité à s’y implanter”. Selon le Pr Eric Caumes, infectiologue et président du Comité des maladies liées aux voyages et des maladies d’importation du Haut Conseil de la santé publique, il faut particulièrement faire attention à ces pathologies car la menace est réelle.
Notons que les territoires d’outre-mer comme la Guyane et les Antilles sont menacés par le chikungunya depuis le début de cette année 2014. La Polynésie française (Pacifique) et la nouvelle Calédonie sont également confrontées au virus Zika depuis fin 2013. Le Pr Eric Caumes tient à rappeler dans ces “recommandations sanitaires aux voyageurs 2014″, que la France métropolitaine ne serait pas épargnée par cette menace virale.
 
Il y a une réelle menace d’introduction de ces “maladies d’importation” notamment dans certaines zones ou le moustique Aedes albopictus surnommé le “moustique-tigre”, vecteur de la dengue et du chikungunya, est déjà présent dans 17 départements. Le Pr Eric Caumes affirme que “En métropole, le risque épidémiologique concernant la dengue et le chikungunya existe, à cause de la présence du moustique tigre qui transmet la maladie. Il se trouve déjà dans le sud de la France et amorce sa remontée vers le nord. La maladie n’est pas pour autant installée en métropole comme c’est le cas aux Antilles“.
 
Venu d’Italie et arrivé dans les Alpes-Maritime en 2004, ce moustique, dont l’éradication est extrêmement complexe, a vite conquis les départements voisins la Haute-Corse, Corse du Sud, Varn, Alpes -de-Haute-Provence, Bouches-du-Rhône, Gard, Hérault et Vaucluse, quelques départements du Nord et de l’Ouest, dans le Lot-et-Garonne, la Drôme, l’Ardèche, Pyrénées-Orientales.
 
Vigilance et recommandations
 
Autre risque réel, le coronavirus, un syndrome respiratoire à l’origine du SRAS, qu’il faut particulièrement surveiller pour les vacanciers venant des pays du Golfe Persique, notamment d’Arabie Saoudite. Même si aucun cas n’a été détecté au retour des voyageurs lors du pèlerinage à La Mecque, la vigilance est de mise face au coronavirus. Des cas d’importation de rage , de paludisme , de grippes aviaires ont également été signalés en France. Afin d’éviter ces maladies vectorielles, le Pr Eric Caumes recommande aux voyageurs d’être particulièrement vigilants, de se faire vacciner, de limiter les contacts avec les animaux et les volailles, d’éviter de transporter de la nourriture, etc.
 
A noter que ces “recommandations sanitaires aux voyageurs, 2014″ ne concernent pas seulement les maladies infectieuses Des recommandations portent également sur la prévention des problèmes liés au décalage horaire et à la thrombose veineuse.
Antoine
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté