Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Mourir d’ennui : c’est réellement possible
Mourir d'ennui : c'est réellement possible
note des lecteurs
date et réactions
11 février 2010
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 599 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
599
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Mourir d’ennui : c’est réellement possible

Mourir d'ennui : c'est réellement possible

L’ennui tue… à la longue. Une étude britannique, qui s’est appuyée sur le décès de fonctionnaires de la ville de Londres, a établi un lien entre l’ennui et la mortalité.

Que l’on se rassure. Annie Britton et Martin Shipley, de la University College de Londres l’annoncent sans détour : l’ennui, seul, ne tue pas. Ce comportement serait néanmoins symptomatique d’autres attitudes à risque comme boire ou fumer, en touchant également les toxicomanes et les malades mentaux. Les scientifiques britanniques ont analysé les questionnaires, que plus de 7.500 fonctionnaires londoniens âgés de 35 à 55 ans ont rempli de 1985 à 1988. Il leur a été demandé s’ils s’ennuyaient durant leur travail dans le mois qui a précédé leur réponse. Les deux responsables de l’étude ont alors pu identifier les participants qui sont morts entre la réponse aux questions et le mois d’avril 2009.

Le verdict du Docteur Christopher Cannon, professeur agrégé de médecine à l’Université de Harvard et porte-parole de l’American College of Cardiology, est sans appel : « Une personne qui s’ennuie n’a plus de motivation pour bien se nourrir, faire de l’exercice et avoir un mode de vie sain  ». En indiquant que ces relâchements dans la vie quotidienne multiplient les risques d’accident cardio-vasculaire, le Docteur Cannon rejoint les conclusions de l’étude de Britton et Shipley qui établit que « les personnes qui manquent d’intérêt dans leur vie ont près de deux fois et demi plus de chances de mourir que les autres de maladie cardio-vasculaire ». Les résultats complets de l’enquête figurent dans l’InternationalJournal of Epidemiology.
 

Source : TopNews, Daily News, PhillyBurbs, KFSM

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté